ISÉRE: LES RÉACTIONS à L’ISSUE du PREMIER TOUR

Publié par user1 le

Dans le département les résultats de François Fillon et des différents candidats ressemblent  à la situation nationale. Dans certaines communes notre candidat vire en tête ( Corenc, Côtes de Corps, Gresse-en-Vercors, Laffrey,Huez…) mais dans la plupart les chiffres sont conformes à ceux qu’on retrouve dans les autres régions.

Thierry Kovacs Maire de Vienne et Président de LR38 a commenté a exprimé à chaud sa  » déception » au DL  » de ne pas voir notre candidat et notre projet présents au second tour de cette présidentielle. Nous avions un boulevard et ça s’est terminé en impasse ». Pour lui  » c’est l’avenir de la France qui est en jeu et c’est donc profondément décevant ». 

Pour le second tour « l’un et l’autre des candidats sont des impasses ». 

JP BARBIER (LR):  » AU SECOND TOUR MON CHOIX SERA PERSONNEL » 

Dès hier soir un certain nombre d’autres d’hommes politiques ont réagi. Ainsi pour Jean-Pierre Barbier, Président (LR) du département « Le scénario tant redouté est arrivé.

« Pour le 2ème tour, chaque électeur est responsable en son âme et conscience dans l’isoloir. Pour ma part, j’ai fait un choix qui restera personnel. Car aujourd’hui après cet échec cuisant de notre famille politique, le temps n’est plus aux consignes de vote mais à la résistance pour le bien de notre pays. Seules les prochaines échéances électorales pourront rattraper la situation induite par l’élection de ce futur Président.

« François FILLON ACCABLÉ PAR LES AFFAIRES »

« François Fillon est éliminé, accablé par les affaires qui ont obnubilé ces derniers mois et empêché de parler des vrais thèmes de la campagne. Mais n’oublions pas qu’un programme d’alternance à droite a été conçu et approuvé par des millions de Français. Ce programme il ne doit pas être mis au placard car il est la clef de nos maux.

« MOBILISÉS POUR LES LÉGISLATIVES » 

« J’encourage désormais les électeurs à rester mobilisés en vue des élections législatives, qui sont le véritable enjeu. Nous devrons bâtir une majorité d’opposition parlementaire forte. Il reste une capacité pour le Parlement de faire la politique de la France. D’être un contre-pouvoir tout en engageant la réforme d’un pays qui en a tant besoin. Le pouvoir est à l’Assemblée nationale ».

J.POLAT (LR):  » CETTE ÉLECTION ANNONCE UN CHANGEMENT PROFOND »

De son côté Julien Polat Maire de Voiron , Vice Président (LR) du Conseil Départemental  relève que « Nous sommes à l’issue d’une campagne bizarre… Les résultats traduisent une crise que connait notre pays. Une crise économique, sécuritaire, politique… La donne est profondément bouleversée. Cette élection annonce un changement profond ».

V.CHRIQUI Maire (LR) de BOURGOIN-JALLIEU:  » LES FRANCAIS SOUHAITENT L’ALTERNANCE »

De son côté Vincent Chriqui Maire de Bourgoin-Jallieu et Directeur de campagne de François Fillon aurait voulu que « les choses ne se déroulent pas ainsi parce que les Français souhaitent l’alternance, un projet de changement, ça ne s’est pas traduit dans les urnes pour des raisons qui tiennent sans doute à la nature de la campagne que nous avons connu  » . 

Il ajoute qu’il  » espère que ce sera un élément déterminant dans la campagne des élections législatives qui va suivre. Aucune élection n’est perdue d’avance mais nous avions des vents contraires, avec une difficulté à mettre le débat sur les sujets de fond qui a fait que finalement on abouti au résultat de ce soir ».

A la suite d’une question Vincent Chriqui précise que ce derniers jours « on a senti que la campagne accrochait , les retours terrain étaient meilleurs, les Français commençaient à voir un peu plus clair sur la réalité du projet des uns et des autres mais pas suffisant pour inverser les résultats » .

A.CARIGNON (LR):  » LA GAUCHE et les VERTS DISQUALIFIENT L’ADVERSAIRE » 

Pour Alain Carignon Ancien Ministre (LR Grenoble) « la gauche et les Verts ont utilisé leur méthode habituelle quand ils perdent la bataille culturelle: la disqualification de l’adversaire. Ils changent de terrain et passent de la confrontation des idées au terrain judiciaire et médiatique. Nous avons connu cela à Grenoble. La France avait un impérieux besoin d’essayer la liberté et l’initiative, de se libérer de ses carcans pour retrouver la prospérité et disposer des moyens d’assurer la solidarité. Seul le programme de François Fillon l’assurait. Notre candidat, fort de la légitimité de la primaire, avait pris la décision de se maintenir et nous l’avons soutenu avec conviction, lucidement , de façon responsable et nous sommes irréprochables à cet égard. 

« A l’issue du premier tour la France est dans l’impasse. Seule les élections législatives donnent une nouvelle chance à la France » . 

Alexandre ROUX (LR) : »UNE GRANDE DÉCEPTION » 

De son côté Alexandre Roux secrétaire Départemental LR38 a fait part de la «  grande déception des militants sur lesquels François Fillon a toujours pu compter. Ce projet présidentiel on n’a pas pu le porter comme nous le souhaitions compte tenu du climat des affaires, très déçus de n’avoir pas pu porter ce projet , le seul capable de sortir la France. Oui c’est la déception. « 

Questionné sur le fait que François Fillon se soit maintenu , Alexandre Roux rappelle que ce maintien  » ne revenait qu’à lui , la décision de se retirer ou non « . 

Pour le second tour  » je n’ai pas de consigne de vote à donner ».

Michel SAVIN (LR) :  » LA VICTOIRE DU MARKETING ÉLECTORAL » 

En fin de soirée Michel Savin Sénateur (LR) a livré son sentiment au DL : «  Comme toutes celles et ceux qui se sont engagés aux côtés de F. Fillon, j’éprouve ce soir une réelle déception, non seulement face au verdict des urnes mais plus largement face aux maux qui affectent notre démocratie.
Au delà des convictions de chacun, les résultats de ce soir marquent à mes yeux la victoire du marketing électoral sur la politique avec un grand P, c’est-à-dire celle qui doit être guidée par un véritable projet structuré pour la collectivité. François Fillon a été mis en cause dans plusieurs dossiers (Penelopegate,costumes). Le pays a été captivé par cet haletant feuilleton durant toute la campagne.

« Il se retrouve ce soir contraint de choisir entre l’extrême droite et l’héritier direct de François Hollande grossièrement dissimulé derrière le faux nez de la nouveauté. Aucun des deux candidats qualifiés n’est en capacité de s’appuyer sur une majorité stable et cohérente à l’Assemblée. 

« C’est désormais autour des enjeux des élections législatives que doivent se rassembler les électeurs de la droite et du centre désireux d’opérer la véritable alternance dont notre pays a besoin ».