GRENOBLE: les ÉLUS de GAUCHE et VERTS/Ades RÉCUSENT les FRONTIÉRES
Warning: Illegal string offset 'custom_subtext' in /home/republiczc/www/wp-content/themes/wppolitico/functions.php on line 226

Accueil  »  Non classé  »  GRENOBLE: les ÉLUS de GAUCHE et VERTS/Ades RÉCUSENT les FRONTIÉRES
6 Nov 2016 06:11 Commentaires fermés sur GRENOBLE: les ÉLUS de GAUCHE et VERTS/Ades RÉCUSENT les FRONTIÉRES user1

« Une idée bête enchante l’Occident : l’humanité, qui va mal, ira mieux sans frontières. D’ailleurs, ajoute notre Dictionnaire des idées reçues (dernière édition), la démocratie y mène tout droit, à ce monde sans dehors ni dedans… » écrit Régis Debray dans  » Éloge des Frontières » .

Au moment ou les élus de  gauche, d’extrême gauche et  Verts/Ades de l’agglomération Grenobloise défilaient derrière la banderole  » il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » il est bon de revenir aux fondamentaux. Eric Piolle, (Verts/PG)  Christophe Ferrari (PS), Renzo Sulli  (PCF)  David Queiros (PCF) et les autres qui manifestaient pour accueillir les migrants de Calais installés à St Martin d’Hères trompent les citoyens et conduisent au chaos.

Les élus PS/PC et Verts/Ades de l'agglomération grenobloise ont défilé vendredi derrière cette banderole

Les élus PS/PC et Verts/Ades de l’agglomération grenobloise ont défilé vendredi derrière cette banderole ( photo DL)

DÉFINIR CE QU’UN PAYS PEUT ABSORBER de MISÉRE HUMAINE et D’INTÉGRATION

Comme à son habitude afin d’imposer son idéologie l’extrême gauche mélange tout. En humanité ou en chrétien, individuellement, la compassion et la solidarité à l’égard du plus faible sont une devoir, une exigence . Du point de vue collectif et du sens de l’Etat – du conseiller municipal au Chef de l’Etat – la responsabilité est toute autre:  définir ce qu’un pays peut absorber de misère humaine et sa capacité d’intégration.

CHAQUE NATION PEUT et DOIT DÉTERMINER QUI ELLE PEUT ACCUEILLIR ….

Affirmer qu’il y a des étrangers à une Nation parce qu’ils appartiennent eux mêmes à une autre Nation n’est pas rejeter l’autre ou le « stigmatiser » pour reprendre le mot imposé. Mais chaque Nation peut et doit déterminer qui elle peut accueillir. Un étranger, un hôte , ne peut pas saccager la maison dans laquelle il est reçu ni imposer ses règles de vie à ceux qui le reçoivent. Voilà les principes de base de l’existence d’une Nation.

….LA GAUCHE et les VERTS/ADES GRENOBLOIS PRÉTENDENT le CONTRAIRE

La gauche et les Verts/Ades grenoblois prétendent le contraire. On peut entrer en France comme on veut, quand on veut ,s’installer ou on veut  bénéficier des droits généreux de notre pays et ne s’acquitter d’aucun de ses devoirs . Parce qu’il n’y en pas à l’égard de la Nation.

Pourtant la frontière est constitutive de l’existence de l’homme et de sa durée.  Régis Debray rappelle que Dieu commence par séparer (la lumière de la ténèbre, l’eau de la terre, Eve d’Adam, Le profane se tient à l’avant d’une limite qui détermine l’espace religieux proprement dit. Déjà des frontières.

LE RÔLE DES CHEFS EST D’ÉNONCER LA LIMITE

C’est aussi le rôle des chefs, à commencer par les chefs de famille, que d’énoncer aux enfants la limite même si le règne de l’enfant-roi  a ouvert  l’ère du brouillage des limites, et, bientôt, de leur effacement. Debray souligne aussi la contradiction puisque le Bien serait cette standardisation qui dit que je suis semblable à mon voisin, tout en prétendant respecter nos différences!

