GRENOBLE: M.DESTOT (PS) PLOMBÉ par SON BILAN DÉSASTREUX

Publié par user1 le

M.Destot tente de tirer un trait sur Jérôme Safar. Dans une lettre aux Grenoblois et une interview au DL ( 15/2/16) il mouline du vide comme à son habitude mais  espère ainsi se maintenir à flot. Signe qu’une lutte interne est ouverte, les  » secrétaires de section PS  » de sa circonscription ont publié un communiqué commun rédigé par l’un d’eux ,Maxence Alloto ,son propre collaborateur, afin d’expliquer que  » cette lettre a pour objectif de redonner l’espoir » . Ah bon, avec Safar plus d’espoir?

Avec la sempiternelle liste des têtes de chapitre que M.Destot égraine depuis 20 ans.  Sans oser établir, secteur par secteur , la triste réalité de son bilan.

GRENOBLE PREMIERE de FRANCE pour l’IMPÔT et les DEPENSES de FONCTIONNEMENT

Côté financier il a trouvé une ville plus en difficultés que Grenoble, Saint Etienne. Sauf que, malheureusement pour lui, le chef lieu de la Loire ne cumule pas les handicaps sur les 4 critère clefs d’une gestion municipale. Grenoble est première de France de sa catégorie pour l’impôt sur les ménages, pour les dépenses de fonctionnement, elle à une épargne nette ( le compte de gestion) négative et elle est sur le podium pour la dette ! En 20 ans les municipalités Destot ont tout simplement ruiné Grenoble, abandonnant en parallèle son patrimoine, induisant des dépenses supplémentaires considérables à la charge des Grenoblois.

IL RESTAIT 16 CAMERAS de VIDEO-PROTECTION au DEPART de M.Destot

Côté sécurité il fait une allusion légère à la vidéo protection car il lui est difficile d’arguer de son volontarisme ! il restait 16 caméras à son départ dont aucune n’était surveillée 24h/ sur 24 et la police municipale désarmée: menacés par une arme en juin 2010 à Villeneuve les policiers municipaux n’avaient même pas obtenu un dépôt de plainte de la municipalité Destot. Ils avaient simplement déguerpi du territoire pour le laisser à d’autres.

AUCUNE GROSSE NOUVELLE LOCOMOTIVE INDUSTRIELLE ou de RECHERCHE  DEPUIS 20 ANS

On croit rêver à entendre Michel Destot discourir sur la « lancée du passé… » . Citant les dépôts de brevets qui permettent de classer Grenoble dans les villes innovantes , mais qui ne ressortent d’aucune initiative municipale. Merci les centres de recherche publics et privés. Mais rien sur l’absence de nouvelle locomotive en 20 ans depuis le Synchrotron et ST Micro à Crolles réalisations de la droite.

2009/2014: LYON A ENREGISTRE 26 570 EMPLOIS, GRENOBLE EN A PERDU 870

Rien sur les chiffres catastrophiques de pertes d’emplois ces dernières années:  Lyon a enregistré 26 570 em­plois de plus entre 2009 et 2014 quand Grenoble en perdait 870 a rappelé récemment JP Gillet Vice-Président de la CCI. Mais Eric Piolle poursuit bien la  » lancée du passé » : cette dernière année le chômage de l’agglomération a augmenté de + 9,5% alors qu’il progressait de + 4,3% dans le Grand Lyon. N’évoquons pas Bordeaux et Toulouse….

En attractivité commerciale Grenoble a quitté aussi la première catégorie

En attractivité commerciale Grenoble a quitté aussi la première catégorie ( source  » le Monde »)

COMMERCE: GRENOBLE REJOINT LIMOGES et CLERMONT-FERRAND

En matière d’attractivité commerciale le  » Monde de l’Economie » a classé Grenoble avec Limoges, Clermont-Ferrand et autres cités reconnues comme particulièrement porteuses économiquement. Tandis que Bordeaux, Lyon, Nice, Nantes, Strasbourg conservent leurs atouts. Quel déclassement. L’ancien Maire parle logement mais n’ose pas non plus citer ses brillantes réalisations urbaines, ni la bétonisation accélérée de la ville avec la baisse dramatique des espaces verts par habitant.

PLUS QUE 14,6 M2 d’ESPACES VERTS PAR HABITANT CONTRE 31 M2 à la MOYENNE NATIONALE

Plus que 14,6 M2 contre 31 à la moyenne des grandes villes. Là aussi Eric Piolle est bien sur la « lancée du passé » : avec la presqu’ile et ses 15 000 futurs habitants sans espaces verts ni parking il parachève bien l’oeuvre précédente. Celle qui a conduit au Grenoble que nous voyons tous: dégradé, paupérisé, déclassé , densifié à outrance, sans même les écoles à hauteur de besoins, avec des parcs qui vont encore être réduits comme à Hoche pour tenter de corriger la lamentable absence d’anticipation dont M.Destot est responsable.

N.BERANGER (LR) :  » IL N’EST PAS LE MIEUX PLACE pour DONNER des LEçONS! »

Comme le résume Nathalie Béranger , Conseillère Régionale et municipale (LR) « Il n’est sans doute pas le mieux placé pour donner des leçons…  » Ajoutant:  » il a géré la ville avec les Verts treize ans,une alliance qui perdure à la Métropole et aujourd’hui au gouvernement […] Cette interview est en réalité un réquisitoire de Michel Destot sur ses  dix-huit années passées à la tête de la Ville » .

LA BATAILLE DESTOT/SAFAR PLOMBEE par LEUR BILAN COMMUN

La bataille de titans dans un bac à sable que se livrent M.Destot et J.Safar demeurera plombée par leur bilan commun. L’un a été le Maire et l’autre – pas de chance- l’adjoint aux Finances et à la sécurité. Chaque année qui va s’écouler va éclairer leur politique passée de la lumière crue de la vérité des chiffres et des faits.

Face à cette désolation , ni l’un ni l’autre ne peuvent opposer une exploit local ou national de nature à la compenser. Le discours lénifiant et creux, sans angle ni concret de Michel Destot, brassant l’air habituel se perd dans le triste Grenoble d’aujourd’hui qui a disparu des radars qui comptent.

 

Catégories : Actualité