GRENOBLE: LA VIE QUOTIDIENNE au TEMPS de M.PIOLLE (Verts/PG)

Publié par Les Républicains 38 le

Pendant que le nouveau Maire enfilait les perles d’un discours entendu , ou bien jouait au foot en promettant un nouveau terrain en synthétique au Village Olympique , la vie quotidienne des Grenoblois ne s’améliorait pas.

Ils avaient pourtant hérité d’une première Adjointe du Parti de Mélanchon, chargée de la  » tranquillité Publique » ( comme ces choses sont délicatement dites) puisque l’insécurité était désormais bannie du vocabulaire .  Absente des mots elle disparaissait dans les faits selon l’extrême gauche qui a si souvent torturé ( très concrètement…) la réalité dans l’histoire.

L’ERADICATION de la DELINQUANCE par les CAUSES

D’ailleurs Eric Piolle ne s’attaquait qu’aux causes de la délinquance. Pour lui celle ci disparait avec l’élévation du niveau de vie, la culture, l’éducation . Il n’y a jamais de violence dans les milieux aisés et toujours dans  la pauvreté …. Ce sont des causes  » sociétales » .

Le même homme exprime cela après avoir dit dans son premier discours de Maire : « la politique moderne ce n’est pas de tordre la société pour faire rentrer telle ou telle idéologie ou telle vision partisane  » (!)

M.DESTOT S’ETAIT LÂCHE APRES 19 ANS

D’ailleurs après 19 ans de ce vocabulaire  « sociétal  » M.Destot en était revenu et s’était lâché. Après s’être retiré  de son poste pour éviter la bâche. Il a écrit dans son blog du 5 mars,au contraire du Piolle débutant,  « j’ai été parfois heurté par cette médiocrité intellectuelle et morale consistant à trouver dans la pauvreté et le manque de ressources des raisons au laxisme, voire à la délinquance de certains. »( POUR DESTOT (PS) LA PAUVRETE ne JUSTIFIE pas la DELINQUANCE.)

Bien entendu il ne l’avait jamais dit pendant ses mandats.

LA  » PAUVRETE INTELLECTUELLE et MORALE  » de la THESE PIOLLE

Mais on n’avait pas osé évoquer la  » pauvreté intellectuelle et morale  » du discours d’Eric Piolle préférant le qualifier de vide. (GRENOBLE : E.PIOLLE ( Verts/PG) RATE SON ENTREE) En tout cas la vie quotidienne des Grenoblois ne s’est pas améliorée cette semaine: 60 voitures dégradées dans le centre, 12 brûlées quartier Chorier Berriat.

Un jeune couple qui attendait tranquillement le tramway à l’arrêt de l’Arlequin, à Grenoble, pour se rendre dans le centre-ville, dimanche dernier en fin de journée  a été attaqué soudainement par un groupe d’adolescents qui descendait du tramway d’en face.

DES INCONNUS ONT FRAPPE UN COUPLE avec UNE RARE VIOLENCE

Les inconnus se sont mis à frapper le garçon et sa copine avec une rare violence pour leur arracher la chaîne en or que chacun portait autour du cou. Ils ont ensuite pris la fuite en abandonnant leurs victimes. Passées à tabac, ces dernières font l’objet de plusieurs jours d’incapacité totale de travail.  Les policiers de la Sûreté départementale ont commencé par visionner les enregistrements de vidéosurveillance de la Sémitag et ont pu déterminer que les voyous étaient au nombre de huit. Ils ont été retrouvés grâce aux caméras.

Comme au parking Denfert Rochereau et les voitures saccagées , à l’Arlequin se sont les caméras de vidéo protection qui ont permis d’identifier les suspects .

« LA VIDEO SURVEILLANCE SERT PEU pour ELUCIDER » ( E.Piolle)

Un système qu’Eric Piolle juge ainsi : « La vidéo surveillance sert extrêmement peu dans la prévention des délits, tout comme dans leur élucidation, c’est un système très coûteux avec peu d’efficacité » …

 » La politique moderne  » pourrait on lui opposer , » ce n’est pas de tordre la société pour faire rentrer telle ou telle idéologie ou telle vision partisane « ….
Sa politique n’est décidément pas  » moderne « .  Eric Piolle couvre en fait la marchandise frelatée de l’extrême gauche qui s’est tant trompée dans le monde au détriment de la population en faisant passer son dogmatisme avant toutes choses.

 » LA MESURE du Maire est INCONSCIENTE » (syndicats de police)

Les policiers Grenoblois s’inquiètent, à l’image de Valérie Mourier, du syndicat de police Alliance : les caméras « c’est un outil, on s’en sert pour identifier des auteurs (de délits). Je pense que la mesure que va prendre le maire est inconsciente ». Daniel Chomette, du syndicat de police SGP-FO à Grenoble, est plus catégorique encore : « Attention danger ! Aujourd’hui, les services de police, diminuées en nombre, ont des difficultés à retrouver les auteurs des faits. Ça va très largement compliquer la tâche de mes collègues en matière d’enquête ».

REVOLVER 38, GILET PARE BALLES… la société BISOUNOURS

Cette semaine encore raconte le « DL »  des policiers de la Brigade anti criminalité ont surpris trois hommes qui procédaient à une transaction suspecte, rue de la Nursery quartier Chorier Berriat.
L’un d’entre eux, qui portait une sacoche, a remis un sac à l’un des deux autres. Ce dernier est ensuite monté dans une voiture et a démarré. Les policiers ont alors contrôlé les deux hommes. Dans la sacoche du premier, ils ont trouvé un revolver 38 spécial approvisionné de six cartouches et 160 euros en espèces.

UNE POLITIQUE TRES DATEE DONT ON CONNAIT le RESULTAT

Chez lui, ils ont également découvert 300 euros, ainsi qu’un gilet pare-balles. Dans le sac du second suspect, se trouvaient une dizaine de barrettes de haschich et quelques grammes de cocaïne…

La vie quotidienne à Grenoble au temps de M.Piolle lequel  va seulement s’attaquer aux  » causes » de la délinquance .

Décidément pas moderne du tout. Plutôt extrêmement daté avec les conséquences qu’on voit très bien poindre dans la ville . En effet. Pas de doutes sur les résultats.

Photo : les restes de l’une des douze voitures brûlées à Grenoble quartier Chorier Berriat

Catégories : Actualité