GRENOBLE: HEBERGEMENT « INCONDITIONNEL » pour les ETRANGERS IRREGULIERS

Accueil  »  Actualité  »  GRENOBLE: HEBERGEMENT « INCONDITIONNEL » pour les ETRANGERS IRREGULIERS
16 avr 2014 07:04 Commentaires fermés admin

Le premier Conseil Municipal d’Eric Piolle avait donné l’occasion à l’extrême gauche d’organiser une manifestation des étrangers expulsés du territoire et permis au nouveau Maire d’annoncer le doublement des capacités d’accueil des étrangers en situation irrégulière. (GRENOBLE : E.PIOLLE ( Verts/PG) RATE SON ENTREE)

Car il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt . Daniéle Duffourg la responsable de ces questions a répondu au « DL »:  « Aujourd’hui, 90 % des personnes dans les centres d’hébergement d’urgence sont des personnes dé­boutées du droit d’asile. Certaines font l’objet d’une OQTF (obligation de quit­ter le territoire français), OQTF qui doit être mise en œuvre dans le respect de certaines règles, notam­ment la scolarisation des enfants. Enfin, 10 % des personnes dans les centres d’hébergement sont des SDF ou des personnes en rupture sociale. »

UN APPEL D’AIR INSUPPORTABLE

Dans un article précédent les associations avaient chiffré à 3500 les étrangers en situation illégale demandeurs de logements d’urgence. Il est évident que l’augmentation de capacité ne pourra jamais répondre à la demande. Il s’agit d’un appel d’air insupportable à tous égards (.ISERE: 3500 ETRANGERS DEMANDENT UN LOGEMENT D’URGENCE)!

D’autant que le logement n’est qu’un aspect du parcours d’insertion et que celui-ci est impossible à gérer avec un tel afflux.

Les élus de l’opposition notamment à la Métro sous l’égide de Michel Savin ( UMP) (HÉBERGEMENT D’URGENCE: LA GABEGIE pour « MÉTRO ALTERNATIVES ») mais aussi Nathalie Béranger au Conseil Municipal de Grenoble et Pierre Gimel au Conseil Général (LA GAUCHE DEFEND LES DÉLINQUANTS FACE À P.GIMEL (UMP) ont attiré l’attention sur cette situation et demandé un débat.

1400 DEMANDEURS d’ASILE par AN

Avec 1400 demandeurs d’asile par an en moyenne, dont 90 % sont des faux, l’agglomération et le département sont submergés.(1400 DEMANDEURS D’ASILE PAR AN : POURQUOI GRENOBLE ?).

Eric Piolle le nouveau Maire de Grenoble a fait semblant de découvrir le centre Verlaine à Grenoble , un espace de bureaux  mis à la disposition par l’Etat qui accueille 140 personnes aujourd’hui . « Les conditions sont tellement déplorables que ça pique les yeux… » avait ­il déclaré plein de compassion lors du conseil municipal d’investiture. Il n’avait pas remarqué la vétusté jusqu’en mars 2014 quand Cécile Duflot était Ministre du Logement et de  » l’égalité des Territoires  » (!) et responsable du sujet.

LE CONSEIL MUNICIPAL de GRENOBLE SOUTIENT L’ILLEGALITE

En tout cas la fermeture des centres d’accueil après la période d’hiver a donné lieu à la manifestation au Conseil Municipal de Grenoble soutenue par la nouvelle majorité . Ce qui signifie qu’il ne peut plus y avoir de reconduite à la frontière. Selon M.Piolle et ses amis de l’extrême gauche nous allons devenir le seul pays au monde ou les non  nationaux déterminent qui peut entrer sur notre territoire ! Avec le niveau de nos prestations sociales et maladie, ce principe ne tient évidemment pas debout.(GRENOBLE « PRODUIT » 3 FOIS PLUS DE SANS PAPIERS QUE LA MOYENNE)

CERTAINS ONT DROIT à l’HÔTEL

Cette fermeture a contraint  a loger des familles en hôtel . Le paradoxe est toujours le même : il n’y a pas de places dans les centres d’hébergement pour les SDF parce que 90 % sont occupés par des étrangers en situation irrégulière et un certain nombre de ces étrangers qui ont des enfants sont logés en hôtel pendant que des familles ne peuvent pas joindre les deux bouts ou sont même sans logement.

ANDRE VALLINI FERME BRUTALEMENT

De son côté , au lieu de travailler à la source – la politique migratoire – André Vallini le Président (PS) du Conseil Général a supprimé brutalement comme à son habitude  le financement de l’hébergement d’urgence, soit 280 chambres. En totale contradiction avec la réalité décrite par Eric Piolle , la Vice Présidente (PS) Brigitte Perillié , chargée de la protection de l’enfance le justifie ainsi : « quand le gouvernement a changé, que François Hollande a été élu, la ministre du Logement qu’était alors Cécile Duflot a reconnu que c’était le rôle de l’État et non celui du Département.»

