GRENOBLE: « Une escalade inacceptable de la violence » pour JP Barbier (LR)

Publié par user1 le

L’incendie de la gendarmerie de Meylan est un pas de plus dans l’escalade de la violence qui enflamme l’agglomération grenobloise. Les deux délinquances qui s rejoignent, celle de l’extrême gauche et celle des mafias qui prennent le pouvoir  produisent un effet détonnant .

Rappelons qu’ont brûlé à Grenoble récemment , outre deux gendarmeries, un théâtre, un collège, la Savane Pétanque aux Eaux Claires, un local municipal à Mistral incendié à la voiture bélier… Des dizaines et des dizaines de voitures – il en a été dénombrées 23 pour la seule première semaine d’octobre! – et +42 % d’agressions à main armée en un an après des accroissements considérables les années précédentes.

Elisa MARTIN ( Verts/PG) CONFIRME QU’ELLE NE FERA RIEN 

ça n’a pas empêché Elisa Martin, la Première Adjointe au Maire (Verts/PG) d’expliquer  à l’Union des Habitants du quartier Aigle/Foch/Libération cette semaine que  «  Quand on met des caméras, il faut met­tre des personnes derrière des écrans. Moi, ces moyens hu­mains, je préfère les mettre sur l’espace public » (DL du 21/10/17).

En effet. Elle a raison. Des caméras sans personne derrière les écrans ça ne sert à rien. C’était d’ailleurs la situation de la petite vingtaine de caméras de vidéo protection qui demeuraient encore valides  au temps de la municipalité Destot/Safar (PS). Elles ne servaient à rien. N’étaient regardées par personne.

Mais cet immobilisme est un encouragement à la délinquance qui reçoit le message 5 sur 5 . D’ailleurs c’est le moment qu’a choisi la municipalité Piolle pour organiser une exposition anti-police place de Verdun qui suscite l’indignation. 

 » UN NOUVEAU SEUIL EST FRANCHI » 

A propos de l’incendie de la gendarmerie de Meylan , Jean-Pierre Barbier, Président (LR) du Conseil Départemental a d’ailleurs réagi  sur cette  » escalade de la violence » .

Dans un communiqué il explique : « Les gendarmes, déjà visés en septembre dernier à Gre­noble, ont à nouveau été pris pour cible ainsi que leurs familles avec l’incendie de leurs véhicules personnels. C’est incontestablement à une escalade de la violence que nous assistons. Un nou­veau seuil est franchi et c’est inacceptable !

« Cet acte criminel démontre, si besoin en était encore, que les femmes et les hommes qui se dévouent au quotidien pour notre sécurité, deviennent une cible. Il nous rappelle d’autant plus le rôle incon­ tournable que jouent les for­ces de sécurité, chaque jour, et toute la reconnaissance que nous leur devons. Face à cet acte criminel, le Départe­ment de l’Isère est pleinement solidaire de ce que vivent les gendarmes et leurs familles. Il tient à exprimer tout son sou­ tien et saura témoigner de sa solidarité envers celles et ceux qui ont été touchés par cet incendie. »

Photo de une: l’incendie de la gendarmerie de Grenoble  qui a brûlée en septembre