HÔTELLERIE: LA CCI RECONNAÎT LE DÉCROCHAGE DE GRENOBLE

Publié par Les Républicains 38 le

Le cabinet Deloitte a dévoilé cette semaine à la Chambre de Commerce et d’Industrie sa photographie du secteur hôtelier dans l’agglomération Grenobloise entre 2010 et 2012.

L’image est accablante pour la municipalité Destot : quel meilleur baromètre de l’attractivité de la ville que sa fréquentation hôtelière ? L’économie, le tourisme, une accessibilité facilitée engendrent automatiquement des hôtels fréquentés.
Le diagnostic qu’avait livré Jean-Pierre Gillet Vice Président de la CCI alors qu’il était l’un des grands témoins dans le cadre des «  primaires du changement » se trouve confirmé par cette étude.

LE VICE PRÉSIDENT DE LA CCI L’AVAIT ANNONCÉ

Le Vice Président de la CCI avait annoncé que Grenoble avait le plus bas taux de fréquentation des hôtels des villes de sa dimension.(GRENOBLE: LE PLUS BAS TAUX DE FRÉQUENTATION D’HÔTELS)

Olivier Petit du cabinet Deloitte ne dit pas autre chose en d’autres termes comme le raconte Grenews: l’offre augmente : « plus 8% en deux ans, soit 60 établissements en plus, surtout dans la tranche bas de gamme », détaille t il. De l’autre, la demande décline avec un taux d’occupation en baisse de 5% sur deux ans, pour les hôtels de milieu et haut de gamme, et jusqu’à 6% sur une seule année pour les établissements bas de gamme. Résultat : « Les prix moyens pratiqués sont stables, mais le chiffre d’affaires est en repli car il y a de moins en moins de clients, le secteur hôtelier est en décrochage ».Ajoutant :« par rapport à des villes comme Rennes ou Montpellier le taux d’occupation de Grenoble est à la traîne ».

LA  MUNICIPALITÉ CRÉE UN HÔTEL EN PLEINE RÉCESSION

Gageons qu’il se trouvera un commentateur pour expliquer que c’est encore un succès parce que Grenoble sait mieux comptabiliser l’occupation des chambres que les autres villes !

Pendant ce temps-là, près de la Caserne de Bonne, l’Okko Hôtel sort de terre pour proposer 138 chambres dès mars 2014 !(Grenoble : LA MUNICIPALITÉ PS CRÉE UN HÔTEL EN PLEINE RÉCESSION!)

Pourtant pour Olivier Petit : « Il ne faut pas recréer une capacité supplémentaire », car le besoin n’existe pas.

POURQUOI LA CCI A LAISSÉ FAIRE ?

On se demande pourquoi la CCI a laissé faire ? N’est elle pas le gendarme de l’économie ? Comme elle a laissé s’installer des ribambelles de nouveaux commerces à Bonne et ailleurs alors que les rideaux tombent dans toute la ville et dans tous ses quartiers sous le double effet de la concurrence augmentée pour un marché qui se réduit du fait de la paupérisation de la population Grenobloise.(COMMERCE : GRENOBLE SAISIE PAR UNE VAGUE DE RIDEAUX BAISSÉS)

Et on n’a pas encore entendu de vives protestations contre la création de …15000 m2 d’activités commerciales à Lesdiguières.(LESDIGUIÈRES à Grenoble: 15000 M2 de commerces et 150 logements sur un hectare!)

53 Cours Jean Jaurès, tous les locaux sont vides

53 Cours Jean Jaurès, tous les locaux sont vides

Cours Jean Jaurés , une pharmacie vendue aux enchères !

Cours Jean Jaurés , une pharmacie vendue aux enchères !

Faut il attendre une prochaine étude du cabinet Deloitte pour constater que l’offre commerciale excessive que la municipalité PS impose à la ville est source d’un déséquilibre structurel qui asphyxie le commerce existant déjà pénalisé par la suppression des places de stationnement et la paralysie de l’agglo en termes de circulation.(COURS JEAN JAURÉS À GRENOBLE : EFFONDREMENT DU COMMERCE)

GRENOBLE A LAISSÉ PARTIR LE SIG !

Pour revaloriser l’hôtellerie grenobloise, le consultant propose de « transformer Grenoble en destination touristique (comme Nantes et Bordeaux l’ont fait) en organisant des événements à fort retentissement national et en développant de bons équipements touristiques ».

Sauf que Grenoble , dites la capitale des Alpes a laissé partir en 2004 le … Salon International des Sports d’Hiver qui était l’une des grandes manifestations internationale de la ville collant à son image.
Ce fut d’ailleurs le début des malheurs d’Alpexpo puisque le PS et les Verts/Ades qui géraient la structure n’en ont tiré aucune conséquence en matière de frais de fonctionnement à réduire puisque les recettes étaient moindres.

GRENOBLE S’EST DISQUALIFIÉE

Mais cette perte a été un signal fort de la dégringolade de la ville et de sa disqualification alors que localement on continuait les cocoricos couvrant de louanges nos grands dirigeants locaux à la manière de la Corée du Nord : nos résultats ne sont pas bons, mais on est toujours les meilleurs.

Aucun festival , aucune manifestation n’est le drapeau de la ville à l’échelle nationale . La seule image renvoyée fortement est répulsive : c’est celle de l’insécurité .
On peut relier la baisse dramatique de fréquentation touristique avec la baisse du nombre d’étudiants : dans les deux cas on se pose la question de la sécurité avant de choisir Grenoble comme destination ou y envoyer son fils ou sa fille étudier.

LE CENTRE VILLE DE GRENOBLE EST DÉGRADÉ

Ajoutons que Montpellier, Bordeaux, Lyon ont mis le paquet pour valoriser leur centre ville afin de dégager une image positive la ou Grenoble a laissé se dégrader les choses avec un centre qui ressemble à sa banlieue.(PLACE VICTOR HUGO à GRENOBLE : la DÉSOLATION)

À entendre le diagnostic du cabinet Deloitte on ne peut que s’interroger sur le rôle des acteurs économiques qui ont accompagné cette descente aux enfers avec ses conséquences pour le développement du courant d’affaires ?

Analyser successivement et après qu’elles aient produit leurs effets les politiques conduites par les élus PS en les cogérant avec eux  n’est pas le meilleur moyen de servir les entreprises qui souffrent de cette situation.(Grenoble: emplois « francs » . La CCI applaudit encore…)
Peut être ce rapport sur la situation de l’hôtellerie réveillera t il les consciences ?

 

 

 

Catégories : Actualité