GRENOBLE: L’INQUIÉTANTE JONCTION du GAUCHISME et de la DÉLINQUANCE

Publié par user1 le

A la veille de l’élection municipale dernière le candidat socialiste Jérôme Safar avait fait mine de « découvrir la réalité très forte de l’économie parallèle » ( DL du 6/2/14) après 20 ans de gestion PS pendant lesquelles il a été successivement Adjoint à la Culture, à la Sécurité et aux Finances ! Aujourd’hui le PS s’étonne que son siège ait été criblé de balles ce qui a d’ailleurs été condamné au nom des Républicains aussi bien par Alain Carignon que Richard Cazenave ( DL du 24/5/16)

A chaque étape de la montée de la délinquance la gauche s’en étonne et s’affirme surprise. Peut être n’est elle pas attentive à la vie de la ville ou à la simple  lecture du « Dauphiné Libéré » ? Les récentes fusillades de Teisseire devant l’école Jean Racine ou bien celles de la place St Bruno devant les terrasses des cafés ont démontré que Grenoble avait changé de nature dans ce domaine. Il ne s’agit plus de degrés.

LES VOYOUS ONT FÊTÉ l’ANNONCE de la FIN des CAMERAS

Le guet-apens tendu aux policiers à Mistral prouve que la guérilla urbaine est engagée et que la ville avance ( recule) à mains nues.

Car au lieu de faire face la municipalité Piolle (Verts/PG) a annoncé bruyamment la fin des caméras ( le peu qui restaient) , mesure reçu comme un encouragement par les voyous qui ont fêté ça en redoublant leurs délits. Lors des derniers événements Grenoblois sa tolérance aux violences des casseurs qui répondent selon E.Piolle « à la brutalité de la loi » n’a pas arrangé les choses. Pas besoin d’être grand clair pour constater la jonction des méthodes entre la délinquance et l’extrême gauche puisque tout est bon pour abattre le capitalisme ! Côté financement on peut tout imaginer en matière de porosité avec l’Islamisme radical.

LA CLASSE MOYENNE TRINQUE, « NUIT DEBOUT » BÉNÉFICIE de la GRATUITÉ

Pendant ce temps la classe moyenne, celle qui travaille, en est la victime à tous les niveaux. Du fait des agressions, des cambriolages et de l’insécurité . Mais aussi des répressions d’une administration qui ne que connaît son adresse car elle ne sait pas interpeller les marges qui profitent du système. Ou elle en a peur.

Contraventions pour dépassement de terrasses, contrôles fiscaux, contrôles de vitesse, taxes en tous genres, elle est pressurée par les impôts et le contraste avec les écervelés de « Nuit Debout » auquel la municipalité  paie l’électricité, l’eau et le ramassage des ordures est insupportable. Car ils ne sont responsables d’aucune des conséquences de ce qu’ils enclenchent.

DEVANT DES HLM « DES VOITURES COÛTENT PLUS CHER QUE LES IMMEUBLES « 

En parallèle les grosses berlines sont garées devant des HLM, appartenant à des sociétés de location étrangères dans l’indifférence générale.

Comme le rapportait Karim Bouou­dine dans le procès de l’assassinat de Mehdi Chine à Teisseire sa famille « roule dans des voitures qui coûtent plus cher que les immeubles devant lesquels ils les garent « . Mais personne ne voit rien.L’OPHLM est pourtant présidé par Eric Piolle . Pas plus à Teisseire qu’à Mistral, au Lys Rouge qu’à l’Abbaye-Jouhaux l’élu ne remplit son rôle. Déjà Michel Destot n’avait pas entendu les marteaux-piqueurs des dealers qui avaient percé des souterrains à Mistral pour installer des bureaux dans les caves avec caméras de vidéo surveillance de la chaussée ! Ces mêmes caméras dangereuses pour la liberté des citoyens.

100 000 € EN ESPÉCES DANS UN HLM du LYS ROUGE: E. PIOLLE NE VOIT RIEN?

On se souvient que c’est par hasard , en se lançant à la poursuite d’un jeune homme recherché dans le cadre d’un dossier de vio­lences avec arme que les policiers grenoblois avaient fait irruption, en novem­bre 2014, dans un apparte­ment du quartier du Lys Rouge ou 100 000 € en espèces avaient été découverts. Eric Piolle a t il rendu compte de la situation? Pris des mesures de contrôle des appartements?

On sait que l’argent circule pourtant à flot et pourquoi donc aucun service public ne le remarque. Au fil des procès d’assises le système est chaque fois détaillé et concerne de nombreux logements.

