Grenoble et la Culture: 2/ la MORT du FOISONNEMENT CULTUREL

Publié par user1 le

Alors que les élus PS et Verts locaux suivent la trace d’Hollande et trahissent tous leurs engagements s’agissant du secteur culturel comme on l’a vu, il s’est quand même trouvé un comité Théodule appuyé par la CGT pour lancer opportunément, après  les élections départementales,  un collectif contre la baisse des budgets culturels.

LES DEFENSEURS de la CULTURE ONT OUBLIE de DENONCER les MEFAITS VALLINI

Après que André Vallini ait été battu ils rappelaient les chiffres accablants des baisses de  la majorité PS/PC/Verts en direction de la culture. Le  Synavi (Syn­dicat national des arts vivants),l’Union dé­partementale de la CGT,  Solidaires et  la Coordi­nation des intermittents et précaires (CIP38), Michel Szempuch, Henri Thomas s’étaient bien gardés de le faire avant pour informer les électeurs.

 » PARTOUT ou la DROITE ARRIVE, la CULTURE TRINQUE… »

Au contraire. « Le conseil départe­mental vient de passer à droite ! Or partout où la droite arrive, la culture trin­que ! » ont ils affirmé en coeur. Avec la gauche ils boivent pour fêter les coupes sombres?

Maintenant le collectif se tourne vers la Métro totalement absente de l’action culturelle. Bien entendu, là encore, les élus PS/Verts/PC savent jouer des « rapports  » (type Audemar-Rizzo) afin d’amuser la galerie.

 » ON NE SAIT PAS à QUI S’ADRESSER  »

Les membres du collectif reconnaissent quand même: « Quand on nous envoie à la Métro, on ne sait pas à qui s’adresser » ( DL du 8/10/15). Car la municipalité Piolle botte en touche et aimerait faire porter le chapeau au brave Ferrari (PS) qui est justement là pour ça. Le temps que les intervenants comprennent qu’ils sont bernés et on approche des élections. Re-barrage à la droite! CQFD.

Pourtant sans remonter au déluge, même la première Maison de la Culture est l’oeuvre des gaullistes puisqu’elle a été décidée au moment de l’obtention des Jeux Olympiques par le Dr Michallon Maire (UNR) de Grenoble.

LES ELUS PS CHAMPIONS de la DECENTRALISATION CULTURELLE pour le DL

Il est donc étonnant que le « Dauphiné Libéré  » cite seulement « Catheri­ne Tasca, Bernard Gilman et autres René Rizzardo » tous élus PS comme ayant mis au point « une bonne partie des politiques françaises de décentra­lisation culturelle » (!) .( DL du 8/10/15).

Car les premiers acteurs de cette décentralisation ont été le Général de Gaulle et son Ministre de la Culture, André Malraux venu lui-même inaugurer la Maison de la culture de Grenoble. Pour décentraliser, il faut être au pouvoir national. La gauche ne l’a été qu’en 1981. Et localement elle n’a rien obtenu de ce changement de pouvoir.

UN MUSEE ATTENDU PENDANT les 18 ANS de DUBEDOUT (PS)

Ensuite les grands acteurs de la décentralisation culturelle se remarquent à leurs actes. Il a fallu attendre la municipalité Carignon (REP)  pour que la création d’un grand musée National soit financé et réalisé alors qu’il avait été seulement espéré  pendant les 18 ans de Dubedout.

UNE NOUVELLE MC2 FINANCEE par E.BALLADUR ( REP)

C’est la municipalité de droite et du centre qui a obtenu d’Edouard Balladur l’engagement de l’Etat de financer à 50 % la nouvelle MC2 , annoncé en 1994, ce que ses successeurs mettront 8 ans à réaliser!

LES MUSEES de l’EVÊCHE, de la RESISTANCE, le MUSEUM….

La création de Musée de l’Evêché, les fouilles archéologiques et leur mise en valeur sous la place Notre Dame,  la départementalisation du Musée Dauphinois,  la création d’un véritable Musée Départemental de la Résistance et de la Déportation, la superbe rénovation du Muséum d’Histoire Naturelle sont aussi à mettre au crédit des mêmes.

