GRENOBLE: le MAIRE NE REPOND PLUS

Publié par user1 le

Les vacances ne sont pas en cause. En effet la lettre de François Tarantini date du 17 janvier dernier. Elle demandait de rendre public le diagnostic amiante de la friche Allibert avenue Esmonin à Grenoble.
Il s’agissait d’un problème d’intérêt général, d’une donnée publique normalement à la disposition des élus.
L’engagement N°12 de la municipalité Piolle était clair sur ce point aussi:  » les habitants auront accès à tous les documents publics auxquels ont accès les élus, notamment sur internet ( open data) (…) Comme le prévoit la loi, la ville s’engagera à répondre dans un délai d’un mois aux sollicitations des habitants ».

F.TARANTINI (REP) N’A JAMAIS RECU DE REPONSE

François Tarantini candidat (REP) à Grenoble eux élections départementales figure dans la longue cohorte des grenoblois qui n’ont jamais reçu de réponse. Les derniers qui viennent de connaitre cette méthode sont les personnes âgées de l’espace Bouchayer qui ont écrit au Maire pour s’opposer à la suppression de la navette leur permettant de prendre un repas collectif. Elles n’ont pas eu droit au minimum de politesse, un accusé de réception d’Eric Piolle (Verts/PG).

Cette méthode illustre bien la tromperie de la liste d’extrême gauche et de ses engagements attrape tout. Ils n’engageaient que ceux qui les recevaient.

L.COMPARAT (Verts/Ades) CHARGEE de l’ACCES AUX DONNEES PUBLIQUES

A Grenoble l’Open Data a été confié à Laurence Comparat , l’adjointe au Maire (Verts/Ades) chargée de la propagande et co-présidente du groupe majoritaire. Cette apparatchik de famille (elle est la fille de Vincent Comparat, le Président de l’ADES), directrice du site du parti de Raymond Avrillier , prend en mains un secteur qui permet toutes les dérives.
En effet il n’existe aucune garantie sur l’anonymat des demandes effectuées par Internet à la ville. Rien ne prouve que des statistiques, des fichiers ne soient pas constitués grâce à ces connexions.

L’INTERVENTION des FAUX CITOYENS FACILITEE

Il est aussi évident que cette information en temps réel sur les projets de la ville, les réactions qu’ils suscitent permettent de les suivre et d’organiser l’intervention de « citoyens » membres de la coalition, comme on l’a vu avec Sébastien Esnault, représentant les grenoblois pour mettre en place les « conseils citoyens » (!) qu’on a découvert en photo entouré de Raymond Avrillier et de Vincent Comparat.

E.PIOLLE ( Verts/PG) RESSENT le DANGER

En pratiquant ces méthodes , en organisant l’opacité, la municipalité Piolle montre son vrai visage. Ces dernières semaines des craquements se seraient fait entendre en interne. Il aurait été demandé à Laurence Comparat de se mettre un peu en berne au Conseil Municipal, ces interventions excessives hystérisant un peu plus le débat Grenoblois. Certes il ne s’agit pas de modifier le fond. Mais la preuve tout de même qu’Eric Piolle ressent le danger. Ne rien tenir de ses promesses et tout verrouiller au service d’un clan peut pourtant difficilement passer inaperçu.

engagement non tenu !

engagement non tenu !

 

Catégories : Actualité