GRENOBLE: la MUNICIPALITE SE RÉDUIT Á SON NOYAU DUR

Publié par user1 le

Après le limogeage sans ménagement de Gaël Roustan son directeur de cabinet qui déplaisait au clan de l’Ades (Avrillier/Comparat) , Eric Piolle a été aussi contraint d’humilier Mondane Jactat l’Adjointe à la santé et à la ville,  » trop chargée » (!). Et qui hérite du dossier essentiel de la politique de la ville ? Maryvonne Boileau (Verts/Ades) , cette retraitée en retrait, en train de passer le flambeau aux jeunes, compagne de Vincent Comparat le Président de l’Ades, lui même auto-désigné  » expert permanent  » des dossiers  de la ville sur lesquels il a un droit de regard.

UN « EXPERT » DÉSIGNÉ par PERSONNE

Une « expertise  » décidée par aucune instance démocratique et surtout pas validée par le Conseil municipal de Grenoble. Alors que se réunit ce soir un nouveau conseil municipal de la ville de plus en plus sous tension, les réorganisations décidées démontrent l’emprise du noyau dur au fur et à mesure que l’assise de la municipalité Piolle se réduit.

M.BOILEAU  » A PLUS d’EXPERIENCE sur les QUESTIONS SOCIALES  » QUE M.JACTAT !

Maryvonne Boileau le dit elle même:  » j’ai plus de temps et j’ai de l’expérience sur les questions sociales » ( DL du 22/2/16) . Au passage un autre Adjoint au Maire transparent est sacrifié: Jacques Wiart descend d’un étage ! Il devient  conseiller municipal délégué en charge des déplacements. Il faut dire qu’il n’en n’est guère chargé des déplacements , puisque les Verts/Ades décident de tout avec Y.Mongaburu, Président du SMTC et Vice Président de la Métro. L’étranglement Ottoman fait une victime supplémentaire.

UNE ANCIENNE ÉLUE de DESTOT CHARGÉE de l’ATTAQUER

C’est encore Maryvonne Boileau qui s’est également désignée pour porter le fer contre Michel Destot , lequel, dans une lettre filandreuse aux grenoblois, avait laissé percer une once de critique sur ses successeurs . Au contraire de la justification qu’elle apporte à son intervention, il n’y avait aucune logique que ce soit une ancienne élue des municipalités Destot, co-responsable du bilan catastrophique jusqu’en 2008 (elle était notamment à la tête de l’OPHLM) qui s’y colle. Un jeune élu des autres mouvances de la galaxie d’extrême gauche aurait été plus crédible et plus adapté.

DESTOT :  » PAS DIGNE, AIGRI, FIGÉ sur 95  » TROP VIEUX …

Pour taper sur son ancien Maire avec lesquels les Verts/Ades ont cogéré Grenoble 13 ans (95/2008) couvrant  toutes les turpitudes, organisant même la disqualification de leur adversaire de droite en instrumentalisant la justice et des médias, Maryvonne Boileau poursuit avec les bonnes vieilles méthodes: Destot  » n’est pas digne » « aigri  »  » Une militante socialiste m’a récemment fait remar­quer qu’elle n’était pas née alors qu’il était déjà député »  Pourquoi c’est elle qui répond? « Parce qu’Éric Piolle est tourné vers l’avenir quand Michel Destot ne ressasse que le passé, parce qu’Éric Piolle pense à Grenoble quand Michel Destot ne pense qu’à lui » (!). Il   » ne pense qu’à verrouiller sa place, alors qu’à bientôt 70 ans, il y a probablement autre chose à faire ». » un an­cien maire qui semble figé sur 1995 et ne pense qu’à refaire le match ! Et c’est un avis que partagent des so­cialistes  » ajoute un « collaborateur » d’Eric Piolle….

