GRENOBLE: le DÉBAT RÉPUBLICAIN FAIT LE PLEIN

Publié par user1 le

Plein succès pour Nicolas Ponchut Secrétaire départemental Adjoint au débat d’idées jeudi soir à Grenoble: plus de 500 personnes étaient présentes au Prisme à Seyssins pour débattre avec Eric Zemmour journaliste et écrivain.

Organisé avec les Républicains Grenoblois et EGR38 présidée par Adrien Fodil et dont la trèsorière est Kitty Lequesne, la soirée a enchanté les participants.

capture-decran-2016-12-09-a-10-05-10

DES ORATEURS DE GRANDE QUALITÉ

Après le jeune économiste Robin Rivaton que l’actualité du jour amène à débattre des choix économiques de la droite dans  » Le Figaro » ( 9/11/16) avec Natacha Poloni, après le philosophe Yves Roucaute et avant L’écrivain Yann Moix qui est annoncé, Eric Zemmour a présenté son analyse et ses thèses devant une salle conquise.

Successivement Nicolas Ponchut et Alain Carignon, Ancien Ministre qui avait obtenu sa venue ont dit quelques mots pour se féliciter que le débat ait lieu sur tous les sujets sans tabou.

Nicolas Ponchut secrétaire départemental adjoint ouvrant le débat

Nicolas Ponchut secrétaire départemental adjoint ouvrant le débat

UNE VINGTAINE de MANIFESTANTS!

En effet les Rouges/Verts Grenoblois veulent imposer une chape de plomb dans l’agglomération Grenobloise et n’acceptent le  » débat » que s’il se déroule entre ceux qui sont d’accord. Ils avaient d’ailleurs essayé de mobiliser pour empêcher la réunion mais finalement une vingtaine de personnes auront  » manifesté » devant les portes du Prisme. Et les autorités publiques avaient parfaitement prévu la protection de la réunion grâce à la présence d’un détachement de gendarmes.

A.CARIGNON  » LE DESPOTISME D’UNE PENSÉE »

Alain Carignon a d’ailleurs évoqué  » le despotisme d’une pensée » estimant qu’il ne pourra jamais rien contre «  la liberté de l’homme, celle d’être lui-même, d’aller et de venir comme bon lui semble, de se sentir d’une terre plutôt que d’une autre, qui est aussi sa résistance à lui, de posséder une identité et un sentiment d’appartenance ».

Eric Zemmour, Alain Carignon, Nicolas Ponchut, Kitty Lequesne, François Tarantini, Adrien Fodil

Eric Zemmour, Alain Carignon, Nicolas Ponchut, Kitty Lequesne, François Tarantini, Adrien Fodil

UNE GUERRE DE SÉCESSION ANNONCÉE par François HOLLANDE

Le sujet principal d’Eric Zemmour était son analyse de l’islam qu’il décrit comme un instrument de conquête. Ses références sont historiques avec les luttes toujours recommencées entre les faibles et les forts.

 » Il a ainsi été question « d’invasion », de « colonisation », de « la loi coranique » et de ris­que de guerre de séces­sion…  » comme le relève Eve Moulinier dans le DL (9/11/16). Une guerre de sécession annoncée par François Hollande lui même dans le livre  » un président ne devrait pas dire ça » .

Comme l’a souligné Eric Zemmour lui-même avec humour :  » si c’était moi qui avait dit ça? »

UN CODE CIVIL de NAPOLÉON ET UN CODE CIVIL CORANIQUE

L’orateur a évoqué l’Islamisme qui est l’islam pour lui estimant que « c’est un code civil. Sur notre sol il y  a le code civil de Napoléon et un autre ». Son analyse est froide et sans pathos. La laïcité n’existe qu’avec le christianisme et dans aucun pays musulman car elle n’est pas compatible avec les fondements de la religion musulmane.

Ce que l’écrivain Tahar Ben Jelloun avait exprimé d’une autre façon: « j’ai découvert avec la laïcité un champ de liberté qui n’existe dans aucun pays musulman ».
capture-decran-2016-12-09-a-10-15-18

E.ZEMMOUR VOIT UNE LUTTE POUR LE POUVOIR

Car il faudrait « remettre en cause l’immanence du corpus coranique , déclarer le Coran texte créé par l’esprit de l’homme et non guère dicté par Dieu »comme l’avait résumé le philosophe Mezri Haddad ( Le Figaro 22/8/16). Ce qui ne peut émaner que des autorités spirituelles et intellectuelles musulmanes.

Mais Eric Zemmour voit une lutte pour le pouvoir que nous livrent les musulmans et analyse toutes les expressions de la religion à travers ce seul prisme. Y compris les tenues sur la voie publique.N’établissant pas de différence entre  le repli identitaire ou le retour aux sources  et la revendication politique d’un islam éventuellement dominateur.

HOSTILE à la VISIBILITÉ de la RELIGION dans l’ESPACE PUBLIC

Il rappelle que la religion juive n’a pas construit de synagogues visibles mais la plupart du temps dans les immeubles afin de ne pas « concurrencer » les clochers qui sont le paysage cultuel de la France.
Il est donc hostile à la visibilité des mosquées et d’ailleurs à toute visibilité religieuse dans l’espace public. Bien entendu il préconise des mesures fortes pour mettre fin à « l’invasion  » dont la fin du droit du sol et du regroupement familial.

l'écrivain a ensuite dédicacé de nombreux livres

l’écrivain a ensuite dédicacé de nombreux livres

 » ON N’EST PAS à PARIS ICI, C’EST COMME AU BLED »

Eric Zemmour avait  commencé son exposé en citant  un reportage diffusé sur le 20 H de France 2 la veille qui faisait témoigner des femmes qui étaient interdites de fait d’entrer dans les cafés. Un témoignage accablant car elles avaient une caméra cachée. Les hommes leur expliquant qu’elles n’étaient pas les bienvenues »: «  on n’est pas à Paris, ici c’est comme au Bled » affirmant l’un d’eux.

Et Eric Zemmour d’ajouter : «  ça se passe à Sevran, une ville également dirigée par un maire dit écologiste ».
Un clin d’oeil Grenoblois apprécié  par le public. D’accord ou pas avec son analyse tous les participants ont apprécié le talent, la culture historique, la fluidité du discours.

Parmi les présents, Catherine Bolze, Conseillère Régionale, Alexandre Roux, Secrétaire Départemental, François Tarantini, secrétaire départemental Adjoint, Pierre Gascon, Bruno Saby, Aziz Sahiri, JeanNémoz-Rajot anciens élus Grenoblois , Jean-Philippe Drillat délégué de la 1 er circonscription et élu à Meylan nombre d’entre eux ont posé des questions, soulevé des objections permettant un débat riche et fourni.