ISERE: UN PLAN de RELANCE QUI BÉNÉFICIE aux PME sur TOUT le TERRITOIRE

Publié par user1 le

En lançant son immédiatement son plan de relance après le changement de majorité, les élus de la droite et le centre qui succédaient à André Vallini (PS) démontraient qu’ils  avaient pris la mesure de la situation. Alors que le Conseil Départemental était devenu une institution au service d’une aventure individuelle, il redevenait l’instrument au service des populations.

En présentant leur action(DL du 13/4/16) , Jean-Pierre Barbier le Président (LR) du Département et Julien Polat, son Vice Président (LR) ont démontré en chiffres combien elle avait été bien répartie sur le territoire  et avait bénéficié à tous.

TOUT le TERRITOIRE ISÉROIS a ÉTÉ IRRIGUÉ

La  répartition des opé­rations et des travaux réali­sés jusqu’ici via le Plan de relance le démontre.

Ainsi de l’agglomé­ration grenobloise (33 chan­tiers réalisés, 11 millions de travaux générés) à la Bièvre (87 chantiers, 10,6 millions), en passant par le Voiron­nais/Chartreuse (48 chan­tiers, 10,1 millions), la Ma­theysine (72 chantiers, 6,2 millions), l’Oisans (23 chantiers, 3 millions), le Trièves (43 chantiers, 2,6 millions), le Vercors (33 chantiers, 1,5 million), le Sud­-Grésivaudan (68 chan­ tiers, 8 millions), le Grési­vaudan (70 chantiers, 12,1 millions), les Vals du Dauphiné (41 chantiers, 10,6 millions), la Porte des Al­pes (74 chantiers, 22,3 mil­ lions), l’Isère rhodanienne (21 chantiers, 4,3 millions) ou le Haut­ Rhône dauphi­nois (31 chantiers, 5,3 mil­ lions) tout le territoire Isèrois a été irrigué avec ses conséquences positives pour le soutien à l’emploi local.

LA MULTIPLICATION des CHANTIERS

« Comme vous pouvez le constater, l’ensemble du territoire en a bénéficié, et près de la majorité du bonus (44 %) a concerné les com­munes de montagne »,  a d’ailleurs précisé Julien Polat au DL.

Lequel ap­puie, avec d’autres chiffres sur un autre point : « Il faut tordre le cou aux idées reçues. Si nous avions lancé dix chantiers à 10 millions d’euros chacun, nous aurions vu débarquer toutes les grosses entreprises na­tionales, voire européen­nes. Notre parti pris a été d’encourager la multiplica­tion des chantiers (644) pour contribuer à relancer l’éco­nomie locale. C’est le cas. Le Plan de relance bénéficie donc aux PME iséroises, pas aux grands groupes. »

Photo: le Conseil Départemental a entendu les entreprises, ce n’est pas le cas de l’agglomération Grenobloise ni de la ville de Grenoble