SANS DÉLIMITATION LES FRUSTRATIONS SE LIBÉRENT PAR LA VIOLENCE

Il rappelle que l’enfant profite de la contrainte, de la clôture, de la règle.  Il se perd en revanche dans l’espace mental sans délimitation que lui dessinent les pédagogies actuelles. Et au lieu de sublimer ses frustrations en efforts, en travail, en désir de mieux faire, il les libère au tout premier degré en violence exercée sur les autres et sur lui-même. Grenoble ou un quartier entier – Villeneuve- est le cadre de cette idéologie témoigne de résultats accablants. Jusqu’au retour de la tribu quand une bande féroce est allé tuer Kevin et Sofiane à l’arme blanche.

L’ABSENCE DE BORNE CONDUIT AU CAÏDAT

Mise en apesanteur, sans sentiment d’appartenance à une Nation, toute une jeunesse se recroqueville sur son territoire et recrée surs ses critères tribaux la frontière qui lui a été enlevée. Toujours et partout l’absence de borne conduit au caïdat.

« En avant, les bonnets d’âne ! » (Si ), avant de définir le « sans-frontiérisme », qui est à la fois un économisme, qui « avalise le moins d’Etat en masquant son corollaire, le plus de mafia », un technicisme (un standard unicode, une hubris robotique qui se donne pour une méta-culture mondiale), un absolutisme (celui du délinquant ou celui du prophète, qui ne reconnaissent aucune limite à leurs appétits. Ajoutons-y le tyran, qu’il ait la barbichette de Napoléon III ou les talonnettes de Napoléon IV) et un impérialisme — hégémonie de Rome autrefois, des Etats-Unis hier…  » écrit Régis Debray .

Régis DEBRAY: « LE MUR INTERDIT LE PASSAGE, LA FRONTIÉRE LE RÉGULE »

Bien entendu il ne s’agit pas de placer le philosophe dans le camp de la fermeture des frontières. Comme notre Nation l’a toujours prouvé dans son histoire « Une frontière reconnue est le meilleur vaccin contre l’épidémie des murs. Loin de nous cantonner dans nos racines, elle est ce qui nous met en relation avec le dehors. Le mur interdit le passage, la frontière le régule. »

LES ÉLUS GRENOBLOIS RÉCUSENT TOUTE RÉGULATION …

Cette « régulation » que les élus Rouges/Verts Grenoblois récusent. Tous les propos d’Alain Denoyelle( Verts/PG)  à Claude Coutaz (Verts/PG) en passant par Eric Piolle , de tous les élus de la majorité municipale est au contraire cet hébergement  » inconditionnel » pour quiconque se présente aux portes de Grenoble, pour tous les étrangers en situation irrgéulière qui sont les bienvenus. Il n’y a ni dedans ni dehors, ni requête, ni devoir. L’individu d’où qu’il vienne décide de s’installer sur un territoire à ses conditions. La négation de tout destin collectif, la version actualisée d’il est  » interdit d’interdire » qui a produit cet individualisme forcené, la transformation du citoyen en consommateur de droits. Cette société multiculturelle, accumulation de strates qui s’ignorent recréant les Bantoustans Sud Africain au développement séparé.

C.FERRARI et les ÉLUS PS CAPITULENT AUSSI IDÉOLOGIQUEMENT

La frontière  permet  de «sauvegarder l’exception d’un lieu et à travers lui la singularité d’un peuple» ( Régis Debray) . Tout ce que la municipalité grenobloise exècre. En s’associant à ses slogans Christophe Ferrari et les élus PS démontrent à nouveau leur insigne faiblesse et leur assujettissement idéologique accablant pour eux. Ils auront cédé aux Verts/Ades sur tous les dossiers de développement économique et maintenant ils renient même une partie de leur histoire.

« METTRE DE L’ORDRE DANS LE CHAOS EN SÉPARANT UN DEHORS et un DEDANS »

Car la frontière offre à l’être une durée. Régis Debray pose la question: «Comment mettre de l’ordre dans le chaos?  »

Il y répond:  « En traçant une ligne. En séparant un dehors d’un dedans. » Tout simplement. En s’y refusant la gauche et les Verts Grenoblois conduisent bien notre territoire sur la voie du chaos. La manifestation d’hier qui se donnait pour alibi de répondre à la provocation du Front National s’inscrit dans cette ligne choisie et assumée qui ne prépare pas des lendemains qui chantent.

Photo de une du DL: les élus de gauche et Verts/Ades manifestant.