INSÉCURITÉ: LES GROSSES FAILLES de la CHAINE POLICE/JUSTICE À GRENOBLE

Publié par Les Républicains 38 le

Grenoble est secouée par les faits divers les plus graves. Le débat sur le  » droit des Grenoblois à la sécurité  » de mercredi soir tombait à point.Tous les candidats ont souligné la dégradation de la situation: Alain Carignon, Denis Bonzy, Matthieu Chamussy, Benjamin Piton et Jérôme Ripoll.

Le représentant du syndicat des CRS Jérôme Robert qui s’est exprimé dans le cadre des « primaires du changement »a été clair : la zone prioritaire de sécurité de Grenoble est créée a effectif constant.

M DESTOT ET J.SAFAR N’ONT PAS OBTENU UN POLICIER SUPPLÉMENTAIRE POUR GRENOBLE!

Il est donc bien exact que MM Destot et Safar n’ont pas obtenu un policier supplémentaire pour Grenoble malgré leur « proximité «  avec le Ministre de l’Intérieur et le défilé Ministériel à Grenoble. ( défilé stoppé depuis car le ridicule et l’inefficacité  sont apparus clairement)( M.Destot (PS)  » heureux  » de jouer au présentateur de Ministres défilant à Grenoble…)
Quoi qu’en aient dit des médias complaisants.( FR3 GRENOBLE DÉMENTIE PAR LE COMMISSAIRE de POLICE) Ce qui signifie que lorsque la police va se concentrer sur un secteur ou un fait un autre secteur et d’autres faits ne disposeront pas des effectifs nécessaires.

DES MALFRATS BÉNÉFICIENT DU DYSFONCTIONNEMENT DE LA JUSTICE

Dans le cadre du débat de mercredi soir il a été beaucoup question aussi de la chaine Police/Justice.

Or si le système judiciaire Grenoblois a totalement épargné les élus PS depuis 18 ans il semble que certains malfrats ont aussi bénéficié de dysfonctionnements.On se souvient de spectaculaires remises en liberté pour vice de forme de procédure qui avaient beaucoup étonné compte tenu des protagonistes.(un magistrat à gauche,R.GRANDFILS: LA QUESTION DE L’ÉQUILIBRE DES POUVOIRS À GRENOBLE)

DES PRÉVENUS ET LEUR SCI TOTALEMENT RELAXÉS

Mais la relaxe de Abdelaziz et Abdelghani C. cette semaine par le tribunal correctionnel de Grenoble surprend aussi.

140 Kg de résine de cannabis avaient été saisis en mars 2011 après une longue traque des policiers Grenoblois. À ce volet s’ajoutait un volet financier puisqu’une SCI constituée par des prévenus avait acquis des biens immobiliers pour 1 millions d’Euros.

La encore l’avocat de la défense avait obtenu assez aisément en décembre 2012 la mise en liberté de trois prévenus pour un problème de procédure. Quand on sait combien les magistrats sont frileux en la matière les observateurs avaient été étonnés de cette mesure. Nous avions dit notre étonnement au moment de cette décision.

Revenus devant le tribunal en avril le jugement a été rendu mardi dernier. Le «DL «  rappelle que le parquet avait demandé de 3 à 8 ans ferme contre les prévenus et la dislocation de la SCI.

UN TRÈS MAUVAIS FONCTIONNEMENT DE LA CHAINE POLICE/JUSTICE

Quel est le résultat de ce travail policier de plusieurs mois intégrant les enquêtes y compris financière qui font peser un fort soupçon sur l’origine des revenus ?

3 protagonistes ont été reconnus coupables de trafic de drogue mais relaxés pour blanchiment.  Deux d’entre eux ont écopé de 4 ans de prison et l’autre de 2 ans dont un avec sursis.

Abdelaziz et Abdelghani C ont été relaxés de toutes les charges qui pesaient sur eux ainsi que leur SCI.

Ce déroulement des faits sur un dossier pris parmi tant d’autres témoigne d’un très mauvais fonctionnement de la chaîne police/Justice à Grenoble qui est l’un des facteurs de la montée de l’insécurité .

LA DELINQUANCE TIRE LES CONSÉQUENCES DE CES FAIBLESSES

La délinquance installée à Grenoble qui voit des sanctions si faibles pour des revenus si importants ne peut pas ne pas en tirer les conséquences. Elle sait lire : mieux vaut être jugé à Grenoble…

C’est un message qui encourage celle –ci. Le cumul des choix de peuplement de la municipalité Destot, de la paupérisation de la ville, de son laxisme sur la délinquance avec une justice Grenobloise sous l’influence du syndicat de la Magistrature qui ne cache pas son militantisme produisent la situation explosive que l’on connaît.(GRENOBLE ET PARIS: DES MAGISTRATS DÉSIGNENT DES CIBLES POLITIQUES)

 S’agissant de ce dossier particulier,  aux dernières nouvelles il semblerait que le Parquet fasse appel. Difficile de faire autrement. Pour combien d’autres passés à la trappe ?

 

 

 

Catégories : Actualité