Grenoble: MANQUE de CLASSES ET SUREFFECTIFS pour la RENTREE

Publié par Les Républicains 38 le

« Et le maire Eric Piol­le de rappeler que les su­r-effectifs constatés sur les cinq écoles de Grenoble -Jules ­Ferry, Paul­ Bert, Alphonse­ Daudet, Jean­ Macé et Ferdinand ­Buis­son – sont bien de la res­ponsabilité de l’Éducation nationale  » écrit le « DL ».

Pour la municipalité Piolle dont les membres soutenaient encore le gouvernement lors de la rentrée scolaire précédente -quand Cécile Duflot en était encore membre – il s’agit d’éloigner la foudre des responsabilités .

Dans tout Grenoble les parents d’élèves sont mécontents . En réalité une dizaine d’écoles subissent des sur effectifs. Et si la responsabilité de fournir des enseignants supplémentaires est bien celle de l’éducation nationale, avoir produit ce nombre massif d’éléves supplémentaires est bien la faute de la municipalité.

Eric Piolle annonce que la municipalité fait face en termes de locaux ce qui est faux; les classes supplémentaires construites en urgence le sont au détriment des espaces communs, des bibliothèques ; Toutes ne sont pas achevées comme à Anthoard (Berriat) ou les travaux se poursuivent pour faire naitre une classe au niveau des toits. Aillleurs ( Lucie Aubrac, Jean Macé…) les élèves entrent dans des préfabriqués ou ils feront leur scolarité.(GRENOBLE et les ECOLES:  » UN EXEMPLE » pour l’Adjoint de E.PIOLLE (Verts/PG))

ILE VERTE : LE BETONNAGE PRODUIT SES EFFETS

Dans le quartier de l’Ile Verte à Grenoble,  afin de montrer leur mécontentement, des pa­rents de l’école  Paul Bert ont bloqué  le tram pendant quel­ques minutes la semaine dernière. 

« Nous n’avons pas trouvé d’autre solution pour attirer l’attention  » avait  expliqué au « DL »  Mi­chel Bouché, parent de trois élèves (en grande section, en CE2, en CM2), délégué de l’association des parents d’élèves.

L’école Paul ­Bert compte 350 élèves et 12 classes, ce qui revient à une moyenne de 29,1 élèves par classe. « La sa­turation des effectifs à l’école met en danger les efforts consentis par les enfants et la communauté pédagogi­que », ajoute ­t ­il.

JEAN MACE : IL FAUT ATTENDRE 2018!

Ce qui est vrai à Paul Bert l’est aussi à Jean Macé.  En attendant  2018 (!) l’ouverture d’une nouvelle école sur le terrain en face. « Personne ne passe devant notre école, on est coincé entre l’Isère et la voie ferrée », constate Véronique Munier­Daval, maman d’une élève de CM2. « L’école est passée de 140 à 170 élèves cette année. La moyenne est passée à 28 élèves par classe, donc au ­dessus du seuil ». ( Jean MACé à Grenoble : L’ECOLE AURA ENCORE UN AN de RETARD)

Quant à l’école Jules­ Ferry, des pa­rents avaient obtenu un rendez­ vous avec une inspectri­ce académique adjointe.La situation est la même . On attend des enseignants dans des écoles surchargées .(BÉTONAGE OU URBANISATION ? UNE PÉTITION DÉNONCE  » DES ÉCOLES QUI DÉBORDENT « )

LE PROBLEME VA S’ETENDRE AUX COLLEGES

Dans ces quartiers la municipalité Destot/Safar (PS) a conduit une densification inconsidérée sans prendre en compte les besoins scolaires . Les écoles vont (peut être)  suivre des années plus tard . Même pour les collèges la situation va être très difficile puisqu’André Vallini (PS) et les Conseillers Généraux ( tous PS et Verts) de Grenoble (1) n’ont rien anticipé non plus! (COLLEGES à GRENOBLE: A.VALLINI (PS) LAISSE BETON)

Eric Piolle et sa municipalité poursuivent dans le même sens. Ils se refusent à un moratoire de la densification qui permettrait de faire le point et de connaitre les besoins engendrés par cette nouvelle urbanisation: espaces verts, de sports, culturels, écoles…

LA MUNICIPALITE PIOLLE POURSUIT la FUITE EN AVANT

Ils préfèrent poursuivre la fuite en avant permise par un Plan Local d’Urbanisme ( PLU) dont ils sont les auteurs: c’est en effet un Adjoint Verts/Ades, Pierre Kermen qui a fait voter en 2004 par une majorité PS/Verts le plan qui s’applique à Grenoble et dont on mesure les effets.

Un PLU qui a même permis de vendre une partie du parc Hoche à un promoteur privé pour construire un hôtel alors que la ville cherche un terrain pour construire une école.

Des  » Verts » qui n’ont pas sanctuarisé les parcs publics…

(1) la liste des Conseillers Généraux PS et Verts/Ades auxquels on doit aussi l’immobilisme sur les collèges:  Olivier Bertrand ( Verts/ades) Alain Pilaud, (PS) Denis Pinot, (PS) Amandine Germain (PS) Christine Crifo (PS) Gisèle Perez (PS). Ils perçoivent pourtant une indemnité mensuelle de 3500€ s’ils sont Vice Présidents ou 2800 € minima.

Catégories : Actualité