GRENOBLE: LES LOGEMENTS VACANTS AUGMENTENT dans le PUBLIC et le PRIVE

Publié par Les Républicains 38 le

Le rapport annuel 2013 de la Fnaim 38  ( Fédération des Agents immobiliers) confirme toutes les évolutions constatées sur le terrain.

Vincent Delaunoy le Président a confirmé en effet la tendance lourde à la baisse du volume de ventes. « En 2013, il a reculé de 10 % (…)  en nombre de transactions (668 000 ventes réalisées l’an dernier contre 704 000 en 2012) (…)  Le prix moyen au m² sur l’agglomération grenobloise passe sous la barre des 2 600 €/m², correspondant au prix moyen de… 2006. Si l’on intègre l’inflation sur ces sept dernières années, les prix ont donc significativement diminué «  a précisé le Président de la FNAIM 38.

GRENOBLE EST DEVENU MOINS CHER QUE SA BANLIEUE…

Il y a un an déjà l’observatoire des prix de vente dans le neuf avait précisé que le prix moyen du neuf est de 3147 € le m2 à Grenoble pour un accédant à la propriété contre 3434€ le m2 pour un accédant dans la Métro ( hors Grenoble) . La ville centre devenant en moyenne moins chère que sa banlieue !(LOGEMENT à GRENOBLE : les FAUX CHIFFRES de le MUNICIPALITE)

En septembre un grand studio au Village Olympique, avec terrasse et vue s’était vendu 1300€ le m2.

7% DE VACANCE LOCATIVE DANS LE PRIVE

Plus question de parler de « tension » à Grenoble. Pour l’agglomération « la vacance locative dépasse les 7 % dans le parc privé et touche également le logement social et la location étudiante. Les loyers, en baisse pour la 7e année consécutive, retrouvent leur niveau de 2004 » précise Vincent Delaunoy. (GRENOBLE: LA MENACE D’UNE CRISE IMMOBILIÈRE)

DE NOMBREUX PROPRIETAIRES SPOLIES

Les excés de la bétonisation de la ville ont aussi une traduction concrète sur le marché de l’immobilier: sur le long terme les propriétaires de quartiers tels Villeneuve ont été spoliés puisqu’ils doivent revendre à perte.(VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ).

Mais les nouveaux quartiers construits ont aussi amorcé une baisse , des ménages endettés se retrouvant avec un biens en dessous de la valeur d’acquisition. Avec une question lancinante : faut il vendre vite ou espérer une stabilisation? Tous ceux qui ont attendu dans le sud de la ville ont été perdants.

UNE ACTION JUDICIAIRE COLLECTIVE EN REPARATIONS

Et certains se trouvent maintenant prisonniers ne pouvant plus acquérir un nouveau biens avec la valeur résiduelle de leur appartement Grenoblois.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’UMP38 avait estimé qu’une action judiciaire collective en dédommagement était envisageable contre les élus.(VILLENEUVE : L’UMP38 DEMANDE RÉPARATION POUR LES HABITANTS)

Maintenant cela fait tâche d’huile et gagne le nord à partir des boulevards. Ce nord dont Jérôme Safar a annoncé qu’il voudrait revoir les bases d’imposition pour augmenter les impôts.(GRENOBLE: J.SAFAR (PS) VEUT AUGMENTER les BASES d’IMPÔTS au CENTRE VILLE)

LE SCENARIO NOIR NE PEUT PAS ÊTRE EXCLU

La fuite des familles moyennes sous le triple joug des impôts locaux les plus élevés de France, de l’insécurité endémique et de la densification massive est en train de produire cet effet ciseaux tant redouté : de moins en moins de personnes en capacité de payer des impôts de plus en plus lourds, qui s’enfuient de plus en plus vite et une paupérisation sans cesse accélérée de la ville.Le scénario noir qui ne peut être exclu.

DE PLUS EN PLUS de MINIMAS SOCIAUX dans les HLM…

Le taux anormalement vide de logements qui ne trouvent plus de locataires – y compris dans le secteur social – est un symptôme de cette situation. Le risque étant que la municipalité , faute de trouver des candidats, continue à loger dans les HLM de plus en plus de communautés de plus en plus pauvres et marginales, type les Roms à l’Arlequin.