A TEISSEIRE 600 € PAR MOIS EN ESPECES COMME GARDIEN de 30 à 50 000 € PAR SEMAINE

A Teisseire un témoin, l’une des nombreuses nourrices du trafic de stupéfiant dirigé par Mehdi Chine faisait son » travail » pour 600 € par mois. Une des chambres de son appartement et son salon étaient utilisés par le réseau pour entreposer de l’argent et de la drogue, mais aussi pour confectionner des bar­rettes de résine de cannabis ou des cocottes de cocaïne. l’ar­gent entreposé chez lui était relevé une fois par semaine soit entre 30 000 et 50 000 euros pour un seul appartement !

Ce témoin a expliqué qu’ayant seulement 900 € de retraite par mois il la complétait avec ce moyen. Il n’a jamais envisagé de prendre un emploi au SMIC comme la loi le permet aux retraités et de doubler ainsi ses revenus. Légalement.

AUX ALLIES ALPINS 14 000 € DANS SON SLIP et 700 dans SA POCHE

Au fil de l’actualité on a vu des policiers arrêter une voiture qui roulait à vive allure quartier Alliés Alpins dont le conducteur avait caché 14 000 € dans son slip et 700 € dans la poche de sa veste. Comment cet argent peut il circuler avec autant de facilités dans les quartiers? Que fait l’OPHLM pour croiser les fichiers, vérifier le train de vie de ceux qui ne paient même pas leur loyer ou l’origine du paiement de celui-ci?

 » CE N’EST PAS LE MILIEU D’OU L’ON VIENT QUI FAIT CE QUE L’ON EST »

Il faut cesser avec l’explication sociale de ces phénomènes qui justifient mal un immobilisme coupable. Lors du procès d’assises de La­zhar Bilouk un jeune sauvagement assassiné par une bande de son quartier sa sœur avait lancé avec émotion en direction de l’assassin présumé « Ce n’est pas le milieu d’où l’on vient qui fait ce que l’on est. C’est ce qu’on décide de faire. j’espère qu’il sera lourdement puni et qu’il re­tournera dans son pays (l’Algé­rie) ensuite car il n’a rien à faire en France. » ( DL du 3/3/16)

A.WASSFI ( MODEM) :  » CELA VIENT EN PARTIE du CLIENTÉLISME de CERTAINS POLITIQUES »

Ce que Asra Wassfi, conseillère munici­pale (MODEM) à St Martin d’Hères aux côtés de Mohamed Gafsi (LR) ,réfugiée politique à l’âge de 2 ans d’un père Irakien et d’une mère apatride, Palestinienne du Liban explique aussi à sa manière : » Moi, fille de migrants, je me suis battue, j’ai bossé pour devenir ingé­nieure. J’ai toujours pensé que c’était possible. Mais aujourd’hui, est­ ce normal que les enfants dans les quartiers n’arrivent plus à rêver de devenir médecin ou avocat? je pense que cela vient en partie du clientélisme infantilisant que certains politiques prati­quent dans les quartiers. »

H.BOUZEGHOUD (PS Mistral)  » LES MÉTHODES D’INTERVENTION de la POLICE PERCUES COMME TROP AGRESSIVES… »

Ce faux  « infantilisme » qui est d’abord un cynique  calcul électoral fabrique le retour du tribalisme qui a conduit notamment  à l’assassinat de kevin et Sofiane à Villeneuve; Il  se traduit par l’existence de  bandes rivales, bourrées d’argent, qui s’affrontent les armes à la main. Pourtant c’est Hassen Bouze­ghoub,  Directeur du Plateau à Mistral, co-listier de Jérôme Safar (PS) qui avait plutôt mis en cause la police: estimant que » les méthodes d’intervention ( de la police) sont perçues comme étant agressives ». Il ne juge pas les » méthodes d’intervention » des dealers, les violences , les règlements de comptes, les jets sur les pompiers, les ambulances ou le guet-apens sur les policiers dont le quartier est le cadre comme étant » agressifs ».

LE PS GRENOBLOIS CO-RESPONSABLE de la SITUATION

Par sa catastrophique politique passée d’urbanisation et d’attributions de logements, en ne choisissant pas son camp, en jouant sur les deux tableaux, en gérant la Métro avec les Rouges/Verts Grenoblois, en acceptant une présidence-otage de Christophe Ferrari, le PS Grenoblois est la cible de ces tirs mais bien co-responsable de la dégradation de la ville.

Si l’agglomération Grenobloise n’acte pas son échec, ne cesse pas sa bétonisation et son laxisme, ne  change pas de discours public, il est à craindre que la marge s’empare du centre et chasse à la périphérie toute la force de travail et de création de richesse dont la ville a besoin. Le succès des Rouges/Verts Grenoblois serait alors complet. Sauf qu’il ne sera pas  vivable, sans moyens financiers,  et la ville aura disparu des radars de toute prospérité possible.

Photo du DL: E.Piolle et E.Martin campant pour soutenir  » Nuit Debout » (!)