GRENOBLE: J.NEMOZ-RAJOT (LR) ancien Adjoint aux Finances FUSTIGE ses SUCCESSEURS

Publié par user1 le

L’ancien Adjoint aux Finances de la ville de Grenoble ( 89/95) Jean Nemoz-Rajot (LR) est demeuré silencieux un certain nombre d’années notant simplement l’évolution du budget de la Ville de Grenoble.Il a entendu sans broncher pendant un long temps ses successeurs mettre en cause sa gestion afin de cacher leurs propres fautes derrière un délire de mots.

Ainsi après 1995 , Jean Nemoz-Rajot rappelle que Michel Destot et  Stéphane Siébert (PS)  devenu Secrétaire Général de la ville après avoir quitté Corys n’ont pas eu à augmenter les impôts à leur arrivée aux responsabilités de la ville.

10 MF SONT SORTIS de la CAISSE à l’ARRIVEE de M.DESTOT (PS)

Mieux, dans l’affaire très controversée du contrat d’eau , la nouvelle municipalité a décidé de rembourser 10 MF à la Lyonnaise des Eaux. Une somme qui était donc bien entrée dans les caisses de Grenoble et qui était bien disponible.

IMG_1580

DEPENSES de FONCTIONNEMENT MAITRISEES

Jean Némoz-Rajot précise aussi que les orientations d’Alain Carignon, alors Maire de Grenoble avaient été strictement respectées. Si les investissements colossaux  pour l’arrivée du Synchrotron, du Musée National, le lancement d’Europole, l’acquisition des réserves foncières pour les parcs urbains, avaient nécessité un recours à l’emprunt, les grenoblois n’avaient pas eu à subir d’augmentation d’impôts et les dépenses de fonctionnement étaient maitrisées avec une grande rigueur.

 » LE PS et les VERTS SE RENVOIENT la BALLE de leur BILAN DESASTREUX »

Dans son communiqué Jean Nemoz-Rajot  rappelle que le débat d’orientation budgétaire « a montré que le PS et les Verts tentent de se renvoyer la balle du bilan financier désastreux alors qu’ils ont gouverné Grenoble ensemble ou successivement depuis 20 ans.  »

LA POINTE de la DETTE APRES 13 ANS de GESTION PS/VERTS

Il précise : « la pointe de la dette par habitant ( 1734 € ) et de l’impôt ( +9%) a été atteinte en 2008 et 2009  après les 13 premières années de gestion PS/PC/Verts. Ce n’est pas rassurant pour la période qui s’ouvre. Grenoble est devenue maintenant  la première de France pour l’impôt par habitant, la première de France pour les dépenses de fonctionnement, la deuxième de France pour l’encourt de la dette par habitant ! Et ce en étant incapable d’assumer ses missions de base que sont la propreté, la sécurité et l’entretien du patrimoine municipal ».

DL Impôts

« NOTRE EQUIPE AVAIT TRAITE kes FONCTIONS de CENTRALITé de GRENOBLE »

« MM Piolle et Safar ont tenté vendredi de se défausser sur « les fonctions de centralité « qu’assume Grenoble » indique Jean Nemoz-Rajot.  » Mais notre équipe grâce à Alain Carignon avait traité ces fonctions en passant des conventions de financement à 50 % avec le département pour les grands équipements culturels comme le Musée et MC2, en confiant la gestion du Musée Dauphinois au Conseil Général, en obtenant du département que les créations du Musée de l’Evêché, du Musée de la Résistance – qui n’a pas 50 ans puisqu’il a été créé par nous en 1993 – soient financées par lui, en classant les grandes voiries traversantes de Grenoble en routes départementales. »

« MM DESTOT et SAFAR ONT ACCEPTE la REMISE EN CAUSE des FINANCEMENTS »

Et d’enfoncer le clou :  » C’est avec un Conseil Général PS/Verts que MM Destot et Safar ont accepté la remise en cause de ces financements , abandonnant les conventions culturelles, mettant en même temps nos acteurs culturels et nos finances en difficultés. »

« NOUS ASSURIONS UN SERVICE de QUALITE pour la PROPRETE et L’EMBELLISSEMENT »

L’Ancien Adjoint aux Finances de Grenoble rappelle aussi que « notre équipe avait maitrisé l’impôt et les dépenses de fonctionnement – notamment de personnel- en assurant un service de qualité pour l’entretien, la propreté , l’embellissement et l’attractivité de la ville grâce à des réalisations qui sont encore aujourd’hui la force de Grenoble (Synchrotron, nouveau Musée, Europole, Palais de Justice, premières lignes de tram , ST micro à Crolles, financement de la rénovation de MC2, autoroute Grenoble-Valence, lancement de Grenoble Sisteron bloqué depuis…) » .

C'est sous Destot/Safar (PS) que  Grenoble perdra les financements à 50 % de tous les grands équipements culturels Grenoblois obtenus du département par la municipalité Carignon révèle Jean Némoz-Rajot.

C’est sous Destot/Safar (PS) que Grenoble perdra les financements à 50 % de tous les grands équipements culturels Grenoblois obtenus du département par la municipalité Carignon révèle Jean Némoz-Rajot.

AUJOURD’HUI LA VILLE EST RUINEE par 20 ANS de GESTION de GAUCHE

Et de conclure sur cette note pessimiste:  » aujourd’hui la ville est ruinée par 20 ans d’une gauche qui ne peut aligner aucune réalisation d’envergure et a abaissé la ville à un niveau inquiétant pour son avenir.  »

H.SABRI (Verts/Ades) RECLAME des  » REFORMES STRUCTURELLES » QU’IL NE FAIT PAS

Son analyse est corroborée par les déclarations de l’actuel Adjoint aux Finances de la ville de Grenoble. Hakim Sabri (Verts/Ades) pointe du doigt ses alliés socialistes « critiquant le choix de l’ancienne majorité d’avoir augmenté les impôts de 9 % en 2009. Il aurait fallu des réformes structurelles » ( DL du 25/11/15) ). Oubliant de préciser que ces + 9 % soldaient 13 ans de gestion commune PS/Verts aux côtés de M.Destot et J.Safar.

Et bien entendu n’engageant lui même aucune « réforme structurelle » . Se contentant d’un rabotage laborieux des dépenses digne des « comptables » que la municipalité Piolle ne voulait pas être et renvoyant aux calendes grecques l’entretien du patrimoine et les services de base aux Grenoblois. Vous avez dit Grec ?

 

Catégories : Actualité