GRENOBLE: LES SQUATS DES LOCAUX MUNICIPAUX SE MULTIPLIENT

Publié par user1 le

De plus en plus de locaux municipaux grenoblois sont occupés sans droit ni titre dans des conditions d’insécurité pour les occupants. Les squats se multiplient.  Visiblement la municipalité Piolle (Verts/PG) chasse certains et tolère d’autres.

La lecture de cette politique est incompréhensible à priori sauf si on imagine certaines « occupations » tolérées parce que camouflées derrière des appartenances politiques d’extrême gauche et développant des thèses proches des idéologies municipales . Tolérées ou encouragées ?

DES OCCUPATIONS BRUYANTES, AFFICHÉES, REVENDIQUÉES

Rue des Alliés ou parc de la Savane les locaux municipaux font l’objet d’une occupation bruyante, affichée, revendiquée. Cela n’émeut pas la municipalité compte tenu des thèses affichées. Mais les quartiers concernés n’en sont pas valorisés pour autant.

D’autant que rue des Alliés une adolescente d’une famille Rom est morte électrocutée lors d’une précédente occupation de la villa appartenant à la ville. Cela n’a pas incité la municipalité à donner plus rapidement une destination à ces locaux.

Rue des Alliés une villa de la ville occupée par un collectif d'extrême gauche non dépourvu de forts moyens de communication

Rue des Alliés une villa de la ville occupée par un collectif d’extrême gauche non dépourvu de forts moyens de communication

16 RUE ARGOUGES LA VILLA ACQUISE IL Y A 2 ANS EST TOUJOURS VIDE

Au 72 avenue Léon Blum la villa acquise par la ville est l’objet d’une occupation soft depuis un an et demi  avec l’accord de la municipalité semble t il : Vincent Fristot et Christine Garnier (Verts/Ades) auraient  logé des amis gratuitement. Aucune transparence d’aucune sorte n’a eu lieu en tout cas pour cette attribution.

En parallèle la villa acquise depuis près de 2 ans (!) au 16 rue Argouges est toujours murée et vide. Entre les discours sur la solidarité, « l’urgence » du logement et la gestion réelle de ces dossiers c’est plus qu’un gouffre. C’est vraiment une « gestion » du temps des copains et des coquins.

Cette villa avenue Léon Blum acquise par la collectivité est semble t il occupée sans droit ni titre par des " amis" de la municipalité

Cette villa avenue Léon Blum acquise par la collectivité est semble t il occupée sans droit ni titre par des  » amis » de la municipalité

LA BÉTONISATION DE LA VILLE N’A RIEN à VOIR AVEC LE LOGEMENT

A constater ces incohérences on mesure que l’accélération de la bétonisation de la ville n’a rien à voir avec une réponse à la question du logement. D’ailleurs la municipalité Destot (PS) avait construit 6000 logements à Grenoble dans son dernier mandat sans faire varier le faux chiffre de 14 000 demandeurs toujours affiché.

Il s’agit toujours de constituer une clientèle électorale par un entassement maximum au détriment du vivre ensemble. Le développement des squats dans la ville qui parlent haut et fort , affichent et souillent à longueur de journée en toute impunité est aussi la démonstration que ce bétonnage ne résout rien.