Grenoble : LA MUNICIPALITÉ PS CRÉE UN HÔTEL EN PLEINE RÉCESSION!

Publié par Les Républicains 38 le

Comme nous l’avions souligné ici même le simple bon sens est heurté par la décision de la municipalité Destot d’affecter un terrain public à la construction d’un hôtel privé!( HOCHE: BÉTONNISATION de la rue, AMPUTATION du PARC PUBLIC)

Non pas sur le principe mais pour deux raisons essentielles : les élus n’ont pas à s’ériger en décideur économique qu’ils ne sont pas en créant de la concurrence hôtelière en pleine récession.

Secondement parce que Grenoble manque d’espaces verts et de respiration et répondre à la densification de la rue Hoche et de la caserne de Bonne en réduisant l’espace vert de Hoche est une faute lourde.

Caserne de Bonne, la ville compacte dont M.Destot est fier

Caserne de Bonne, la ville compacte dont M.Destot est fier

Le club hôtelier Grenoble Alpes Dauphiné a vivement réagi  à cette nouvelle construction. Son président, Sylvain Piantanida, l’a dit très clairement : « Il faut arrêter de vouloir construire des hôtels partout à Grenoble. » ( le DL)
« Il faut bien se dire que nous ne sommes pas contre l’hôtel Okko : nous constatons simplement une recrudescence de constructions hôtelières ces dernières années, alors qu’il n’y en a pas forcement besoin », continue-t-il. Il y aurait « un patrimoine hôtelier suffisant » dans l’agglomération. D’autant plus au regard du taux d’occupation actuel (en 2012, il s’élève à peine à un peu plus de 50 % selon Sylvain Piantanida). D’autant que « dire qu’il n’y a pas d’hôtels 4 étoiles à Grenoble est faux, il en existe de nombreux. »

Pour éviter de mettre en péril les établissements hôteliers, il faudrait pour Sylvain Piantanida, d’abord arrêter d’en construire, et surtout arriver à « dynamiser Grenoble. »

« Nous ne sommes pas une ville avec une forte image “loisirs”, nous avons délaissé pendant les dernières années la dimension des congrès » .

On peut se demander de quelle compétence particulière l’Adjoint au Bétonnage , Philippe de Longevialle ( app PS)(Ph.De LONGEVIALLE (app PS Grenoble) DE NOUVELLES RÉVÉLATIONS ) peut il se prévaloir pour décider de créer de la concurrence aux hôteliers Grenoblois ? Pour lui  » C’est un débat qui n’a pas de sens et tout ça c’est de la polémique politique stérile à l’approche d’une période électorale « .(Ph.de LONGEVIALLE Adjoint à Grenoble: de Charles Pasqua à François Hollande!)

S’agissant des Verts/Ades qui ont totalement cautionné le bétonnage de Bonne puisque le projet initial a été porté par le prédécesseur de Ph.de Longevialle, Pierre Kermen on veut bien le croire. Avec sa densité et ses 40% de logements sociaux ce quartier ne va pas améliorer la situation de Grenoble en matière de paupérisation de la population. (VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ),Ni de baisse de la pollution particulièrement au bord des voiries ou les populations sont les plus exposées..(AGGRAVATION DE LA POLLUTION:DOUBLE PEINE POUR LES RIVERAINS DES VOIRIES)  Caserne de Bonne comme ailleurs.(POLLUTION DE L’AGGLO:  » C’EST LA FAUTE À LA NATURE » pour S.SIÉBERT (PS))

rue Hoche, densification, 0,8 place de stationnement par appartement et réduction du parc, la logique du PS et de Destot

rue Hoche, densification, 0,8 place de stationnement par appartement et réduction du parc, la logique du PS et de Destot

Mais Ph. de Longevialle répond aux hôteliers  » c’est une question de concurrence qui appartient aux professionnels de l’hôtellerie ». Pourquoi se moquer ainsi d’une profession qui a déjà du mal à vivre du fait de l’inertie de la municipalité ? En effet si une chaîne hôtelière avait acquis un terrain privé pour construire un nouvel hôtel Ph. de Longevialle pourrait faire ce commentaire .

Mais s’agissant d’un terrain public c’est la municipalité Destot qui a fait le choix d’affecter un espace à un hôtel d’une chaîne hôtelière précise. En aucun cas celle ci n’aurait pu acquérir un terrain de centre ville à ces conditions sans la décision des élus PS et apparentés.

Réduction de l'espace pour construire un hôtel!

Réduction de l’espace public pour construire un hôtel!

Leur méconnaissance de la vie économique est telle qu’aujourd’hui se sont les hôteliers en place qui vont souffrir. De plus la baisse des congrès à Grenoble n’arrange pas la situation. La quasi faillite d’Alpexpo qui a perdu depuis 2004 le prestigieux Salon International des Sports d’hiver est aussi une cause de cette désaffection. La capitale des Alpes n’a plus le salon des Sports d’Hiver.

C’est un échec sur toute la ligne.  Mais ce sont les professionnels qui paient les pots cassés.

 

Catégories : Actualité