ISERE et ECONOMIE : ENCORE un EFFORT CAMARADES…

Publié par Les Républicains 38 le

Les élus socialistes et Verts qui dirigent l’agglomération Grenobloise, le département et la Région ne seront pas trop bousculés par les propositions émises par une coalition notamment composée de la CCI de Grenoble, de la Chambre des mé­tiers et de l’artisanat, la Cham­bre d’agriculture.

Le « DL » du 16 décembre a présenté les conclusions auxquelles cette aréopage est arrivé pour relancer l’économie départementale. Parmi eux un syndicaliste salarié, Lionel Picolet, Secrétaire Départemental CFDT Isère .

UNE OPERATION CONDUITE par J.VAYLET et G.BURBA

L’opération a semble t il été conduite par Jean Vaylet Président de la CCI de Grenoble et Georges Burba Président de la Chambre de Métiers tous deux apparentés PS , le second siégeant même dans le groupe PS de Jérôme Safar au Conseil Municipal de Grenoble!  A ce titre – notamment – il a voté Piolle comme Maire de Grenoble. C’est dire s’ils sont crédibles pour prétendre renverser la vapeur. D’ailleurs reconnaissons qu’ils n’y prétendent pas.

DES « PROPOSITIONS » QUI NE FONT de MAL à PERSONNE

Les 8 proposition élaborées « après 18 mois de travail » ne feront en effet de mal à personne. Elle sont effectuées « pour que l’Isère ne perdre pas son rang, ne décroche pas », pour que « salariés et entrepreneurs » retrouvent « de l’es­poir », « pour faire avancer le territoire ».Et bien entendu « Le document sera envoyé aux élus de l’ag­glomération grenobloise et du département .On ne fait pas de politique, on ne demande pas qu’ils signent ce docu­ment, mais qu’ils se l’appro­prient pour nous donner un plan de marche. Nous avons besoins de savoir où l’on va » .

Des " propositions " qui ne gênent pas les élus de gauche et Verts responsables de la paralysie de l'agglomération

Des  » propositions  » qui ne gênent pas les élus de gauche et Verts responsables de la paralysie de l’agglomération

PAS DE COMPTES à VALLINI, COTTALORDA, FERRARI, PIOLLE, DESTOT…

« Faire de la politique « serait s’adresser à MM Vallini et Cottarda ( PS) qui dirigent le Conseil Général, Christophe Ferrari (PS) qui préside l’agglomération, Eric Piolle (Verts/PG) le Maire de Grenoble et -éventuellement– Jean Jacques Queyranne (PS) à la tête de la Région. Ce serait pourtant simple.

Mais Georges Burba avait prophétisé dés octobre 2013 qu’on allait  » vers une amélioration » . Depuis cette prédiction le pays a gagné quelques centaines de milliers de chômeurs supplémentaires et l’Isère a battu le record de son histoire avec 53000 chômeurs. Le bâtiment et les travaux publics sont sinistrés puisque 4000 emplois sont encore menacés en 2015.

OU SONT LES EMPLOIS FRANCS de J.VAYLET?

Parmi les mille exemples qu’on pourrait citer, la présence du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie pendant la pré campagne municipale aux côtés des élus PS et d’un éphémére Ministre de la ville pour encourager les « emplois francs » . Une enième usine à gaz pour des emplois subventionnés dans les quartiers chauds – en l’occurrence Villeneuve- qui témoignait de la socialisation de Jean Vaylet: n’était-ce pas le moment d’expliquer au pouvoir que l’empilement des aides du fait de leur complexité rendait tous ces dispositifs inefficaces? Les entreprises ne préféreraient elles pas de la liberté pour pouvoir investir et embaucher? La baisse des charges plutôt que des subventions?

ON NE SAURA JAMAIS SI UN JEUNE a été RECRUTE

Non les  » emplois francs »  permettaient aux entreprises qui embauchent un  » jeune  » de 18 à 30 ans d’un quartier en difficulté (Villeneuve est en  » difficultés » depuis 40 ans sans qu’on s’interroge sur les vraies causes) de percevoir une subvention. Ni M.Destot, ni G.Fioraso, ni Jean Vaylet n’ont communiqué depuis le lancement en février 2013 sur le résultat. On ne saura peut être jamais si un jeune a été ainsi recruté.

