GRENOBLE: la POLICE MUNICIPALE ALERTE la MUNICIPALITE

Publié par Les Républicains 38 le

L’intersyndicale de la police municipale Grenobloise n’exclut pas le dépôt d’un préavis de gréve . Reçus vendredi par la Première Adjointe , Elisa Martin ( extrême gauche) les policiers ont été très déçus par les réponses. Ou plutôt par l’absence de réponses .

La municipalité Grenobloise idéologiquement totalement hermétique aux questions de sécurité refuse de prendre en compte l’évolution de la situation suite aux attentats de la semaine dernière.

 » On nous reproche clairement de tomber dans la psychose » ont déclaré les policiers municipaux à la sortie de leur entrevue avec Elisa Martin ( Parti de Gauche) chargée de… la  » Tranquillité Publique ».(la municipalité Piolle récuse le terme « sécurité »).

 » Le Maire est notre employeur, en vertu de la loi et du code du travail il se doit de protéger le personnel dont il a la charge » avait  déclaré le représentant de  l’intersyndicale de la police municipale dans le hall de l’hôtel de ville qui avait été envahi par des dizaines de policiers jeudi.

E.PIOLLE ( VERTS/PG) N’A PRIS AUCUNE MESURE suite AUX ATTENTATS

En effet Eric Piolle (Verts/PG) n’avait pris aucune mesure depuis les évènements tragiques qui ont endeuillé la France. Après l’assassinat d’une policière municipale à Montrouge les policiers Grenoblois se disaient  » très inquiets « .
D’autant que les autres administrations ont pris des mesures ( préfecture, hôtel de police) . Côté municipal  » tout est resté grand ouvert , la Mairie est grand ouverte  » signalait, inquiète l’intersyndicale.

l'UMP38 autour de Jean-Claude Peyrin avait manifesté à Grenoble pour demander des effectifs face à la montée de l'insécurité

l’UMP38 autour de Jean-Claude Peyrin avait manifesté à Grenoble pour demander des effectifs face à la montée de l’insécurité

LA SOLIDARITE NE VA PAS JUSQU’AUX POLICIERS

La solidarité de la municipalité Piolle en matière de sécurité ne va pas jusqu’aux policiers. Elle se contente des mots concernant Charlie Hebdo et ne veut  tirer aucune conséquence pour la ville des événements de la semaine dernière.

« D’armement, il n’est absolument pas question.Ni maintenant, ni jamais » ont déclaré les policiers municipaux a l’issue de leur entretien avec Elisa Martin.

ILS SERONT LAISSES DESARMES MALGRE les ARMES QUI CIRCULENT dans les QUARTIERS

Ils sont laissés désarmés, sans défense  face à une éventuelle agression armée. On sait que les armes circulent dans les quartiers puisque plusieurs caches ont été découvertes à plusieurs reprises. Les agressions à main armée ont augmenté de + 50% dans l’Isère en 2013 selon le Préfet de l’Isère , l’agglomération Grenobloise se taillant la part du lion.

A plusieurs reprises ces derniers mois on a tiré dans les cités . La justice grenobloise a même libéré un tireur présumé de Mistral. Dans le cadre de son laxisme bien connu: dés qu’il s’agit de présumés voyous les vices de forme l’emportent toujours. ça n’a jamais été le cas avec les élus de droite…

DESTOT/SAFAR (PS) AVAIENT FERMÉ LES YEUX

De son côté la municipalité de gauche a aussi une longue tradition de tolérance avec les agressions. En juin 2010 l’indifférence de la municipalité Destot/Safar (PS) à une menace par arme à feu sur un policier municipal à Villeneuve avait contribué à l’embrasement du quartier un mois plus tard lorsque la police avait poursuivi des gangsters: les voyous n’avaient pas admis la présence de la police, habitués qu’ils sont à l’impunité.

