HEBERGEMENT des ROMS: LA PANADE de la MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG)

Publié par Les Républicains 38 le

Ce lundi soir 15 juin à 18 h des associations manifestent pour soutenir le relogement des 3 à 400 Roms du bidonville Esmonin.
« Nous demandons avec force que soit élaboré en amont (du démantèlement, NDLR), en concertation avec les habitants du camp, les acteurs et militants de terrain, un dispositif de relogement digne, adapté pour toutes les personnes installées actuellement dans ce bidonville » rappellent ils au DL.

Eric Piolle (Verts/PG) est dans la panade la plus complète. En branchant immédiatement l’eau et l’électricité gratuite dés l’arrivée des premiers occupants du bidonville il a grandement favorisé son développement. En annonçant dans la même période que l’hébergement des étrangers en situation irrégulière était « inconditionnel » à Grenoble il a lancé la machine infernale.

UN RETROPEDALAGE TRES COMPLIQUE

Aujourd’hui le rétropédalage est compliqué. Les soutiens de la municipalité s’y collent avec difficultés. Les Verts se contorsionnent sur leur site avec une « solution collective portée par l’ensemble des acteurs publics « (!). Pourtant la municipalité Piolle n’avait pas demandé son avis aux « acteurs publics « en prenant ses décisions et en lançant ses appels d’air. Comme la expliqué Jean-Pierre Barbier Président ( Républicains) du Conseil Départemental « ceux qui ont allumé la mèche appellent au secours«

Avenue Esmonin à Grenoble un bidonville qui a pris une ampleur considérable depuis 15 mois dans l'indifférence de la municipalité

Avenue Esmonin à Grenoble un bidonville qui a pris une ampleur considérable depuis 15 mois dans l’indifférence de la municipalité

 

Les VERTS: « RISQUE MAJEUR D’ACCIDENTS QU’UNE PRESENCE AUSSI IMPORTANTES de PERSONNES… »

Maintenant les Verts (12/6) estiment que « la situation s’est fortement dégradée (…) les risques encourus par les personnes se sont multipliés. Les raccordements électriques illégaux non protégés, et les groupes électrogènes à essence sont des facteurs de risques d’électrocution et d’incendie manifestes, la densification des cabanes multiplie les risques pour les personnes pour s’échapper en cas d’incendie… sans compter le risque majeur d’accidents qu’une présence aussi importante de personnes en bordure d’une voirie très passante comporte. »

A.DENNOYELLE ( Verts/PG) DISTRIBUE DES ELEMENTS de LANGAGE

Ce que le quartier Alliés Alpins, l’opposition affirment depuis un an. On ne peut pas louer non plus la municipalité Piolle pour sa capacité d’anticipation!  De son côté Alain Dennoyelle Adjoint (Verts/PG) se fend d’une note très complète que nous avons pu lire afin de diffuser des « éléments de langage » à ses soutiens. Car, selon lui,  « différentes annonces et actions ces dernières semaines touchant à l’accueil des étrangers sans domicile ont provoqué des incompréhensions pour certains d’entre nous, pour des personnes proches dans nos réseaux » .

LA FAILLE POURRAIT S’ELARGIR dans la MUNICIPALITE PIOLLE

C’est le moins qu’on puisse dire .La municipalité Piolle pourrait bien voir la faille ouverte dans sa majorité sur GEG devenir béante avec cette affaire. Alors pour convaincre ses soutiens la municipalité Piolle en rajoute sur ce que l’opposition affirmait dans le désert quand elle n’était pas accusée de «stigmatiser« une population.

Cette semaine une course poursuite avec une voiture de Roms du camp ayany cambriolé à Bernin s'est achevée par un carambolage avenue d'Innsbrück à Grenoble

Cette semaine une course poursuite avec une voiture de Roms du camp ayant cambriolé à Bernin s’est achevée par un carambolage avenue d’Innsbruck à Grenoble

 

 » UNE SITUATION INCONTRÔLABLE »

« La situation sur place apparaît depuis avril comme incontrôlable (…) densification importante des cabanes avec des risques pour les personnes pour s’échapper en cas d’incendie, développement sans doute de la prostitution au sein même du camp, raccordements électriques illégaux non protégés, et groupes électrogènes à essence, avec risques d’électrocution et d’incendie manifestes, présence de personnes monnayant des « services » auprès des autres habitants (matériaux, « droit » d’installation, raccordement électrique, autre ?), heurts avec des personnes des voisinages, débordements le soir et tard dans la nuit (musique, feux) dont une conséquence a pu être dernièrement l’accident d’un enfant à vélo… D’une manière générale, on peut aussi constater qu’une présence aussi importante de personnes à cet endroit, sur un espace étroit en bordure d’une voirie très passante comporte par lui-même un risque majeur d’accidents. » écrit Alain Dennoyelle . Heureusement que c’est lui!