D’ou l’ouverture du centre de  Verlaine que son soutien local apprécie tant…

B.PERILLE (PS) FAIT LA VOIX de SON MAITRE

On est stupéfait par tant de démagogie et de faux semblants sur des sujets aussi sensibles humainement de la part des gauches. La politique de Brigitte Perillié – comme elle même qui a démontré en maintes circonstances qu’elle n’était que la porte parole de Vallini , voyageant aux frais du contribuable  – a été accueillie comme il se doit par les électeurs de Vif en mars dernier ou elle a été sévèrement battue.(B.PÉRILLIÉ (PS ) en INDE au LIEU de PROTÉGER L’ENFANCE EN DANGER en Isère)

 » L’HEBERGEMENT d’URGENCE EST INCONDITIONNEL  » ( municipalité Piolle)

Ce dossier des étrangers en situation irrégulière  sera de plus en plus grave compte tenu des annonces de la municipalité Piolle. Après avoir rencontré le Préfet le nouveau Maire et son Adjoint au social  Alain Denoyelle, ont déclaré intervenir auprès du Ministre du Logement mais ils n’obtiendront pas plus qu’ils n’ont obtenu de Cécile Duflot . Alain Denoyelle précise :  » la Ville est prête à prendre sa part. Quelle que soit la situation des personnes, l’hébergement d’urgence est inconditionnel  » . Le contribuable se prépare à des jours heureux.

La doctrine de la municipalité est simple : s’agissant de la sécurité elle ne veut rien faire car c’est de la compétence de l’Etat (.GRENOBLE: LA VIE QUOTIDIENNE au TEMPS de M.PIOLLE (Verts/PG))

S’agissant de l’accueil des étrangers entrés illégalement sur le territoire qui est aussi de la compétence de l’Etat, elle fera tout ce qui est possible .

JY BALESTAS (PS) : DU LOGEMENT SOCIAL POUR L’URGENCE…

La conjonction des deux politiques doit produire des effets détonnants.

Jean-Yves Balestas l’ancien Bâtonnier (PS) de Grenoble qui préside  l’association Arepi­ L’Étape qui gère 400 appartements en Isère, dont deux centres d’hébergement permanents à Grenoble (Verlaine) et à L’Isle­ d’Abeau avec 5 M € de budget , une cinquantaine de salariés y va de sa petite musique laxiste aussi.  C’est si facile avec l’argent du contribuable.

Il reconnait  « qu’ en décembre dernier, on a vu arriver beaucoup de Roumains  » , il veut bien admettre que   » les trois quarts des personnes ont reçu leur obligation de quitter le terri­toire français (OQTF), ce sont donc des personnes qui ne peuvent pas bénéficier d’hébergement d’urgence. Or depuis l’affaire Léonar­da, les personnes qui ont des enfants scolarisés ne sont, dans les faits, pas expulsées pendant la période scolai­re. »

Ni après puisque la municipalité Piolle s’y oppose. Mais  au lieu de regarder les problèmes en face , Jean Yves Balestas y va de l’antienne classique :  » que les communes construisent du logement social  » mettant son espoir ( après Safar) sur le nouveau Maire de grenoble afin qu’il donne  » l’impulsion  » (!)

POURSUIVRE LA BETONISATION

Bonjour les dégâts de la bétonisation . Cette politique est mise en oeuvre depuis 10 ans avec les résultats que l’on voit : la paupérisation des populations dans le logement social du fait du déséquilibre induit pas l’accueil massif de ses populations en difficultés . l’arrivée des Roms à l’arlequin a produit des affrontements de communautés .Construire pour répondre  à ces problématiques a pour conséquence de rendre impossible l’accès au logement social des autochtones , aux familles moyennes qui ne peuvent que le fuir..(POUR DESTOT(PS): LE PAUVRE « EST GÉNÉRALEMENT D’ORIGINE ÉTRANGÈRE »)

Et faire du logement social la réponse à l’hébergement d’urgence d’étrangers qui ont vocation a être reconduits dans leur pays d’origine est une hérésie.

L’évolution des quartiers à Grenoble devrait amener de bonnes âmes comme MM Piolle et Balestas qui n’ont jamais vécu en cité à réfléchir aux conséquences de leurs propos et de leurs actes.

Photo : manifestation des étrangers en situation irrégulière devant la préfecture de l’Isère

 

 

 

Share