ISERE: 3500 ETRANGERS DEMANDENT UN LOGEMENT D’URGENCE!

Publié par Les Républicains 38 le

Les chiffres révélés par les associations sur l’hébergement d’urgence en Isère démontrent bien qu’on marche sur la tête.

Ce que beaucoup d’élus de l’UMP ont dit à plusieurs reprises dans plusieurs assemblées ,à la Métro (HÉBERGEMENT D’URGENCE: LA GABEGIE pour « MÉTRO ALTERNATIVES ») comme au Conseil Général,(LA GAUCHE DEFEND LES DÉLINQUANTS FACE À P.GIMEL (UMP))  ce qui a été dit ici sur le site UMP38 est vérifié par le collectif des … 76 associations qui s’occupent de l’hébergement d’urgence.

Soulignons toujours ce paradoxe Français selon lequel  » l’associatif » dans notre pays  ne prend pas en charge le problème sur fonds privés , mais existe pour demander aux collectivités locales ou à l’Etat de  traiter le dossier…. donc à l’impôt.

3820 PERSONNES EN QUÊTE d’UN LOGEMENT d’URGENCE

En 2013, selon le « DL » qui rapporte les chiffres des associations, 3 820 personnes étaient en quête d’un logement en Isère (670 Rom, 1 300 demandeurs d’Asiles, 1 500 situations irrégulières et 350 SDF). (UNE SOIXANTAINE DE NOUVEAUX DEMANDEURS D’ASILE CAMPENT DEVANT MC2 à GRENOBLE)

C’est à dire si on retire les 350 SDF parmi lesquels figurent peut être  aussi des étrangers, ce sont 3500 étrangers qui sont en quête d’un logent d’urgence. Dont 1500 n’ont aucune raison objective d’être satisfaits puisqu’ils sont entré de façon irrégulière sur notre territoire.(GRENOBLE « PRODUIT » 3 FOIS PLUS DE SANS PAPIERS QUE LA MOYENNE

600 PERSONNES DANS DES HÔTELS FINANCES PAR le CONSEIL GENERAL

2 161 personnes ont été prises en charge par l’État (Cada et préf­ecture pour les demandeurs d’asile, 115)  et conseil général pour les situations irrégulières et les SDF. Le Conseil Général de l’Isère héberge 600 personnes  dans des hôtels pour des durées qui peuvent être de plusieurs années. Et assure à chacun une cagnotte de 150 € par enfant.

LES DEBOUTES RESTENT SUR LE TERRITOIRE

1 659 n’ont pas de solutions d’hébergement pé­rennes, sachant que 709 d’entre ­elles bénéficient du dispo­sitif hivernal, pendant qu’ils sont un millier à dormir dans la rue, dans des squats ou autres. Parmi ces derniers aussi  70 % sont d’origine étrangère.

Même  Alain Bila, direc­teur général de La Relève reconnait  » il y a une crise face aux flux migratoires. Les person­nes déboutées de leur de­mande d’asile restent sur le territoire et donc dans les lo­gements d’urgence ».

ILS REFUSENT LA LOI ET ON LES AIDE A RESTER SUR FONDS PUBLICS

Résumons nous : on met en place des fonds considérables ( 5M€ pour la seule « Reléve ») , une cinquantaine de personnes pour accueillir des étrangers en situation irrégulière qui ont vocation à retourner chez eux. Puisqu’un pays doit demeurer maitre des personnes qu’il peut accueillir sur son territoire.

En bout de course, après les avoir logés et aidés pendant des mois ou des années dans des conditions dont des Français modestes ne bénéficient pas , ils ne veulent pas appliquer la loi et on met en oeuvre tous les moyens possibles pour les loger ! Sur fonds publics.
Ce seraient des associations mettant en oeuvre des fonds privés on ne pourrait que se louer de ces initiatives.

POURQUOI GRENOBLE ?  » MAIRIE, LOGEMENT  » REPONDENT LES ETRANGERS

Ce ne sont évidemment pas les demandeurs qu’il faut incriminer.Ils fuient la misère et il est naturel qu’ils viennent dans une ville dont on leur dit qu’elle est ouverte : les Roms d’Allibert  qu’Olivier Noblecourt Adjoint (PS) à Grenoble  a logé sous des tentes en attendant des appartements ont expliqué qu’ils arrivaient de Macédoine .

Mais  » pourquoi avoir choisi Grenoble  ?  » dans les seuls mots Français qu’ils connaissent, avec leur accent , ils ont répondu  » Mairie , logement … »  (GRENOBLE: O.NOBLECOURT (PS) a OUBLIE LES ROMS d’ALBERT…)

DES PASSEURS S’ENRICHISSENT, LES GRENOBLOIS S’APPAUVRISSENT

Les filières se passent le mot.C’est à Grenoble qu’il faut aller.  Grenoble accueille 1400 demandeurs d’asile par an. En même temps que des passeurs s’enrichissent de transporter ici ces femmes et ces hommes , les grenoblois s’appauvrissent de porter par leurs impôts ces arrivées de plus en plus nombreuses.(DEMANDEURS D’ASILE DANS L’ISÈRE: 553 SUPPLÉMENTAIRES EN SEPTEMBRE)

D’autant que cette immigration qui ne recherche que l’assistanat n’est absolument pas incitée à s’intégrer. Elle transporte ses modes de vie, ses coutumes et transforme la France en guichet au lieu d’être la terre d’un nouveau départ avec des valeurs partagées.

ALAIN CARIGNON DEMANDE DE LIMITER à 600 PERSONNES pour toute l’ISERE

Parmi ses propositions concrètes pour Grenoble Alain Carignon a demandé que les collectivités ne financent l’accueil des étrangers qu’à proportion du nombre de ceux qu’elles sont capables de recevoir dans la dignité. Soit environ pour l’Isère moins de 600 personnes.(APRÈS 19 ANS DE GESTION PS/Verts: 40 DEMANDEURS PAR LOGEMENT SOCIAL À GRENOBLE)

UNE FUITE EN AVANT DES ELUS PS

Ne serait il pas plus généreux et digne en effet de limiter le nombre afin de pouvoir traiter les personnes accueillies en termes d’emploi, de logement ,de langue Française ,de valeurs de la République ?

Plutôt que cette fuite en avant que pratiquent les élus socialistes et leurs alliés , écrasante pour le contribuable, inefficace et mensongère pour ceux qui arrivent. Et qui porte en elle des germes d’affrontement de communautés comme on l’a déjà vu à Villeneuve  (« ALLONS QUARTIERS » à Villeneuve: OBJECTIF, BÂILLONNER L’INFORMATION) . De plus ces centaines de personnes jetées dans la marginalité participent de la dégradation générale de la ville

Notre photo: le campement  » provisoire  » mis en place par la municipalité de Grenoble pour des familles venues de Macédoine qui attendent un logement  d’urgence. En réalité 3500 personnes sont en attente et si cette politique se poursuit le nombre ne fera que s’accroître puisque la filière est connue…

 

 

 

Catégories : Actualité