TOUTES LES LIAISONS BLOQUEES depuis 20 ANS

« Savoir ou l’on va « est aussi le leitmotiv de ces propositions: tous les grands projets de liaisons sont bloqués depuis 20 ans comme l’a rappelé récemment Jean-Claude Peyrin Président de l’UMP38 – contournement Nord, A 480, échangeur du Rondeau, autoroute A 51- . cela aurait peut être mérité l’expression d’un zeste d’inquiétude face à cet immobilisme coupable.
Au Conseil Général la semaine dernière André Vallini (PS) a encore empêché que le département délibère en faveur de l’achèvement de Grenoble/Sisteron. La proposition émanait de Pierre Gimel Président (UMP) du groupe d’opposition. André Vallini, lui, annonce aux forces économiques qu’il fait tout pour sortir cette liaison qu’il a lui même stoppé avec ses amis socialistes depuis 1997. Comment tolérer depuis si longtemps un tel double langage?

UN QUITUS CHOQUANT pour UN TEL BILAN

A la veille d’échéance telles que les élections départementales de mars prochain et régionales à la fin de l’année , échéances qui sont une chance pour l’Isère de sortir de ce marasme, un tel  quitus est particulièrement étonnant de la part des représentants des entreprises et des salariés qui annoncent vouloir favoriser le développement économique et l’emploi.

LES ELUS PS POURRONT SIGNER: IL NE SE PASSERA RIEN

Même s’ils ne «le demandent pas« gageons que MM Vallini, Cottalorda , Ferrari et Queyranne vont signer ce document des deux mains. Il n’engage à rien. Aucun des projets de liaisons dont ne veulent pas les Verts n’est soutenu. Seul le projet touristique de Central Parc approuvé par 100 % des élus du territoire concerné, par la population et … le PS est retenu .On accepte de mécontenter les Verts à Roybon mais pas à Grenoble avec A 480, Grenoble Sisteron, le contournement Nord.
Alors que l’agglomération Grenobloise est la seule de France ou le temps perdu dans les bouchons augmente.

+ 11% SUR LA TAXE SPECIALE d’EQUIPEMENT

S’agissant des propositions on croit rêver. La première réclame « des collectivités à la gestion rationalisée et à la fiscalité maîtrisée » au moment exact ( 11/12/14) ou les élus PS/Verts/PC  viennent d’augmenter  dans le cadre de l’EPFL ( l’établissement foncier) de 11 % la taxe spéciale d’équipement en 2015 laquelle s’applique aux ménages et aux entreprises! Ils voulaient anticiper ( s’agissant des impôts ils en sont capables) un hypothétique vote de la loi de finances 2016 qui plafonnerait les recettes des Etablissements fonciers!

Rappelons à ceux qui voudraient tricher que la Présidente de l’EPFL est Christine Garnier Vice Présidente ( extrême gauche) de la Métro portée à cette présidence dans le cadre de l’accord PS/Verts/PC . Elle est donc élue par MM Safar, Ferrari, (PS) : 27 membres de gauche et des Verts de la Métro siégent à EPLF et ont voté cette augmentation alors que les élus UMP s’y sont opposé.

On se demande comment les élus majoritaires pourraient  donc  » s’approprier  » la fiscalisée maîtrisée « . Ne serait il pas plus judicieux, pour être efficace, de mettre le doigt sur les réalités?

L’ECHANGEUR DU RONDEAU: 15 ANS de RETARD

La deuxième  proposition : « L’urgence d’agir pour les déplacements (un enga­gement formel sur l’aména­gement de l’échangeur du Rondeau à Grenoble), des attentes fortes et partagées tant pour les salariés que pour les entreprises » . Elle démontre que les signataires ne demandent rien puisque Christophe Ferrari (PS) a annoncé que ce chantier du Rondeau devrait démarrer … avant 2020, la fin de son mandat .

