GRENOBLE: L’IDÉOLOGIE ROUGE/VERTS FAIT de GROS DÉGATS
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Actualité  »  GRENOBLE: L’IDÉOLOGIE ROUGE/VERTS FAIT de GROS DÉGATS
24 mai 2016 07:05 Commentaires fermés user1

Le discours général de l’utra gauche auquel la municipalité Piolle (Verts/PG) adhère , culpabilisant le « capitalisme » et «la société « en général produit des effets délétères à Grenoble. Le climat général de la ville s’en ressent considérablement.

Ainsi après la casse dont Grenoble a été le théâtre avec des scènes de violence sans précédent , Eric Piolle avait surtout condamné… la « brutalité de la loi ».

UNE CULTURE de L’EXCUSE DE-RESPONSABILISANTE

Tout le discours ambiant a pour objectif de créer une culture de l’excuse dé-responsabilisante , là ou il faudrait au contraire en appeler à la responsabilité individuelle des actes délictueux et à leur sanction. Un discours couvert par un moralisme de comptoir, bien à l’abri derrière des actions à Singapour, imprimant l’idée que pour le plus grand nombre, dans une forme de paupérisation par la décroissance, les besoins doivent être ramenés au minimum vital pour «sauver» la planète.

AMÉLIORER SA CONDITION C’EST PASSER UN PACTE avec le CAPITALISME MAUDIT

Au fond « améliorer sa condition » qui était l’objectif des Français de toutes origines devient tabou, voire immoral.Cette aspiration étant en effet une sorte de pacte avec le capitalisme maudit. Tandis que casser du flic est une réponse à la violence de l’Etat de droit. Tout se tient.

LES TRAVAILLEURS NORMAUX SONT UNE ESPECE EN VOIE DE DISPARITION

A Grenoble ce discours suinte par toutes les pores; toutes les conférences ,tous les débats et toutes les institutions s’y associent, en premier lieu l’université. Il tourne en boucle autour de cette idéologie. Les parcours et les comportements marginaux deviennent le modèle unique valorisé. Ceux qui travaillent dans des conditions « normales » fussent ils dans une start -up, auto-entrepreneurs, salariés, paient leurs impôts,  sont désignés comme une espèce en voie de disparition.La notion de « création de richesse « sans laquelle tout ce beau monde ne tiendrait pas debout n’est jamais évoquée par personne.

Robin RIVATON EXCEPTION POUR UN MONDE à VENIR

Dans ce climat dominant ,Robin Rivaton le jeune économiste invité par Nicolas Ponchut Secrétaire Départemental Adjoint et les Républicains38 ce jeudi 26 mai fait figure d’exception. Pourtant l’assise idéologique de cette gauche au pouvoir Grenoblois est de plus en plus restreinte. Aussi loin qu’on remonte, le marxisme, le Maoïsme, le Kampuchéa démocratique (!) , les révolutions de l’Amérique Latine tout est tombé à la renverse souvent dans des conditions sanglantes.

LE TIERS MONDE A SERVI de BÉQUILLE MAIS IL A CHOISI le DÉVELOPPEMENT

Beaucoup d’intellectuels et de penseurs de gauche ont tiré les conséquences de leurs emballements et ont admis l’idée que la » révolution » elle-même avait quelque chose à voir avec la l’injustice, la violence et la terreur.

Le « Tiers-monde « a servi ensuite de béquille pendant un certain temps mais depuis qu’il a choisi le développement, donc le capitalisme, il est moins à la mode

E.PIOLLE: LE CANADA DRY de la RÉVOLTE sur le GAZON de « NUIT DEBOUT »

Aujourd’hui l’anti-capitalisme primaire, la mort des patrons , la haine de la police comme symbole de l’autorité est l’avatar ridicule de ces mouvements de pensée. On est confondu qu’une municipalité entière, dans une ville comme Grenoble , puisse être , en 2016, sur une telle ligne avec un Maire, Eric Piolle qui s’assoit dans le camp de « Nuit Debout » et se soumet à un vote pour savoir s’il a le droit de parler 4 mn. Goutant le Canada dry de la révolte dans le gazon avant de regagner son appartement vaste et cossu du centre ville.

