GRENOBLE: La VILLE A BESOIN de 40 CLASSES SUPPLEMENTAIRES!

Publié par Les Républicains 38 le

6000 logements supplémentaires ces 5 dernières années produisent leur effet: les écoles de Grenoble explosent. En particulier dans le Nord Ouest de la ville du fait d’une pression double: les nouvelles constructions et les parents du sud qui désertent les écoles du secteur. 30 % des effectifs du nord de Grenoble sont la conséquence du choix des familles de ne pas inscrire leurs enfants au sud! Quel succès pour « la mixité  » vantée sous toutes les sauces depuis 20 ans.

La municipalité Destot/Safar (PS) laisse un bilan désastreux dans le domaine scolaire aussi . Non seulement elle n’a pas construit les écoles en fonction de la densification qu’elle décidait elle même, mais elle a abandonné l’entretien des établissements existants.

 » NOUS AVONS UN DEFICIT COLOSSAL »

 » Que ce soit en termes d’entretien ou de construction d’écoles, nous avons un déficit colossal, il faut ouvrir 40 classes nouvelles » a déclaré Eric Piolle (Verts/PG) à l’assemblée des habitants du centre ville. Paul Bron l’Adjoint ( app PS) sortant au scolaire porte une lourde responsabilité dans ce bilan. Au lieu de pérorer aujourd’hui  sur tous les sujets comme s’il avait une quelconque autorité, il ferait mieux d’admettre son incurie sur le secteur dont il avait la charge.

 » CE SONT DES RUSTINES QUI ONT ETE POSEES »

« Par exemple, à l’école Marie Reynoard, les toitures fuient et il faut investir 150.000 euros en réparations. Pour l’instant, ce sont des rustines qui ont été posées. À l’école Anthoard, on va changer les chaudières. Dans une aile de l’école Élisée Chatin, le chauffage est mis à fond l’hiver et il fait 15°C… » explique Fabien Mabet Adjoint ( Verts/PG) au scolaire sur Place Gre’Net.

DES PREFABRIQUES dans les ECOLES

En réalité la densification produit 300 élèves supplémentaires par an.Depuis cinq ans, on compte 1.500 élèves de plus dans le primaire à Grenoble. Les municipalités ont installé des préfabriqués à Jean Macé et à Lucie Aubrac pour faire face à l’afflux: dans le premier quartier la ville a ajouté 510 logements et dans le second (Bonne) 12 00 sans école supplémentaire!

PLUS de 29 ELEVES par CLASSE

Le nord-ouest de Grenoble est le plus touché par la saturation des écoles maternelles avec plus de 29 élèves par classe en moyenne, dans la plupart des établissements. 17 exactement accueillent plus de 28 élèves par classe et quatre sont au-dessus de 30 élèves par classe !

Le secteur 5 avec l’école Malherbe (30,3 élèves pas classe), le secteur 4 avec l’école Bajatière (30), le secteur 3 avec l’école Sidi-Brahim (29,8) ou encore le secteur 2 avec l’école Paul Bert (29,4) ( source Place Gre’Net) .

E.PIOLLE A TRAHI SA PROMESSE de CONSTRUCTION d’UNE ECOLE

La municipalité Piolle appuie sur le frein: elle a déjà trahi sa promesse de construire une école dans le secteur Chorier Berriat, alors qu’elle s’y était engagée pendant la campagne municipale. Pourtant Nicolas Chorier et Anthoard débordent. De plus elle ne met aucun frein à la densification du quartier. Ce qui ne fera pas baisser la pression.

ENDORMIR les ATTENTES

Afin de perdre du temps, en mars,  elle a renvoyé au printemps un « plan pluriannuel  » des écoles qui sera présenté au Conseil Municipal du 22 juin prochain. Histoire de lisser les difficultés, d’endormir les attentes et de faire croire qu’elle a pris la mesure du problème. Elle va proposer de créer ces 40 classes  » d’ici 2020 « . Le plus tard possible alors qu’il y a urgence. Les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent. la municipalité crée 4 postes d’’agents territoriaux spécialisés en école maternelle (Atsem) . A peu près le coût d’un directeur recruté pour la fête des Tuiles !  c’est ça  » la priorité forte du mandat que répète l’Adjoint aux écoles. Fabien Malbet est délégué à ces enfumages. 

UN PLAN MARSHALL pour les ECOLES

Mais elle n’en a pas l’intention. Grenoble aurait besoin d’un plan Marshall pour les écoles. Pour leur entretien et la construction des nouveaux établissements. En parallèle d’un moratoire de la bétonisation afin de prendre le temps de rattraper le retard en matière de besoins. La municipalité Piolle ne fera ni l’un ni l’autre. Elle va poursuivre dans le cache misère de Destot en compensant par un verbe abondant ce qu’elle n’attribue  pas en termes de crédits.  Une vraie Bérézina pour le secteur scolaire qui souffre.

POURSUITE de la PAUPERISATION

Il faudrait aussi rééquilibrer le sud de la ville, revaloriser l’habitat privé et stopper la progression du social étant donné la dégradation et les échecs. Partout elle fait le contraire en poursuivant la construction de logements sociaux dans des quartiers déjà paupérisés ou communautarisés. Cette homogénéisation des populations est catastrophique pour les écoles comme on le voit à Reynoard ou à Jean Racine.

LE PRODUIT de 20 ANS de GESTION PS/VERTS

A cette absence de considération pour l’entretien des écoles qui s’ajoute à tous les équipements publics abandonnés ( ancien Musée de Peinture qui prend l’eau, Tour Perret qui s’effondre, fermeture d’une piscine à Villeneuve faute d’entretien…) les grenoblois mesurent ce que peuvent produire la gauche et les Verts sur la durée. Après 20 ans de leur gestion, les Grenoblois sont appauvris et Grenoble ruinée, ne pouvant même plus assurer sa mission de base en direction des scolaires.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Actualité