INSALUBRITÉ de GRENOBLE: les RATS SONT DANS LA VILLE
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  INSALUBRITÉ de GRENOBLE: les RATS SONT DANS LA VILLE
18 août 2017 06:08 Commentaires fermés user1

« Vous les avez vus passer, forcément, dans n’impor­te quelle rue de la ville, dans n’importe quel parc aus­si. Les rats sont de sortie cet été et notamment dans le parc Paul ­Mistral, particulière­ment fréquenté. Il y a des rats de partout et en toutes saisons mais depuis quelques années, la Ville de Grenoble constate une recru­descence « explique » Le Dauphiné » (15/8)

Il est en effet difficile d’échapper à cette nouvelle gangrène qui progresse aussi dans la capitale des Alpes. Comme si la « pourriture » qui sévit en surface, dénoncée par le Procureur de la République, se développait aussi en galeries souterraines pour émerger de plus en plus visiblement

PH.GAUDÉ (service d’Hygiène) « 2 ou 3 ANS QU’ON A UNE PRÉSENCE ACCRUE en SURFACE »

Pour Philippe Gaudé, responsable du service hygiène : « Cela fait deux ou trois ans qu’on a une présence accrue en surface et on consi­dère que si les rats sortent, ça veut dire que la population souterraine est importante ».

Bien entendu la municipalité Piolle (Verts/PG) passe le message pour se défendre : on constate ce phénomène dans d’autres villes. Lesquelles ? on ne le saura pas. Comme pour l’insécurité. Bien entendu il y en a partout de la délinquance. Mais à Grenoble elle est de 63 % supérieure à celle des villes comparables, soit 7000 actes de délinquance supplémentaire.

ORDURES, DÉCHETS, PROPRETÉ URBAINE : ESSENTIEL CONTRE LA PROLIFÉRATION 

C’est comme les rats. Si Grenoble en comptait 7000 de plus par exemple -comme la délinquance-  la municipalité n’aurait aucune responsabilité?  Or la question des ordures, des déchets, de la propreté urbaine est essentielle pour limiter la prolifération comme le reconnait d’ailleurs le responsable du service hygiène de la ville envoyé en première ligne.

La encore la municipalité voudrait s’en laver les mains: « ni les rats, ni les moustiques, ni les pigeons n’appartiennent à la Ville de Grenoble » dit elle dans le « Dauphiné ». Mais l’état de Grenoble favorise grandement leur développement.

L’ESPACE PUBLIC et la GESTION DES HLM ABANDONNÉS 

On n’entend pas la délicate Lucille Lheureux l’Adjointe (Verts/PG) à l’espace public sur ce sujet nauséabond. Et pour cause. Pas besoin de disposer d’une formation scientifique pointue pour constater en effet que la saleté de la ville participe de cette prolifération inquiétante et dangereuse des rats.

« Au sein des copropropriétés, tout le monde doit  participer à la bonne gestion des déchets dans des locaux de  stockage dans un état satisfaisant » ordonne la municipalité comme si la cause de la saleté de la ville était les co-propriétés privées !

C

Rue Philis de la Charce à Grenoble, en plein centre ville.Par idéologie, la municipalité a fait la chasse aux Sanisettes entretenues et propres gérées par le privé ( photo GLC)

C’est bien l’espace public qui est délaissé, de plus en plus sale, ce sont l’OPHLM ( Actis) présidé par Eric Piolle et Grenoble-Habitat présidé par Maryvonne Boileau (Verts/Ades) dont les espaces communs sont les plus mal entretenus qui favorisent cette progression des rats dans Grenoble, une progression dangereuse pour la santé en général et les enfants en particulier.

PARC Paul MISTRAL : LES RATS QUI COURENT AU MILIEU des JEUX d’ENFANTS 

Qui sera le premier Claude Jacquier (Verts/Ades) des rats, celui qui reconnaitra la situation spécifique aggravée de Grenoble, dénoncera l’immobilisme de la municipalité à l’égard de la propreté comme première cause de cette prolifération ?

Car comme pour la délinquance, Eric Piolle va avoir de plus en plus de mal à tenir sur la ligne du déni : toutes les mères ou tous les pères de famille qui ont accompagné leurs enfants au parc Paul Mistral cet été et ont vu courir des rats à travers les jeux d’enfants ont été horrifiés.

Et encore tous n’ont pas subi le traumatisme supplémentaire de voir leur garçon de 10 ans renversé dans la parc par un scooter avec un conducteur sans casque, ce qui est arrivé encore samedi dernier.

UN PLAN MASSIF D’ACTION POUR LA PROPRETÉ

Pas plus qu’on ne peut éradiquer totalement toute délinquance, on ne peut éliminer tous les rats de la ville. Mais il est possible de les réduire drastiquement en se fixant comme objectif de revenir dans la moyenne des villes comparables dans ces domaines. Puis de faire beaucoup mieux afin que Grenoble soit à nouveau un modèle envié.

Pour lutter contre la prolifération inquiétante des rats, la première mesure à prendre par la municipalité Piolle est de lancer un plan d’action massif pour la propreté  comme l’ont proposé les Républicains Grenoblois avec leurs solutions  pour sortir Grenoble de la crise.

Jusqu’à quand et quel niveau de dégradation nos Rouge/Verts grenoblois demeureront dans la tactique de l’évitement?

Photo de une: aux abords de la décheterie quartier Teisseire à Grenoble ( photo GLC)

Partager/Marquer