Réaction de Jean-Claude PEYRIN au sujet des poursuites pour harcèlement moral dont est actuellement l’objet André Vallini

Publié par Les Républicains 38 le

Réaction de Jean-Claude PEYRIN au sujet des poursuites pour harcèlement moral dont est actuellement l’objet André Vallini

Au moment où André Vallini est poursuivi devant les Prudhommes par une de ses salariés pour « harcèlement moral », et bien que, dans l’attente du jugement, André Vallini soit présumé innocent, je demande au Président du Conseil Général de s’expliquer sur son comportement personnel, tel qu’il est révélé par nombre de déclarations aujourd’hui publiées. Je lui demande de s’expliquer sur les raisons de la véritable valse de ses proches collaborateurs à laquelle on a assisté au Conseil Général, puisqu’il semble qu’une centaine d’entre eux ont changé en 10 ans (selon Médiapart) ce qui est un record absolu.

Je rappelle qu’André Vallini est l’auteur d’amendements visant à lutter contre le harcèlement moral et d’un autre tendant à  exiger « l’élaboration d’un bilan de la situation des entreprises en matière de harcèlement sexuel, moral et psychologique ». Ils avaient été refusés par la Commission des Affaires Culturelles de l’Assemblée Nationale. Je lui propose de s’appliquer à lui-même sa proposition de loi, ce qui nous permettrait de juger de la réalité de la situation du personnel du Conseil Général dont nous ignorons tout, et lui permettrait aussi, pour une fois, de mettre ses actes en accord avec ce qu’il préconise.

Jean-Claude PEYRIN

Président de la Fédération

Conseiller Général

cliquez ici pour accéder à  l’article de Médiapart