GRENOBLE: LA MENACE D’UNE CRISE IMMOBILIÈRE

Publié par Les Républicains 38 le

Un grand  studio du Village Olympique à Grenoble avec terrasse qui a vue sur les montagnes s’est vendu 1300 € le m2 il y a un mois.

Il y a un an déjà l’observatoire des prix de vente dans le neuf avait indiqué que le prix moyen du neuf est de 3147 E/M2 à Grenoble pour un accédant à la propriété contre 3434 /E M2 pour un accédant pour la Métro hors Grenoble!
Il est à craindre que la chute se soit poursuivie. (GRENOBLE: la MUNICIPALITÉ PS ACCÉLÈRE la PAUPÉRISATION de la VILLE)

30% DE BAISSE DES TRANSACTIONS À GRENOBLE

La revue  » Capital  » vient d’indiquer que Grenoble connaissait une baisse de  30% des transactions.Il semble que tout à coup la situation de Villeneuve ou des propriétaires ont été spoliés puisqu’ils on acquis des appartements qu’ils n’ont jamais pu revendre au coût d’acquisition, s’étende à progressivement en tache d’huile à une partie  la ville .

 » Capital » a  cité le centre ville, l’avenue Félix Viallet, Jean Jaurès, Berriat, Saint Bruno comme l’Ile Verte … ou des problèmes de vente et de prix se posent.(MUNICIPALITÉ DESTOT(PS): PUBLICITÉ MENSONGÈRE (SUITE) À L’ILE VERTE)

50% DE LOGEMENTS SOCIAUX DANS LES NOUVEAUX  QUARTIERS

La municipalité Destot veut encore augmenter le nombre de logements sociaux pour atteindre 25% . Ce  qui revient à appliquer des taux de 50% de HLM dans les nouveaux quartiers en construction: c’est pratiquement le cas sur la caserne de Bonne ( 400 logements sociaux) et ce sera le cas sur le Polygone scientifique . Soit la moitié au moins des 15 000 nouveaux habitants dans ce seul quartier.(DENSIFICATION DE L’AGGLO : DESTOT/BAÏETTO ACCÉLÈRENT)

UN TAUX DE PROPRIÉTAIRES TRÈS BAS

Dans les quartiers HLM existants ( Villeneuve, Mistral, Teissere, Abbaye … ) on est a près de 100% de logements sociaux ce qui crée des zones de la ville extrêmement difficiles à gérer. La situation de Mistral est explosive à cet égard.(UNE CAVE ATELIER de DROGUE,un SOUTERRAIN à MISTRAL propriété de l’OPHLM!)

De plus Grenoble a un taux de propriétaire très bas : 37% contre 57% en France . Si cette proportion continuait à s’abaisser et si les propriétaires voyaient la valeur de leur bien se dégrader  la ville pourrait basculer toute entière dans un appauvrissement généralisé.

DES LOGEMENTS VACANTS QUI AUGMENTENT

D’autant que de façon inexplicable la proportion de logements vacants ne cesse d’augmenter : 7% aujourd’hui soit environ 10 000 logements ! S’agit il d’une peur de louer à des occupants indélicats ? D’une population devenue trop pauvre pour louer ? (GRENOBLE: LES PROFESSIONNELS DE L’IMMOBILIER REFUSENT D’ÊTRE LA CAUTION D’UNE POLITIQUE QUI ÉCHOUE)

LA BÉTONISATION FAIT PEUR PARTOUT

La bétonisation fait peur partout. Même rue Hoche, en plein centre ville la municipalité a choisi de donner le maximum à un promoteur , a amputé le parc Hoche en faveur d’un autre promoteur.HOCHE à Grenoble:PENDANT L’ÉTÉ LE PARC PUBLIC EST AMPUTÉ)

Quartier Jean Macé alors que les tours ne sont pas encore habitées les écoles débordent et les voitures stationnent de manière anarchique partout Quai de la Graille : l’abaissement à 0,8 place de stationnement construit ( au lieu de 1,5 avec la municipalité Carignon) produit des effets désastreux.(ÉCOLES à Grenoble: DES CLASSES EN PRÉFABRIQUÉS À JEAN MACÉ)

LE P.L.U EST EST UNE CO-PRODUCTION PS/VERTS

Le Plan Local d’Urbanisme ( PLU) élaboré par la municipalité PS/Verts/Ades en 2005 , Pierre Kermen étant Adjoint à l’Urbanisme avait pour objet d’organiser cette bétonisation.(Pierre KERMEN ( Verts/Ades) PROMÈNE LES GRENOBLOIS EN BATEAU)

Tout à leurs préoccupations électorales les  membres de la municipalité Destot  n’ont pas mesuré les effets de ces excès : aujourd’hui on ne peut pas exclure à Grenoble une crise de valeur de l’immobilier sans précédent.

UN APPAUVRISSEMENT GÉNÉRALISÉ

Elle aurait pour conséquence un appauvrissement généralisé de tous ceux qui ont acquis un patrimoine à la sueur de leur front.

Dans une ville ou la population pauvre est de plus en plus nombreuse ( M.Destot chiffrait à 30% le pourcentage d’enfants en dessous du seuil de pauvreté à Grenoble) on pourrait imaginer un croisement des courbes, avec la population moyenne s’appauvrissant et se réduisant et la population pauvre augmentant de façon exponentielle.( (VERDICT DE L’INSEE : GRENOBLE SE PAUPÉRISE AVEC UN CUMUL DE SIGNES DE PRÉCARITÉ)

LE CENTRE DE L’AGGLO SE PAUPÉRISE AUSSI

Le cas du centre d’agglomération est tout à fait évocateur : l’INSEE le cite comme recevant une population en grande précarité .Même les jeunes le désertent pour son insécurité et sa dégradation.

Tous les facteurs sont réunis : quand M.Destot a défini le pauvre «  comme généralement d’origine étrangère » il a oublié de préciser que sur le seul critère des demandeurs d’asile, 1400 sont accueillis chaque année dans l’agglomération , 1000 à 1200 sont rejetés  après plusieurs mois d’étude de leur dossier. Mais ils sont évidemment relachés dans la nature en situation irrégulière et doivent vivre d’expédients.(1400 DEMANDEURS D’ASILE PAR AN : POURQUOI GRENOBLE ?)

Si certaines de nos rues sont des squats à ciel ouvert, ce n’est pas un hasard.

DES CONSÉQUENCES EN CHAINE INCALCULABLES

Ce cumul de facteurs spécifiques à Grenoble , ajoutés à la politique catastrophique de Cécile Duflot  sont dévastateurs.

Les agents économiques qui anticipent les évolutions prennent les devants et certains conseillent de vendre maintenant.

Sans une politique qui veuille redresser rapidement la  situation en changeant du tout au tout, la crise immobilière menace Grenoble . Ses conséquences en chaine seraient incalculables .

 

 

 

 

Catégories : Actualité