A.DENNOYELLE:  » C’EST VIOLENT COMME DEMANDE et de FAIT DELICAT’ (!)

Que c’est douloureux camarades: « , la Ville devait intervenir. La seule manière pour la Ville (…) est la demande d’évacuation du camp ! C’est violent comme demande, et de fait délicat » précise Alain Dennoyelle.  Très « délicat « en effet de demander l’évacuation d’un camp par la police et les buldozers alors qu’on a soi-même encouragé son développement. Et qu’on a produit tant de discours sur les évacuations de ce type depuis tant d’années et les  » brutalités » policières. D’autant que l’épisode du 51 rue des Eaux Claires à l’occasion duquel Alain Dennoyelle a envoyé la police pour dégager une maison réservée à « Roms Action » a laissé des traces à l’extrême gauche.

 » 2 NOUVELLES MAISONS  » POUR HEBERGER les ROMS

En contre partie Alain Dennoyelle rappelle tout ce que la ville ( le contribuable) fait pour l’hébergement des étrangers irréguliers: les occupants du centre Verlaine ont été logés ( « mise à disposition d’anciens appartements d’instituteurs de la Ville) et site du Rondeau, en novembre et décembre 2014 (80 personnes)« .

« Le CCAS dans le cadre de la MOUS d’agglomération « pour l’insertion des personnes de l’UE dans des campements et squats » intervient pour mobiliser des maisons ou appartements désaffectés pour installer des familles en démarches d’insertion par le travail et le logement (12 familles actuellement, 2 nouvelles maisons versées au dispositif dernièrement) » précise t il.

L'acquisition de villas pour loger les Roms soulève beaucoup de questions. Eric Piolle (Verts/PG) a même démenti devant des habitants en colère que c'était pour eux. Ici à droite, rue rgouges à Grenoble dans un quartier ( Jouhaux et Abbaye) déjà en difficultés

L’acquisition de villas pour loger les Roms soulève beaucoup de questions. Eric Piolle (Verts/PG) a même démenti devant des habitants en colère au Village Olympique que ce soit réservé à ces populations . Ici la maison à droite, rue Argouges à Grenoble dans un quartier ( Jouhaux et Abbaye) déjà en difficultés

Même problématique 72 avenue Léon Blum

Même problématique 72 avenue Léon Blum

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A.DENNOYELLE DEMENT ERIC PIOLLE

A Dennoyelle dément Eric Piolle lequel avait affirmé qu’il était faux de laisser croire que les deux dernières maisons acquises à Grenoble rue Argouges et avenue Blum étaient réservées aux Roms. Alain Denoyelle confirme que les occupants des bidonvilles bénéficieront de ses maisons comme ceux de Verlaine ont bénéficie des logements d’instituteurs désaffectés.

F.CLOTEAU ( Verts/PG/PS/PC) :  » 400 PERSONNES à LOGER C’EST BEAUCOUP »

D’ailleurs la vice présidente de la Métro F.Cloteau, de la majorité PS/Verts/PG/PC a été elle aussi très claire en répondant au DL:» dans le cadre de la “maîtrise d’œuvre urbaine et sociale” portée par la Métro, qui agit sur l’insertion par le travail et le logement, on espère trouver 35 logements en diffus et 25 en groupés. Mais 400 personnes à loger, c’est beaucoup, on ne sera pas en capacité de recom­mencer l’année prochaine. »

E.PIOLLE VOULAIT OUVRIR le DISPOSITIF  » HORS UNION EUROPEENNE »

De son côté Alain Dennoyelle rappelle que la municipalité Piolle voulait ouvrir le dispositif d’hébergement d’urgence  » à tous les publics en particulier hors UE. ». Ainsi toutes les personnes originaires du Maghreb et de l’Afrique pourraient venir s’installer à Grenoble au frais du contribuable ! Lorsqu’on la qualifie d’idéologue la municipalité Piolle proteste. Pourtant qu’est-ce qu’une attitude idéologique sinon une position qui ne prend pas en compte la réalité?

le « VIVRE ENSEMBLE » EST MENACE

Françoise Cloteau estime que l’agglomération pourra loger 400 Roms cette année ( pas à Champagnier dont elle est Maire visiblement) mais ne pourra pas renouveler l’opération. C’est déjà énorme dans une agglomération qui explose , se paupérise et ou le vivre ensemble est menacé.