168 000 VEHICULES PAR JOUR

C’est la seule fenêtre  que les élus Verts ont accordé à Christophe Ferrari dans le cadre de l’accession de celui-ci à la Présidence Potiche de la Métro. L’agglomération a une quinzaine d’années de retard sur ce dossier ( Merci encore MM Vallini, Destot, Baïetto pour votre efficacité) . Compte tenu du temps perdu dans le bouchon du rondeau, du nombre de véhicules de plus en plus nombreux qui transitent malgré les hymnes répétés à la progression miraculeuse des déplacements doux et des transports collectifs, il est de plus en plus impossible aux élus de gauche et d’extrême gauche de nier cette réalité.
De l’ordre de 12 500 véhicules pénètrent en une heure sur l’échangeur du Rondeau en heure de pointe, 168 000 véhicules par jour!

DES GENERALITES SANS CONSEQUENCES

L’amélioration interviendra trop tard alors que le nombre de véhicules aura encore augmenté dans les 10 prochaines années. Les élus de gauche et Verts sont moins réactifs avec ces dossiers qu’ils ne sont anticipateurs avec l’impôt!Les autres propositions relèvent de la même sémantique:

« 3/Donner une perspective aux filières porteuses d’avenir, par un soutien à l’innovation et à l’interna­tionalisation.

4/Un seul interlocuteur, un guichet unique pour l’implantation des entrepri­ses (réussir l’implantation de Center Parcs).

5/Une politique foncière acceptant toutes les entre­prises.

6/Relance de la construc­tion de logements et de bâ­timents à vocation profes­ sionnelle (des annonces fortes et d’urgence pour mettre en chantier rapide­ment les projets existants et relancer l’activité du BTP).

7/Densifier les efforts en faveur de l’alternance et sauvegarder l’emploi en anticipant les difficultés des entreprises.

8/Renforcer la promotion des stations de montagne (mobilisation pour amélio­rer l’accès aux stations – TGV, avion, routes – et une communication pour met­tre en avant les travaux d’amélioration). »

GRENOBLE, SEULE  VILLE SANS LIGNE TGV à GRANDE VITESSE

Ce dernier point ne pose pas non plus la question de savoir pourquoi les élus de gauche ont laissé Grenoble se mettre à l’écart d’une voie à Grande Vitesse entre St Exupéry et le Chef lieu du département, paralysant la voie Grenoble Lyon avec ses  TGV au ralenti, empêchant aussi de mettre en place des TER inter cités entre Grenoble et Lyon et contribuant à… l’engorgement et à la pollution de l’agglomération Grenobloise. Une telle rédaction  témoigne aussi de la perte d’ambition de notre territoire.

GRENOBLE A OBTENU des LOCOMOTIVES avec la DROITE

Le temps n’est pas si loin ou les forces économiques ( ou sont les Henri Ducret, René Michal, Raoul Rocoffort ) demandaient – et obtenaient de l’arrivée de la droite aux responsabilités – la réalisation de l’autoroute Grenoble-Valence bloquée par Dubedout, Mermaz … les dirigeants PS de l’époque. Ils obtenaient l’inscription et le lancement de Grenoble -Sisteron. Au plan industriel Grenoble gagnait contre l’Italie la bataille de l’implantation de SGS Thomson à Crolles ( 1992) qui engendrerait la filière aux 25 000 emplois directs et indirects sur laquelle le développement de Grenoble repose. Ce sera le temps des locomotives: le Synchrotron gagné contre Strasbourg, le Musée d’Intérêt National arraché par un Maire UMP à un pouvoir PS, la réalisation d’Europole et la création de l’Ecole de Commerce qui changeront l’image de Grenoble quand on y entre par le train. Ou sont les réalisations de la gauche et des Verts depuis 20 ans malgré la fiscalité confiscatoire locale?

LA MEDIOCRITE SEMBLE INTEGREE, PARTAGEE

Aujourd’hui, fin 2014, sans aucun regard sur tout ce que ces 20 dernières années ont fait perdre, toutes les perspectives sont revues à la baisse. Comme si la médiocrité était désormais partagée, étant admis par presque tous que Grenoble devienne la grande banlieue à problèmes de Lyon .Ne demeure  alors que « la réfection de l’échangeur du Rondeau » que dans son dynamisme et son volontarisme qui séduisent tant, Christophe Ferrari envisage de démarrer « avant la fin de son mandat » .

Gageons qu’à la pose de la première pierre les signataires de ces propositions seront de la fête pour saluer cette forte « avancée » et faire partager l’idée que « l’Isère ne décroche pas » et mieux que  « salariés et entrepreneurs retrouvent l’espoir ».

Catégories : Actualité