… DES LOCATAIRES COUVERTS par le SOCIAL DANS le PRIVE

De leur côté les propriétaires peuvent être amenés à louer à des locataires couverts par le système associatif et de solidarité avec les garanties publiques, des logements de moins en moins entretenus. Plutôt que de conserver leurs logements vides.

3500 ETRANGERS en SITUATION IRREGULIERE en ATTENTE

N’oublions pas que 3500 étrangers en situation irrégulière sont en attente d’un logement d’urgence si on en croit les associations spécialisées.Il n’y a donc pas de fin si Grenoble se refuse à calibrer le nombre de personnes en difficultés qu’elle est en capacité d’accueillir. (.ISERE: 3500 ETRANGERS DEMANDENT UN LOGEMENT D’URGENCE!)

 » 40% des ISEROIS aux MINIMAS SOCIAUX ACCUEILLIS à Grenoble » ( A.Djellal PS)

La municipalité accompagne cette évolution en totale irresponsabilité.  Il y a exactement un an , A.Djellal Adjoint et Président du groupe PS au Conseil Municipal avait déclaré dans un moment d’inattention: » Il serait temps que le logement des familles en grande précarité se répartisse à l’échelle de notre agglomération. C’est un défi pour toute l’agglo grenobloise. Il faut quand même souligner qu’aujourd’hui 40 % des Isérois vivant de minima sociaux sont accueillis par Grenoble «.(!)( BÉTON, PAUPÉRISATION…LA MUNICIPALITÉ DESTOT REJOINT LE VERDICT DE L’UMP)

LA MUNICIPALITE FONCE DANS LE MUR de BETON…

Evidemment depuis mars 2013 cela n’a pas faibli selon le principe du PS local pour qui  les mots ne sont là que pour être prononcés. Ils n’ont pas de conséquence concrète. MM Safar et Djellal sont les dignes soutiens de François Hollande… (GRENOBLE: la MUNICIPALITÉ PS ACCÉLÈRE la PAUPÉRISATION de la VILLE)

Bien au contraire. Jérôme Safar a confirmé qu’il n’avait pas peur de la densité et qu’il allait continuer. Déjà la municipalité tente de rendre irréversible les 15 000 nouveaux habitants au polygone.(GRENOBLE: J.SAFAR (PS), ACCELERER le BETONNAGE sur la PRESQU’ÎLE)

… ET CHERCHE à RENDRE IRREVERSIBLE LA DENSIFICATION

De son côté Michel Destot a affirmé lors de ses vœux qu’il serait là pour poser la première pierre de l’esplanade. C’est dire la considération pour la démocratie locale et les 10 000 pétitionnaires qui ont réclamé l’abrogation de la Zac de l’esplanade. C’est pourquoi Jérôme Safar a porté à … 32 000 Grenoblois ( un sur 5)  le seuil à partir duquel il accepterait de discuter d’un projet s’il était élu. Avec lui la bétonisation rencontrerait encore moins d’obstacles. (J.SAFAR (PS): L’ACTE de DECES de la DEMOCRATIE LOCALE

UN CUMUL NATIONAL ET LOCAL QUI AGGRAVE

Le cumul d’une politique nationale du logement qui met en place des usines à gaz paralysantes dont seuls les Verts ont le secret( GRENOBLE: 300 EMPLOIS MENACÉS DANS L’IMMOBILIER PAR LA LOI DUFLOT) avec une politique locale qui aggrave la situation, produit cette spoliation d’un certain nombre de propriétaires et dessert les locataires qui refusent les ghettos.(GRENOBLE: LES PROFESSIONNELS DE L’IMMOBILIER REFUSENT D’ÊTRE LA CAUTION D’UNE POLITIQUE QUI ÉCHOUE)

UNE EVOLUTION à l’AMERICAINE

Tous les ingrédients sont en place pour que Grenoble connaisse une évolution à l’américaine avec une ville-centre pauvre et dégradée, tandis que les populations aisées se logent de plus en plus loin. Le vote de mars sera décisif pour ou contre cette orientation.

Notre photo: le quai de la Graille avec plus de 500 ,ouvreaux logements.

Catégories : Actualité