UN MAIRE ESBAUDIT DEVANT UN MOUVEMENT QUI N’A RIEN à PROPOSER

Comme au temps de la révolution culturelle de Mao singée dans les universités Françaises ou les professeurs les plus capés devaient se soumettre au vote à main levée de leurs étudiants ! Peu ont eu la dignité de refuser cette démagogie et cette humiliation ,premier pas vers le totalitarisme. L’image d’un  Maire qui s’esbaudit et se prosterne devant ce « mouvement » qui n’a rien à dire, rien à proposer , qui aura été le plus creux , le plus vide de tous les prurits adolescents que la France subit à intervalles réguliers  aura de plus en plus de mal à imposer le respect. D’autant que ce mouvement n’aura été original que par sa violence.

L’ISLAMO-GAUCHISME, UNE AUTRE BRANCHE DE CE VIDE INTELLECTUEL

Cette branche sectaire et faussement spontanéiste est l’une de celle qui vivifie nos Rouge/Verts grenoblois avec l’islamo-gauchisme , une autre cause bien dans la lignée des précédentes. L’opération lamentable contre l’état d’urgence organisée elle aussi sur fonds publics au Palais des Sports avec Edwy Plenel et Mediapart plaidait ouvertement pour le renoncement à se défendre contre l’islamisme radical. Ceux qui ont tué pour tuer au Bataclan et sur les terrasses de Paris ne méritaient pas que la France se donne les moyens de lutter contre eux selon Eric Piolle et ses amis. Un message honteux dans la ville Compagnon de la Libération qui a heurté  l’esprit de résistance au plus profond de la sensibilité de la ville.

A L’INVERSE DU MOUVEMENT de PROGRÉS QUI AVANCE VERS LA CIVILISATION

La troisième branche est un espace de bric à brac autour du «sauvetage de la planète » qui permet de demeurer dans une tonalité dramatique tout en présentant un visage plus attractif. Ainsi ceux qui se sont trompés sur toutes les idéologies du siècle précédent, qui peinent plus que les autres pour apporter des solutions à des problèmes quotidiens assez simplistes ( propreté, sécurité, embellissement, patrimoine, déplacements…) sont ils les hérauts compétents des sujets de 2030 à 2050. Plus c’est éloigné plus ils sont précis. Globalement ils se situent quand même à l’inverse du grand mouvement du progrès de l’humanité qui a réduit la part de nature dans l’individu et la société au profit de la civilisation.

UNE TENDANCE POLITIQUE ULTRA MINORITAIRE

Le total fait peu de choses. Il est ultra minoritaire dans la société Française qui se laisse simplement parfois un peu intimider par la violence et le matraquage idéologique.

A cet égard Grenoble est un « modèle ». Mais au fur et à mesure que la municipalité a déroulé son programme il a rencontré d’abord l’étonnement, puis le scepticisme et maintenant la franche colère des grenoblois qui s’exprime dans toutes les occasions. On ne peut qu’être effaré de la ville qui se dessine.

GRENOBLE: ON TIRE SUR LE SIÉGE du PS …

Les tirs de la nuit dernière contre le siège du PS à Grenoble qui avait été sur-protégé jusque là par la police est un signe supplémentaire de cette dérive générale. Ces actes doivent être condamnés bien entendu comme ceux qui ont eu pour victimes les commerçants du centre ville de Grenoble, grands oubliés.

Mais le PS visé est un allié des Rouge/Verts à la Métro, dont le Président, Christophe Ferrari (PS) est choisi par eux. Lesquels excusent la violence par la « brutalité « de la loi promue par Hollande et les élus PS. Ce parti va payer très cher son absence de courage, la faillite de sa pensée, la trahison de tous ses engagements.

… ALLIÉ AUX ROUGES/VERTS GRENOBLOIS

Il va payer très cher d’être demeuré si longtemps dans l’ambiguïté au plan national et à Grenoble de co-gérer avec eux d’un côté du bd Jean Pain et de faire semblant de s’y opposer en face.

Que ce soit à son détriment ne nous émeut guère , on le comprend aisément. Mais au plan local en particulier cette connivence qui le lie à une chaine qui va jusqu’à l’extrême gauche, aux franges de l’islamo-gauchisme et du totalitarisme Verts et produit des dégâts irréparables pour Grenoble , le disqualifie lourdement pour représenter les aspirations des Grenoblois.

INCARNER à NOUVEAU LA VOLONTÉ de PROSPÉRITÉ

Il faut en effet stopper le discours rétrograde et haineux de la municipalité Piolle, choisir son camp, afficher un désir d’ordre et de protection des populations, incarner la volonté de prospérité de tous par l’effort de chacun, tirer à nouveau la ville vers le haut. C’est la leçon à tirer de la pétaudière qu’est devenue Grenoble après 2 ans de cette municipalité et 21 ans de gestion de gauche et Verts.

Share