GRENOBLE: le SIÈGE des RÉPUBLICAINS ENCORE ATTAQUÉ

Publié par user1 le

Décidément il règne un climat qui n’est ni festif ni à l’apaisement à Grenoble. La ville n’est décidément pas « apaisée » comme le proclament les panneaux de la municipalité.
La fin d’année est marquée par une montée des tensions. Lors du dernier conseil municipal avant Noël la police a chargé les manifestants à la grenade lacrymogène boulevard Jean Pain pour protéger Eric Piolle (Verts/PG).

img_3170

LA VILLE PREND EN CHARGE les FRAIS de R.AVRILLIER (Verts/Ades)

Ce même jour la majorité Rouge/Verts se rétractait un peu plus sur son noyau dur en décidant de financer les frais d’avocats de Raymond Avrillier son parrain (Verts/Ades) afin d’attaquer … les Républicains en justice ! Même Jérôme Safar (PS) a jugé cette décision  » indécente » . Les Républicains ont eu l’audace de citer les noms de 25 élus PS/Verts/Ades/PG qui participent à la gestion de la ville depuis 21 ans et l’ont ruinée. Un crime de lèse-majesté. « On voit mal comment le débat démocratique pourrait empêcher de désigner les élus qui en sont responsables !  » avait déclaré Thierry Kovacs dans un communiqué.

Raymond Avrillier (Verts/ades) attaque les Républicains avec l'argent du contribuable Grenoblois pressuré d'impôts

Raymond Avrillier (Verts/ades) attaque les Républicains avec l’argent du contribuable Grenoblois pressuré d’impôts

T.KOVACS: « DES MENACES QUI RELÈVENT de RÉGIMES TOTALITAIRES »

Ajoutant: » Les Républicains appellent tous les démocrates à condamner ces menaces et tentatives d’intimidation qui relèvent de régimes totalitaires et il va sans dire que nous mobiliserons toutes nos forces pour résister à ceux qui voudraient nous faire taire. »

LE SIÈGE des RÉPUBLICAINS VANDALISÉ DEPUIS UN MOIS

Depuis un mois parallèlement  le siège départemental des Républicains38, à quelques mètres de l’hôtel de ville, place Paul Vallier est régulièrement vandalisé. Chaque fois Thierry Kovacs le Président départemental et Alexandre Roux, le secrétaire départemental affirment haut et fort qu’ils  » ne se laisseront pas intimider. « 

les dégradations du siège à Grenoble se multiplient

les dégradations du siège à Grenoble se multiplient

LA MUNICIPALITÉ NE FAIT PAS NETTOYER LA FAÇADE

Lundi encore la police est venu constater les dégradations suite à une nouvelle plainte déposée par Alexandre Roux.. Outre les slogans qui souillent la façade la plaque a été dévissée et volée. Hier soir la ville alertée n’avait toujours pas fait nettoyer la façade faute de moyens semble t il. Ce qui explique la dégradation générale de Grenoble envahie par les tags.

RENDRE HÉRÉTIQUE TOUTE PENSÉE et EXPRESSION de DROITE

Ce climat n’est évidemment pas un hasard. Les Rouge/Verts font régner une sorte de terreur idéologique qui a pour objet de rendre hérétique toute pensée et expression de droite. La municipalité Piolle entend que le  » débat » se déroule dans les normes qu’elle a défini elle-même.

F.HUGELÉ (PS) ORGANISE UNE DÉLATION et une AUTOCRITIQUE PUBLIQUE

Comme elle règne sur l’agglomération on a même vu un Maire (PS) à Seyssins, il est vrai Vice -Président sans pouvoir de la Métro par la grâce d’Eric Piolle, Fabrice Hugelé organiser une délation publique suivie d’une autocritique publique également suite à la venue d’Eric Zemmour ! Ceux qui avaient assisté à la conférence ont du se rétracter devant le Conseil municipal et l’ont fait! On n’est pas loin des gardes rouges.

DES ESPRITS FAIBLES PASSENT à L’ACTE

Des esprits faibles, entrainés par cette ambiance, passent à l’acte. Le siège des Républicains est donc la cible. Demain ses responsables? D’ores et déjà la municipalité Piolle entend déterminer qui peuvent être ses interlocuteurs dans l’opposition.  Les autres devront ils être lapidés?

AVEC PIOLLE UN GRAND PAS EN ARRIÈRE DANS LE DÉBAT

Ces excès retomberont sur ceux qui s’en font les chantres et ce repli sectaire dessert le pouvoir local. Ils ne peuvent qu’exacerber les mécontentements qui montent de tous les secteurs de la ville. Ils conduisent la municipalité dans une impasse et à être de plus en plus minoritaire.

Mais en moins de 3 ans le dogmatisme municipal et les méthodes groupusculaires des élus Verts/Ades et du Parti de Gauche auront réellement transformé le débat à Grenoble: un grand pas en arrière vers des époques qu’on croyait révolues.