 

l'UMP 38 avait aussi organisé une signature de la pétition réclamant une consultation citoyenne à E.Piolle sur les caméras de vidéo protection. Ici François Tarantini accueillant des Grenoblois rue Félix poulat

l’UMP 38 avait aussi organisé une signature de la pétition réclamant une consultation citoyenne à E.Piolle sur les caméras de vidéo protection. Ici François Tarantini accueillant des Grenoblois rue Félix poulat

TOUTE LA MUNICIPALITE PIOLLE CONDAMNAIT LA POLICE

On se souvient que tous les membres actuels de la municipalité Piolle ont à ce moment là condamné la police lui faisant porter la responsabilité des émeutes. Alain Manac’h ( Verts/Ades) à la tête d’une Maison de quartier qu’il a mise en faillite montant au créneau « au nom des habitants « selon la méthode de l’extrême gauche. Ils ont recommencé au moment du reportage du service public de télévision qui montrait une réalité de Villeneuve.

LA POLICE N’IRA PLUS DANS CERTAINS QUARTIERS

Aujourd’hui la réponse négative de la municipalité Piolle induit l’absence de fait de la police municipale dans certains quartiers ou les armes circulent . En réalité les policiers sont en danger dans tout Grenoble. Ils peuvent être tirés comme des lapins.

PLUS QUE 15 POLICIERS SUR LA VOIE PUBLIQUE

D’autant que l’effectif théorique de la police municipale est de 97 agents. Mais, en réalité, si on enlève les 16 agents de nuit, ceux affectés à l’hôtel de ville et à la fourrière, et que l’on prend en compte les emplois du temps différents des uns et des autres, on n’arrive à avoir qu’une quinzaine de personnes sur la voie publique. Les effectifs sont insuffisants. Pour être bien, on estime qu’il faut un policier pour mille habitants. Côté police Nationale, malgré la forte influence nationale de MM Destot, Safar, Noblecourt (PS) proches de tout ce qui compte au pouvoir, Grenoble n’a pas gagné un policier supplémentaire!

E.PIOLLE VEUT  » DIGÉRER LA CROISSANCE RAPIDE des EFFECTIFS » (!)

Cela n’a pas empêché Eric Piolle a qui on parlait de renforcer la police municipale de répondre devant l’Union de Quartier de la Gare:  » il faut digérer la croissance rapide des effectifs  » (!)

 » ON DOIT ÊTRE CAPABLE de SE DÉFENDRE »

Pourtant les policiers municipaux se sont fait entendre, eux, à plusieurs reprises. Dans une interview à 20minutes ( 17/03/14) Marc Brouillet délégué CFDT expliquait:  » Pour moi, un policier doit être armé, point! Derrière les missions, il doit y avoir les moyens on ne peut pas nous demander d’arrêter des gens armés sans nous donner les moyens équivalents. On doit être capables de se défendre ».

Rue Félix Poulat les Grenoblois ont été nombreux à signer: ici Daniéle Fodil recueillant les signatures

Rue Félix Poulat les Grenoblois ont été nombreux à signer: ici Daniéle Fodil recueillant les signatures

70% DES POLICIERS MUNICIPAUX ONT FAIT UNE DEMANDE D’ARME

En mars 2013 ils n’en pouvaient déjà plus. Ils avaient lancé une action symbolique. 70% des effectifs de la police municipale avaient déposé des demandes individuelles d’acquisition et de détention d’armes de 4 e catégorie à la préfecture .

 » TOUS LES JOURS DANS DES SITUATIONS DIFFICILES »

« Évidemment, cette action est symbolique, nous savons parfaitement qu’elle n’aboutira pas. C’est au maire de la Ville de faire cette démarche.Avec la Ville le dialogue est bloqué ! C’est une histoire d’idéologie au sein de la majorité entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Nous, nous sommes au milieu et nous nous retrouvons presque tous les jours dans des situations difficiles » expliquaient ils alors .

 » S’IL ARRIVE QUELQUE CHOSE de GRAVE, le MAIRE SERA RESPONSABLE »

 » S’il arrive quelque chose de grave , le maire sera responsable » avait déclaré un policier à l’encontre de M.Destot. C’est encore plus vrai aujourd’hui avec Eric Piolle. Sauf qu’après les événements dramatiques que notre pays vient de vivre de vivre, cette irresponsabilité et ce dogmatisme sont encore plus insupportables.
Le danger est réel. Seule la mobilisation des Grenoblois peut faire reculer la municipalité Piolle. Cela passe par la consultation de ceux ci. Donc par la signature de la pétition de l’UMP38.

Photo : le représentant de l’intersyndicale des policiers municipaux dans le hall de l’hôtel de ville demandant des mesures qu’Eric Piolle refuse

 

 

 

Catégories : Actualité