L'une des conséquences est le développement de la mendicité à Grenoble ( ici avenue Alsace Loarrine)

L’une des conséquences est le développement considérable de la mendicité dans Grenoble ( ici avenue Alsace Lorraine)

 

LA MUNICIPALITE VEUT DETOURNER le MECONTENTEMENT sur l’ETAT

Alain Dennoyelle ne sait plus ou donner de la tête dans ses éléments de langage distribués à ses camarades. Entre la posture dogmatique et le réalisme il alterne tentant de contenter tout le monde. Résultat chaque camp est en colère. Il n’évoque plus l’inconditionnalité de l’hébergement des étrangers . Il tente de détourner le mécontentement sur le gouvernement PS: « Le fait que l’hébergement d’urgence actuellement ne réponde plus aux besoins, doit-il faire qu’on ne mobilise plus l’Etat ? Comment l’État connaîtrait-il alors l’ampleur des besoins?… «. Faiblard.

COMME AU BON VIEUX TEMPS de L’OPPOSITION

Comme au bon vieux temps de l’opposition il aimerait diriger les associations et collectifs du secteur, ceux que l’extrême gauche a toujours manipulé. Ils les appelle à se rassembler sous le panache municipal: « Les collectifs et associations, et les collectivités n’interviennent pas forcément selon les mêmes modalités ni aux mêmes instants, mais leurs actions doivent aller dans le même sens. Il est possible de travailler sur des propositions communes à faire à l’État » .Venez à nous brebis égarées afin de récupérer le tout.Pathétique dans une ambiance ou plus personne ne fait confiance à la municipalité qui a tout dit et son contraire.

L'extrême gauche locale ( ici Raymond Avrillier, Olivier Bertrand, Vincent Comparat) habituée à manipuler les collectifs et comités " citoyens" , à instrumentaliser la justice, lance des appels pathétiques pour détourner d'elle la colère des mécontents. La situation lui échappe.

L’extrême gauche locale ( ici Raymond Avrillier, Olivier Bertrand, Vincent Comparat) habituée à manipuler les collectifs et comités  » citoyens » , à instrumentaliser la justice, lance des appels pathétiques pour détourner d’elle la colère des mécontents. La situation lui échappe.

 

LES VERTS TENTENT de DETOURNER sur le CONSEIL DEPARTEMENTAL ( Républicains)

Les Verts ne font pas mieux. Sur leur site ils voudraient que le mécontentement s’adresse au Conseil Départemental:  » Le nouveau président du Conseil Départemental a même annulé une subvention de 93 000 € qui devaient aider au relogement d’une partie des personnes du camp. » Tout le monde sait que la subvention n’avait pas été versée et les chalets du Rondeau déjà installés par le CCAS de Grenoble permettant de loger 80 personnes pour un coût qu’Eric Piolle a chiffré à 600 000 € (sans même évoquer les 55000 € de fonctionnement mensuel).

A QUI LA FAUTE?

La décision du Conseil Départemental n’a donc aucune conséquence pour ces relogements. Ou que l’on se tourne dans les argumentaires de la majorité municipale , on ne découvre que politicaillerie, approximations et tentatives d’enfumage. Mais il s’agit plus d’un canard sans tête qui ne sait plus comment faire avec une mèche allumée par la municipalité.

Des Verts qui demandent à la municipalité… Verts que  » l’ensemble des acteurs travaille à un dispositif de relogement digne, adapté pour toutes les personnes installées actuellement dans ce bidonville ». Des propos qui conviennent parfaitement dans l’opposition. Mais un détail semble leur avoir échappé depuis mars 2014.

En effet, « facile à dire » répondrait maintenant excédé,Eric Piolle. Mais à qui la faute?

Photo de une: Le bidonville de l’avenue Esmonin à Grenoble ( photo du DL)

Catégories : Actualité