GRENOBLE: le QUARTIER HOCHE DÉBORDÉ par la DÉLINQUANCE

Publié par user1 le

Incendies volontaires à répétition, scooters brûlés, garages vandalisés … le quartier Hoche au centre de Grenoble a bien changé selon ses habitants. Construit par la municipalité Dubedout (PS) mais achevé sous les mandats de la municipalité Carignon , les attributions de logements avaient donc été effectuées sous la municipalité de droite.

DE QUARTIER LE PLUS DEMANDÉ SOUS LA DROITE, HOCHE DEVIENT LA PROIE de la DÉLINQUANCE

Dans les années 80 et durant près de 20 ans ce quartier de HLM était l’un des plus demandé de Grenoble. La droite avait en effet veillé à respecter un équilibre social permettant d’en faire un modèle du vivre ensemble. Dés la fin des années 90 les élus Verts/Ades ont pris en mains le secteur du logement dans les municipalités Destot ( PS) . Si à Villeneuve la dégradation a été très rapide car la droite n’avait pas pu totalement rééquilibrer un habitat dont elle n’avait pas maitrisé au départ les attributions, à Hoche elle a été plus lente – le turn over étant alors très faible- mais son aboutissement aujourd’hui est une catastrophe pour la majorité des habitants.

DE R.AVRILLIER à C.GARNIER en PASSANT par M.BOILEAU TOUS ÉLUS VERTS/ADES

De Raymond Avrillier Adjoint au Logement (95/2001) à Christine Garnier  aujourd’hui ,en passant par Maryvonne Boileau Présidente de l’OPHLM  ( 2001/08) tous élus Verts/Ades,   le bilan est effrayant, la situation intenable.

Exaspérée et épuisée, une  commerçante raconte au Dauphiné Libéré (1/11/16) le calvaire qu’elle et sa famille vi­vent depuis quelque temps.« Mon fils de 23 ans a repris le restaurant asiatique situé place Malraux à Grenoble, et rebaptisé “Indochina”, cet hi­ver. Nous n’avons ouvert que cet été après avoir fait d’im­portants travaux », explique­ t­elle en préambule.« Depuis », poursuit­ elle, « des voyous n’ont de cesse de nous causer des ennuis. Mais pas seulement nous d’ailleurs : tous les commer­çants du quartier s’en plai­gnent ».

La semaine dernière, les “ennuis” se sont transformés en agression et actes de van­dalisme.

AGRESSIONS, INCENDIES VOLONTAIRES; PARPAINGS dans LES VITRINES …

« Vers minuit et demi dans la nuit de jeudi à vendredi, mon fils a été agressé sans raison par quatre individus, alors qu’il promenait son chien sur la place », explique ­t ­elle. « Il a reçu un coup de poing au visage mais il s’est défendu et son chien a mordu l’un des agresseurs au bras ».

Samedi matin, vers 4 heures, ce sont deux grosses poubel­les qui ont été volontairement incendiées et poussées contre la vitrine du restaurant. « Mon fils s’en est heureusement aperçu à temps et avec mon mari, ils ont pu repousser les containers en feu avant qu’ils n’embrasent tout le bâti­ment ».

DES VOYOUS DE HOCHE ONT PILLÉ rue DR MAZET

Enfin dimanche après ­midi, alors que l’établissement était fermé mais que la famille se trouvait à l’intérieur, « une di­zaine de jeunes se sont mis à jeter des parpaings contre no­tre vitrine, la faisant voler en éclats… », poursuit la com­merçante.

On sait qu’une même bande de voyous de ce quartier a pillé systématiquement des commerces de la rue Dr Mazet en entrant chez les commerçants, prenant la marchandise et sortant sans payer. Les départs d’incendie d’immeubles pour intimider les habitants ont été nombreux en octobre contraignant à évacuer des appartements.

UN IMMOBILISME COUPABLE des ÉLUS de  GAUCHE, VERTS/ADES et du PG

Face à cette montée de violence qui n’est malheureusement pas circonscrite à ce quartier, face à cette volonté de prise du pouvoir la municipalité Piolle (Verts/PG) demeure aussi immobile que la municipalité Destot.

Les élus de gauche et Verts/Ades  ne s’interrogent absolument pas sur leur responsabilité: qui donc attribue les logements sociaux depuis 21 ans à Grenoble? A qui la faute si des quartiers entiers sont pris en mains par une minorité d’habitants logés par la municipalité ? Pourquoi aucune sanction, aucune amende pas même le moindre avertissement aux familles concernées ? Comment se fait il qu’on puisse être logé sur fonds publics et n’avoir aucun compte à rendre en cas de non respect des règles de base la vie collective ?

LA CULTURE de L’IMPUNITÉ et de la VICTIMISATION FAIT des DÉGÂTS

La culture de l’impunité et de la victimisation pratiquée à Grenoble produit des dégâts considérables. Au fur et à mesure que la délinquance franchit des degrés dans la violence personne ne peut prédire à quel niveau celle-ci va s’interrompre.

Photo : interventions multiples des sapeurs pompiers quartier Hoche à Grenoble