… LES MEDIATHEQUES, la MAISON de la NATURE…

D’autant que la municipalité de droite a aussi poursuivi le renforcement du réseau des bibliothèques , la création des Médiathéques, telles celles de St Bruno et de l’Alliance et on pourrait aussi ranger en marge de la culture la création de la Maison de la Nature et de l’Environnement dont on a fêté les 30 ans en septembre en omettant son créateur, Alain Carignon , Maire de Grenoble et le Conseiller Municipal  chargé de l’Environnement l’ancien Député Richard Cazenave (REP).

UNE REECRITURE STALINIENNE de l’HISTOIRE LOCALE

Ces noms ne sont bizarrement pas cités dans une étonnante réécriture stalinienne de l’histoire locale, pas plus que celui de Maurice Bertrand, Adjoint à la Culture en 1983 et son successeur Bernard Betto qui a ont porté ces grands dossiers aux côtés du Maire de Grenoble,ni Henri Baile , l’ancien Secrétaire Général Adjoint de la ville aux affaires culturelles, actuel Maire (REP) de St Ismier.

LE DESERT CULTUREL de la MUNICIPALITE PIOLLE

Pourtant si on observe le désert culturel que la municipalité Piolle propose en perspective aux acteurs d’aujourd’hui, la baisse drastique des financements, les choix en solitaires, le service des copains , la droite et le centre peuvent s’honorer de leur politique culturelle hardie et avancée.

THEÂTRE 145 et De POCHE MUNICIPALISéS

Les Festivals ont été sabrés, le Théatre 145 et le Théâtre de Poche seraient bientôt municipalisés, au théâtre municipal la programmation interdit  désormais le théâtre privé. Pour le Street Art la municipalité a écarté le collectif qui s’en occupait pour favoriser J.Catz ( sans consulter le comité mis en place pour décider!) . Bref c’est l’éteignoir, la reprise en mains.

ROCKTAMBULE à la PLACE des MUSICIENS du LOUVRE

Le Festival Rocktambule qu’Olivier Bertrand (Verts/Ades) voyait remplacer les Musiciens du Louvre (!) vient de subir un échec considérable entre le 5 et le 11 octobre avec moitié moins de participation. Les choix dogmatiques, les préférences partisanes ne correspondent pas à l’attente des Grenoblois.

GRENOBLE DOIT RENOUER avec l’AMBITION CULTURELLE

Grenoble doit renouer avec l’ambition culturelle. Elle doit engager des partenariats nouveaux et réparer les dégâts des abandons voulus par André Vallini (PS), acceptés par toute la gauche et les Verts. Elle doit permettre à nouveau le foisonnement des hommes et des idées, afin que de nouveaux créateurs fassent entendre leur singularité. Elle doit redonner sa place et son espace au spectacle vivant.

 » LA GAUCHE a PERDU le SENS de la CULTURE »

 » A croire que la gauche, pour qui j’ai toujours voté, a aujourd’hui perdu le sens de la culture »a déclaré le créateur et comédien Diden Berramdane dans le « DL » (12/7/15 ) au moment de rendre les clefs du Théâtre de St Marie d’en Bas, rue Très Cloitres. Il avait ajouté: « Le seul maire de Grenoble qui se soit vérita­blement intéressé à Sainte­ Marie­ d’en­ Bas, qui l’ait do­té des moyens nécessaires et qui ait suivi mes spectacles, c’est Alain Carignon « .

Mais ce n’est pas « aujourd’hui  » qu’elle en a perdu le sens. Elle ne l’a jamais eu. Il s’est toujours agi pour elle  seulement d’instrumentaliser une idée dont elle voudrait être la seule propriétaire avec la complicité de quelques affidés.

Photo: le comédien et créateur Diden Berramdane qui vient de rendre les clefs du Théâtre de St Marie d’En Bas à Grenoble et pour qui  » la gauche a perdu le sens de la culture » .

 

 

 

 

Catégories : Actualité