GRENOBLE: POURQUOI CETTE HAINE des ARBRES?

Publié par user1 le

Pour la Toussaint, la municipalité de Grenoble a expédié un cadavre de plus au cimetière des beaux arbres du Jardin de Ville, au centre de Grenoble.

En liquider deux en début de mandat sans les remplacer n’a pas suffi, il fallait marquer la mi-mandat avec un troisième. C’est chose faite. On se demande combien auront disparu en 2020 lorsque la parenthèse de son passage à la mairie de Grenoble se sera enfin refermée, après six longues années de massacre de la ville pour sauver la planète ?

Au fur et à mesure que s’égrainent des abattages systématiques les grenoblois s’interrogent. Les 19 marronniers de la place Victor Hugo n’étaient pas tous malades, les 65 platanes du cours de la Libération non plus , ni tous les arbres de la rue Lesdiguières abattus, eux, pour travaux.

Des travaux à la piscine Jean Bron ont abîmé les arbres du côté nord. Abattus. Ceux du square Silvestri tout à côté vont l’être pour reloger les terrains de Basket qui doivent quitter le parc Hoche, lequel va être bétonné un peu plus…Rue Durant-Savoyat c’est la construction de l’école qui a justifié leur mise à mort. Boulevard Gambetta , entre le cours Berriat et l’avenue Alsace Lorraine , c’était pour créer un arrêt bus… devenu inutilisé. Quai de France pour une autoroute à vélo. Rue Hébert parce que les 13 hêtres de la rue  » n’ont pas résisté aux contraintes urbaines et climatiques »…. Place de la Gare les magnifiques cerisiers du japon ont été abattus il y a plus d’un an pour être remplacés par… rien.

Partout de dizaines et des dizaines d’emplacements d’arbres demeurent vides depuis des années. Dans des avenues les plus importantes et les plus fréquentées de la ville.

La rue Hébert après le passage de E.Piolle

La rue Hébert après le passage de E.Piolle

La municipalité Piolle envisage de supprimer la dernière ceinture verte au nord de Grenoble pour bétonner l’esplanade: près de 140 platanes sont menacés!

Plus le temps passe, plus les grenoblois sont interloqués. Au début incrédules sur les critiques estimant inimaginable que des élus prétendument écologistes sacrifient des arbres avec autant de facilité. Mais cette impunité dont ils ont bénéficié du fait de leur étiquette trompeuse a conduit la municipalité à se penser intouchable et à dépasser les bornes. Pourquoi cette haine des arbres ? 

Il semblerait que la Compagnie de Chauffage présidée par Hakim Sabri (Verts/Ades) ait besoin de… 100 tonnes de bois par an et se fournisse dans la commune afin de favoriser les circuits courts. Bref l’application des dogmes aboutirait à cette situation dont Grenoble est la victime.

En tout cas Eric Piolle a refusé que soit déposée la pétition proposée par le collectif Grenoble, le Changement demandant un moratoire sur l’abattage, sauf raison majeure attestée par les services. Isa municipalité  a prétexté un désaccord sur le nombre d’abris abattus et contesté la formulation reprise par le texte de la pétition. Oubliant que c’était celle-la même que  son engagement N° 41 de planter des « arbres de variété rare locale et ancienne » !

L’abattage du tilleul du jardin de ville est symbolique. Il a été probablement heurté par un camion lors des très nombreuses opérations du privatisation du jardin. Pourquoi ne pas avoir soigné cet arbre se demandent les grenoblois du centre ville ?

 

Chapiteau privé pour Cécile Duflot et ses amis, fête politique pour soutenir les candidats aux législatives de Piolle avant leur bide complet, Cabaret Frappé , le va et vient des gros semi-remorques et des engins de chantier dans le seul espace vert du centre-ville est une constante depuis qu’il a été transformé en zone de foire au service des seuls intérêts de la municipalité. Tant pis pour les familles grenobloises, tant pis pour les jeux des enfants, tant pis aussi pour les grands arbres qui se mettent en travers des engins de chantier de l’Écologie Piollitique.

>>> LA FÊTE POLITIQUE DE E.PIOLLE QUI FAIT MAL AUX GRENOBLOIS

Alternatiba de Florence Mahrez , une soutien de Piolle occupe régulièrement le jardin pour la transition écologique, ses voitures stationnant toutes gratuitement rue Hector Berlioz où c’est interdit pour les autres. Quand ce n’est pas le jardin lui même qui sert de parking privatif.

LES TILLEULS DISPARAISSENT, LE BÉTON PROGRESSE

Tous les prétextes sont bons pour justifier la disparition des arbres dans la ville.  Alors que la municipalité de droite avait ajiutéune vingtaine d’hectares de parcs et jardins, sauvegardé partout les arbres lors de la construction du nouveau Musée ou bien ceux de la caserne Renyes-Bayard les élus de gauche et verts ont bétonné Grenoble en 20 ans. Il reste moins de 12 M2 d’espaces verts par Grenoblois contre… 48 M2 à la moyenne des grandes villes. Les mêmes bien entendu énoncent de grands discours sur la hausse de la pollution…

>>> LES TILLEULS DISPARAISSENT, LE BÉTON PROGRESSE

IL FAUT DÉFENDRE LES PLATANES DE LA PETITE ESPLANADE !

Le pire est à venir .C’est la bétonisation de la petite Esplanade avec le massacre annoncé de tous les arbres. Il est très probable que les grenoblois ne laissent pas faire. Cette fois la municipalité va trop loin. Cette opération folle démontre que toutes les précédentes étaient du même acabit. 

>>> ESPLANADE : LES GRENOBLOIS NE LAISSERONT PAS ABATTRE LES ARBRES

Photo de une (GLC) les arbres de ceinture verte de l’esplanade sont les prochains menacés