GRENOBLE: LA MUNICIPALITÉ PIOLLE DANS UN BUNKER

Publié par user1 le

Devant l’hôtel de ville de Grenoble  à 18h30  lundi soir la police a chargé les manifestants à la grenade lacrymogène pour protéger Eric Piolle et la municipalité Verts/Ades/PG.

Le Conseil municipal de la ville centre ne peut plus se tenir que sous très haute tension.

 » LA CRISTALLISATION de la CONTESTATION »

La veille dans le « Dauphiné Libéré » rendant compte du dernier avertissement donné par les Unions de Quartiers et Unions commerciales sur le dossier de l’Esplanade Hélène Delarrroqua  journaliste résumait les menaces qui pésent sur la municipalité:« Comme, par ailleurs, la colère des Greno­blois se fait aussi entendre sur les terrasses, le règlement des marchés, la fermeture de bi­bliothèques et de services de proximité ou l’insécurité, alors habitants et forces vives de l’Esplanade et des quartiers adjacents se disent prêts à de­venir « les acteurs de la cristal­lisation de la contestation  »

à la grenade lacrymogène et les repousse bd Jean Pain

Les manifestants anti-Piolle ont été repoussés bd Jean Pain

 

Cette jonction s’est effectuée lundi soir . Grenoble n’a jamais vécu cette situation à l’égard d’une municipalité qui focalise tous les mécontentements du fait de sa gestion idéologique et de son sectarisme puisqu’elle repose sur un clan .

 

C’est une étape supplémentaire dans la transformation de l’hôtel de ville en bunker ,le conseil municipal ne pouvant plus délibérer que sous la protection des CRS.

La relation entre Piolle et les Grenoblois est définitivement rompue avec cette charge. Elle a changé de nature pour devenir une opposition frontale et sans porte de sortie.

Personnel municipal, bibliothécaires et usagers, périscolaire , défenseurs de la maison des habitants de Bajatière , commerçants et non sédentaires, quartiers mécontents, grenoblois inquiets de la régression de leur ville ou du matraquage des tarifs de stationnement ,  la « cristallisation » est en train de s’opérer entre tous les grenoblois mécontents.

Le début de l’année devrait être catastrophique pour la municipalité et l’anniversaire de la mi-mandat un chemin de croix.

« ILS VEULENT VIRER LES PAYSANS des MARCHÉS »

Le hall de la mairie a été évacué aussi

 

Eric Piolle n’a pas supporté les slogans des manifestants qui tapaient sur les vitres du conseil municipal.  » Vous n’avez pas compris que ce sont des s… , ils veulent virer les paysans du marché  » s’égosillait un commerçant non sédentaire face à la rangée de CRS . Le déploiement des forces de l’ordre était impressionnant et la circulation du bd Jean Pain a été perturbée.

E.PIOLLE VOULAIT DÉCOURAGER les GRENOBLOIS

Entre 3 et 500 personnes se sont rassemblées devant l’hôtel de ville ce qui est considérable à cette date choisie délibérément par Eric Piolle pour décourager les grenoblois alors qu’il s’agit du vote du budget!

R.AVRILLIER (Verts/Ades) SE FAIT PAYER SES FRAIS d’AVOCATS

Parmi les délibérations le conseil municipal devrait décider de prendre en charge les frais d’avocat de Raymond Avrillier l’élu Verts/Ades pendant 19 ans , le parrain de la municipalité qui a fait – et fait – tant de mal à Grenoble. Il veut en effet faire taire l’opposition et lui interdire de lui demander des comptes sur la faillite de Grenoble. La ville ruinée qui coupe les crédits à tout le monde va en accorder à un colistier pour mener une bataille partisane!

C’est ce à quoi la municipalité Piolle s’amuse pendant que la maison brûle.

La réflexion d’Alain Carignon dans le DL selon laquelle la municipalité Piolle est  » mort-née » résume la réalité de la ville .

M.CHAMUSSY (LR): CROYEZ VOUS AVOIR RAISON CONTRE TOUT LE MONDE? »

De son côté Matthieu Chamussy ( LR)  a mis en cause Eric Piolle au Conseil Municipal :  « Jamais une municipalité n’aura soulevé autant de pro­testations publiques, le con­ seil municipal ne se tient que par la grâce d’un cordon de CRS. Les manifestants vous demandent de cesser vos dé­cisions brutales », a t il déclaré.  ( DL du 20/12/16)

Et d’insister sur le caractère multiple des protestations : « Croyez- ­vous avoir raison contre tout le monde ? », a de­mandé le conseiller LR au maire.

E.PIOLLE NE PEUT PLUS LANCER la FERMETURE de GRENOBLE

Grenoble est bloquée. Eric Piolle se réfugie dans un bunker. On voit mal comment il pourrait lancer dès janvier la fermeture de Grenoble. Les manifestations ne peuvent que s’amplifier et la mi-mandat des Rouges/Verts Grenoblois va ressembler à une pitoyable  fin de mandat.

Photo de une: la municipalité Piolle ne peut plus délibérer que sous la protection de la police !