GRENOBLE: les POLICIERS MUNICIPAUX ABANDONNENT MISTRAL

Publié par Les Républicains 38 le

Elisa Martin Première Adjointe ( Extrême gauche) d’Eric Piolle a été claire dans le DL ( 17/1) « elle ne demandera jamais à ses agents de patrouiller dans certains secteurs ». « Il est hors de question que no­tre police municipale aille au cœur de Mistral par exemple » précise t elle . La municipalité Piolle avoue l’abandon de territoires entiers de la ville. Elle devrait maintenant donner la liste des quartiers de Grenoble dans lesquels la police Municipale ne peut plus pénétrer .

Les grenoblois pourraient ainsi juger concrètement du résultat du bilan de 20 ans de politique de prévention, de mixité sociale, d’attributions de logements, de clientélisme de la gauche et des Verts qui ont occupé ensemble ou séparément les postes clefs de ces secteurs. Un bilan désastreux aux conséquences douloureuses pour les habitants concernés.

5 QUARTIERS EN DESSOUS du SEUIL de PAUVRETÉ

L’Insee a souligné la paupérisation accélérée de la ville par rapport à l’agglomération et 5 quartiers sont déjà en dessous du seuil de pauvreté. La municipalité Piolle aggrave la tendance en décidant de passer à 50% de logements sociaux dans les nouvelles opérations alors qu’elle reconnaît être incapable d’assurer la tranquillité publique dans les quartiers existants.

LA BETONNISATION SE POURSUIT

Elle poursuit aussi la bétonisation intensive de la ville qui fait tant de mal au vivre ensemble: 600 nouveaux logements à l’esplanade, 15 000 nouveaux habitants au Polygone, 10 000 à Flaubert… A l’heure ou notre pays découvre l’ampleur des questions qui se posent à lui pour assurer sa cohésion nationale face au fanatisme, cette fuite en avant locale démontre que le dogmatisme l’emporte sur le principe de réalité.

Les grenoblois doivent réagir en signant la pétition pour demander une consultation citoyenne sur les questions de sécurité.

 

 

Catégories : Echos