GRENOBLE: ET E.PIOLLE CRÉA LE DÉSERT…

Publié par user1 le

« Il ne s’agit pas de gérer un mandat, mais de faire émerger des choses » expliquait le Grand Timonier, le phare de l’occident que la ville à la chance d’avoir à sa tête pour entrer dans le XXI eme siècle. C’était dans le JDD de la semaine dernière à Juliette Demey une journaliste parisienne très complaisante qui n’a rencontré aucun véritable habitant et ne donne pas la parole à l’opposition sauf pour une phrase qui atténue la responsabilité de la municipalité!

Avant Lui Grenoble vivait dans l’ombre. Elle passe à la Lumière. En tout cas les grenoblois ont bien compris qu’il « ne gérait pas un mandat ». 

http://grenoble-le-changement.fr/2017/04/17/place-grenette-la-publicite-mensongere-deric-piolle/

L'avenue Agutte Sembat un samedi matin à 11 h: E.Piolle a créé le désert

L’avenue Agutte Sembat un samedi matin à 11 h: E.Piolle a créé le désert

DES BAISSES de CHIFFRES D’AFFAIRES de 30 à 40 % 

Mais en attendant un samedi matin normal  » les choses émergent » à Grenoble puisque la ville est déserte. Les commerçants précisent que des consommateurs extérieurs appellent pour savoir s’ils peuvent accéder à la ville, d’autres qui parviennent à leur magasin après des heures de bouchons annoncent qu’ils ne reviendront plus.

Depuis les premières fermetures ( les rues de la République et Montorge ne sont pas encore complètement fermées) les baisses de chiffre d’affaires s’établissent entre 30 et 40 % par rapport aux mêmes jours de l’année dernière. C’est une catastrophe.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/10/27/fermeture-da-sembat-le-risque-du-plus-grand-plan-social-iserois-selon-la-cci/

La Place Victor Hugo le même jour à la même heure

La Place Victor Hugo le même jour à la même heure

COURS JEAN JAURÉS LES BUS BLOQUÉS EMPRUNTENT les CONTRE-ALLÉES

Cours Jean Jaurès les riverains ont vu  les bus bloqués emprunter les contre-allées. Les entrées nord sont impraticables et la ville est asphyxiée.

La municipalité moins hypocrite la municipalité Destot/Safar (PS) a annoncé qu’il n’y aurait aucune indemnisation pour les pertes de chiffre d’affaires qu’elle cause. On se souvient que la municipalité Destot avait promené Jacques Chiron et Jérôme Safar pour faire croire aux commerçants qu’ils seraient soutenus pendant les interminables travaux du Tram E. Certains ont même refusé l’aumône, d’autres fois c’est le liquidateur judiciaire qui l’a reçue !

http://www.republicains38.fr/smtc-et-commerces-le-scandale-de-lindemnisation/

Par contre les boyaux étroits réservés aux automobilistes sont saturés cours Jean Jaurès . Des riverains ont vu des bus tenter de s'échapper par les contre allées. Aucun service de sécurité ne peut pénétrer dans Grenoble

Par contre les boyaux étroits réservés aux automobilistes sont saturés cours Jean Jaurès . Des riverains ont vu des bus tenter de s’échapper par les contre allées. Aucun service de sécurité ne peut pénétrer dans Grenoble

DES DIZAINES D’EMPLOIS SONT D’ORES et DÉJA EN DANGER

Des dizaines d’emplois sont d’ores et déjà en danger à Grenoble, une ville qui perdait déjà des emplois depuis 2009 alors que comparativement l’agglomération lyonnaise en gagnait. La tendance analysée par Pierre Streiff, le Président du Medef38 devant le « cercle du citoyen » devrait s’accélérer. Pour lui entre la situation des années 80 ( municipalités de droite ) et aujourd’hui la position des deux agglomérations s’est inversée. Lyon est devenu plus attractif que Grenoble.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/04/08/pierre-streiff-inversion-des-courbes-dattractive-entre-lyon-et-grenoble/

Plus la réalité frappe à la porte , plus la municipalité se raidit.  « L’exercice du pouvoir impose des choix. J’assume » répond fermé Eric Piolle au JDD. Pascal Clouaire le faux Adjoint (Verts/PG) à la démocratie locale confirme : « La co-construction n’est pas la co-décision! » (JDD). S’agissant de la fermeture de la ville il n’y a eu ni l’une ni l’autre.

LA MUNICIPALITÉ a REFUSÉ L’ÉTUDE D’IMPACT 

La municipalité a même refusé la pratique habituelle, prudentielle, évidente de l’étude d’impact préalable.

Mardi dernier l’Automobile Club organisait une manifestation pour protester. Le 22 mai se sera au tour des usagers des bibliothèque de se faire entendre au Conseil Municipal. Le collectif « Grenoble à Coeur » prépare d’autres initiatives .Bref , Grenoble, terre de liberté et de résistance, n’est pas décidée à se laisser faire.