INSECURITE à GRENOBLE: E.PIOLLE (Verts/PG) le DOS au MUR

Publié par user1 le

La vraie vie a pénétré le Conseil Municipal de Grenoble grâce aux questions d’actualité ce lundi 20 octobre. Même si la municipalité impose un formalisme d’un autre temps, Richard Cazenave, Conseiller Municipal (REP) a pu énumérer la liste des griefs que les Grenoblois font au Maire du fait de sa posture idéologique s’agissant des questions de sécurité .

 » DES SIGNAUX  ALARMANTS »

« Ce que nous savons de votre politique en la ma­tière résulte pour l’essen­tiel de vos déclarations dans la presse », a regretté l’élu avant de s’inquiéter de « signaux alarmants » et de déclarations qui ne peuvent être « interpré­tées autrement que comme un aveu d’impuissan­ce ». « Il est encore temps de reprendre votre ré­flexion à la lumière des réalités, de réorienter vo­tre action et de donner à notre collectivité une feuille de route claire » a lancé Richard Cazenave .

DES TEMOIGNAGES EMOUVANTS aux EAUX CLAIRES

Il avait notamment cité au préalable des témoignages émouvants de grenoblois qui s’expriment dans la pétition lancée par le quartier des Eaux Claires. Tous les quartiers sont en situation difficile a t il plaidé nommant chacun.

+ 33% DE VOLS AVEC VIOLENCE au PREMIER SEMESTRE 2015

Dégradations, agressions, menaces, incivilités, toute la ville est concernée et l’accélération n’est pas conforme à la moyenne comme l’a affirmé Eric Piolle + 41% de vols avec violence en 2014 et encore + 33% au premier semestre 2015, + 55% de délinquance dans les transports en communs au premier semestre 2015. On veut croire que ces chiffres ne sont pas ceux de la France!

LA MAJORITE MUNICIPALE DEMEURE de MARBRE

Comme à son habitude la majorité municipale est demeurée de marbre. Eric Piolle expliquant son immobilisme par le « travail de coordination » . Il affirme aussi que « nous sommes dans les 15 premières villes pour les effectifs de police » . Outre que cela est insuffisant du point de vue des normes de policiers par habitant,   la police municipale  de Grenoble ne dispose pas de caméras de vidéo protection, n’est pas armée et une partie de ses effectifs s’occupe de la fourrière. Et Grenoble avec sa banlieue dans la ville, l’imposition de 50 % de logements sociaux dans chaque nouvelle opération immobilière à d’autres besoins que… Bordeaux. D’ailleurs il n’y a pas photo sur la qualité de vie entre les deux villes.

 » UNE ENQUÊTE de VICTIMISATION » de la METRO !

Toujours dans le déni mais n’osant l’affirmer à haute voix, Eric Piolle n’a pas pu s’empêcher d’émettre un doute sur la réalité de l’insécurité. Il veut « sortir des situations particulières « dont les Républicains sont les porte parole . Pour cela à l’échelle de la Métro il lance une « enquête de victimisation « (!). Histoire de noyer le poisson et de gagner du temps. C’est çà dire d’en faire perdre aux Grenoblois victimes de sa politique.

COMME les ASSISES du COMMERCE et le COMITE d’AVIS de la CULTURE…

Cette tactique politicienne devrait rencontrer autant de succès que ses « assises du commerce « qui avaient le même objet pour l’économie locale. Ou que les faux «comités d’avis et de suivi « dans le domaine culturel qui ont explosé aussi. Le faux ne peut pas remplacer le vrai durablement. Ce que Richard Cazenave a résumé ainsi: « le senti­ment que les décisions sont prises pendant qu’on nous amuse avec une pseudo­ con­certation. En continuant ainsi vous allez mettre le feu à la ville. Une révolte est en train de monter ».

LES MILITANTS REPUBLICAINS38 ONT RENCONTRé les GRENOBLOIS

Sans nul doute. Sur le terrain ce week end les militants Républicains qui proposaient de signer la pétition demandant un référendum sur les caméras de vidéo protection ont rencontré une large adhésion des Grenoblois.  Sur le marché de l’estacade, rue Félix Poulat, rue de Strasbourg.

Le jour ou les 8000 signatures seront déposées et le référendum organisé , Eric Piolle disposera d’une réponse directe et franche des Grenoblois à son étude sur « la victimisation ».

Photo: rue de Strasbourg dimanche les Républicains s’adressaient aux Grenoblois pour faire signer la pétition réclamant un référendum

Catégories : Actualité