GRENOBLE: E.PIOLLE (Verts/PG) VA FAVORISER l’AFFICHAGE « SAUVAGE »

Publié par Les Républicains 38 le

Ce week end l’opération de communication de la municipalité Piolle (Verts/PG) à Grenoble avait pour objet de répondre à son électorat déboussolé par les bourdes des premiers mois. L’annonce de la suppression des sucettes Decaux est typique de sa méthode. Ce marketing est pensé par Erwan Lecoeur un communicant spécialiste des Verts.

Il s’agit de faire oublier GEG, la montée de l’insécurité, la fin des 3 jours, du Festival du Cirque parti à Voiron…

Sur le fond, comme l’a précisé Matthieu Chamussy (UMP) la municipalité «  ment quand elle dit qu’il n’y aura plus de publicité en ville, puisqu’il restera tou­jours sur l’agglo quelque 1 200 abribus, ce qui corres­pond à quatre fois le nombre de panneaux que le maire compte désinstaller… » .

DES PANNEAUX au FORMAT de l’EXTRÊME GAUCHE

De son côté Alain Carignon (UMP) rappelle que si elle annonce supprimer 326 panneaux, colonnes et sucettes ils seront remplacés par plus de 300 panneaux « de petites tailles au format correspondant à l’affichage des groupuscules d’extrême gauche qui pourront ainsi monopoliser l’espace public ».

La présentation selon laquelle on mettra des arbres à la place des panneaux est aussi totalement trompeuse et a pour objet de parler au  bobo qui ne retiendra que l’annonce. Pour l’instant Eric Piolle n’a fait qu’abattre des arbres: dans la cour de l’école Lucie Aubrac, bd Clémenceau, bd Gambetta...

M.CHAMUSSY (UMP):   » J’AIMERAIS CONNAITRE le COÛT de l’OPERATION »

Et Matthieu Chamussy se demande pour­quoi « cette annonce n’a pas été précédée d’une réflexion partagée. Le débat était intéressant, moi ­même je pense qu’on peut limiter le nombre de panneaux. Il aurait fallu sai­sir l’opportunité de la fin du contrat pour en discuter, d’autant plus qu’aujourd’hui les annonceurs privilégient davantage la qualité que la quantité. »

Il poursuit en pen­sant au local:« 35 à 45% des panneaux étaient utilisés par des acteurs économiques de notre région. S’ils faisaient cet effort d’affichage, c’est qu’ils en avaient besoin. En prenant cette décision, la mairie péna­lise ces personnes, et pas les grands groupes qui s’arrange­ront autrement. » Il conclut sur l’installation promise par la mairie pour l’expression li­bre et les annonces associati­ves : « Si l’affichage est de fai­ble qualité, je doute fort que la pollution visuelle soit vrai­ment éliminée. Et les nou­veaux panneaux seront payés par la municipalité, donc j’aimerais bien connaître le coût de l’opération ! »

A.CARIGNON (UMP):   » GRENOBLE S’APPAUVRIT  »

Alain Carignon insiste aussi sur l’impact financier: « L’annonce de la municipalité Piolle a pour première conséquence de priver la ville de 500 000 € de recettes à un moment ou elle emprunte 13 M€ pour terminer l’année et faire les salaires du personnel de 2014.  Renoncer à ces sommes alors que les Grenoblois supportent déjà l’impôt sur les ménages le plus élevé de France démontre que le contribuable va être la première victime des décisions dogmatiques de l’extrême gauche locale.
« Grenoble s’appauvrit par le départ des 3 jours, du Tour de France, du Festival du Cirque, les menaces sur GEG ou Nano 2017 et rien ne vient compenser ce délire exterminateur.  »

UN NOUVEL AFFICHAGE AGRESSIF pour LES ENFANTS

Pour lui le nouveau dispositif prévoit d’installer un « affichage sauvage disposé à hauteur des piétons, véhiculant un message de haine qui n’est pas moins agressif pour les enfants.  Au contraire les petits grenoblois seront interpellés très tôt par des thématiques qui les troubleront plus encore que les messages publicitaires.De plus ces affichages avec leur corollaire d’affiches déchirées jonchant le sol sont encore moins esthétiques pour l’environnement urbain. Grenoble va se dégrader encore. »

E.PIOLLE DEVRAIT PLUTÔT BANNIR la DELINQUANCE et la POLLUTION

Alain Carignon suggère : « Plutôt que de bannir un seul type de publicité pour favoriser une propagande politique, Eric Piolle devrait bannir la délinquance qui envahit la ville et bannir la pollution qui dépasse les normes sur tous les grands axes de Grenoble.
Cela appelle des mesures autrement plus courageuses: renforcer la police municipale, développer la vidéo protection, rompre avec la densification et la ghettoïsation des quartiers;
« Renoncer au dogme du blocage de la circulation qui fait de l’agglomération grenobloise la seule de France ou le temps passé dans les bouchons augmente avec ses conséquences sur la santé de la population et la perte d’attractivité économique.  »

Incontestablement plus difficile pour Eric Piolle…

Catégories : Actualité