UNE POSTURE à l’OPPOSÉ des PRATIQUES: M.BOILEAU VEUT DEVENIR SÉNATRICE…

Comme on le voit,  de la politique « tirée vers le haut » . On se souvient que le DL s’était posé la question  « le site de l’UMP salit il la politique locale »?…Les affrontements Boileau/Destot et Safar/Destot sont effectivement d’un niveau qui mérite le respect. Bien entendu selon une communication solidement établie la posture adoptée est à l’opposé de la pratique politique. Maryvonne Boileau qui prend des responsabilités supplémentaires à la municipalité explique à Destot, compte tenu de son âge , qu’il ne devrait plus en prendre. Elle est choquée qu’il puisse briguer encore un mandat parlementaire après une telle longévité élective. Mais à Rue89 ( 22/2/16) elle fait savoir qu’elle entend briguer, elle, un mandat de Sénatrice en 2017 !

UN PETIT NOMBRE du MÊME CLAN DÉTIENT TOUS les POUVOIRS…

On se souvient que son compère Raymond Avrillier défenseur de la vertu désirait en 2011 devenir Sénateur  sur la liste… d’André Vallini (PS) modèle en matière de pratiques et de comportements politiques.  Cette fois la place de Jacques Chiron (PS) est à prendre

En résumé après la chute du Directeur de Cabinet, E.Piolle est réfugié derrière le clan qui détient tous les pouvoirs: Urbanisme , GEG (V.Fristot) Logement (C.Garnier) Déplacements ( Y.Mongaburu) Personnel et administration ( C.Kirkyacharian à la Métro , François Langlois à la ville)  com’, groupe majoritaire et site Ades ( L.Comparat)  Finances ( H.Sabri)  Grenoble Habitat, politique de la ville, coups politiques  ( M.Boileau)  Palais des Sports, choix des copains pour les animations ( O.Bertrand) incultures ( C.Bernard) Raymond Avrillier participant aux réunions décisionnaires et Vincent Comparat étant  aujourd’hui « expert » de la municipalité.

… QUI OEUVRE DEPUIS les ANNÉES 80

Tous appartiennent au même clan dont le chefs oeuvrent  depuis les années 80: Dés 1983 , au nom des citoyens- déjà- Vincent Comparat contestait devant le tribunal l’élection au premier tour d’Alain Carignon. Plus tard il interviendra comme « directeur de l’observatoire de la dépense publique. »  Raymond Avrillier en lien avec des journalistes (Philippe Descamps FR3) et des magistrats militants sera de toutes les opérations de déstabilisation et de disqualification des adversaires sous le regard bienveillant d’une partie des médias.

2 EME ANNIVERSAIRE de l’ELECTION de PIOLLE: C’EST PAS LA FÊTE

En ce 29 février la coalition Rouge/Verts n’est pas à la fête à la veille de l’anniversaire des 2 ans de mandats de la municipalité. Elle est sur la défensive sur tous les dossiers, attaquée de toute part du fait de sa politique dogmatique. Personne n’ose plus faire remarquer ses fautes de communication à Eric Piolle tant il semble enivré de lui même. Pourtant nombre de ses déclarations maladroites ont mis le feu. Que ce soit devant les commerçants (  » nous sommes là jusqu’en 2020″ ) ou bien en tirant le bilan de la Métro  » nous avons mis fin au dogme de la croissance  » au moment ou celle ci s’enfonce dans la crise. Le feuilleton de la co-construction et des  » consultations citoyennes  » ne trompe plus personne. En exigeant au final 20 000 voix pour qu’une position soit adoptée elle ferme la porte à toute possibilité de modifier sa politique sur un point quelconque.

UNE MUNICIPALITE AU PLUS MAL pour AFFRONTER les MOIS QUI VIENNENT

Au lieu de s’amender et de s’ouvrir, la municipalité se replie sur son noyau dur, use et abuse des affirmations à l’opposé de toutes ses pratiques. Ce n’est pas bon signe. Sa communication ne peut que s’affaiblir sous les coups répétés de la réalité. Les méthodes appliquées pour se défendre relèvent des agitations groupusculaires et pas d’une majorité municipale sure d’elle même et de sa politique.

Après 2 ans de mandat la municipalité Piolle dispose certainement de l’assise populaire la plus faible jamais atteinte par une municipalité grenobloise. Encalminée dans ses certitudes, prise en mains par des idéologues elle est au plus mal pour affronter les mois qui viennent.