GRENOBLE: E.PIOLLE RECULE SUR UNE BIBLIOTHÈQUE

Publié par user1 le

A la veille de la manifestation qui doit réunir lundi matin à 8 H devant la mairie les opposants à sa politique Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble recule sur une bibliothèque.

Il revient sur la fermeture de l’Alliance la bibliothèque du quartier Alliés-Alpins créée par la municipalité de droite d’Alain Carignon. Tout à coup il aurait entendu des voix en particulier celle de la CFDT…

E.PIOLLE REMPLACAIT LA BIBLIOTHÈQUE par UN BIBLIOBUS

Les usagers du quartier faisaient valoir le rôle de cet équipement en lien avec les écoles. La municipalité répondait qu’elle ferait passer un bibliobus ! on imagine une classe dans un bibliobus ! Où bien elle rétorquait qu’elle mettrait un bus pour transporter les scolaires dans une autre bibliothèque. On voyait très bien une maternelle dans un bus…

15 000 HABITANTS ARRIVENT à FLAUBERT

Tout à côté le projet Flaubert prévoit l’arrivée de 15 000 nouveaux habitants dans le cadre de la « bétonisation » de Grenoble. La municipalité répondait qu’une classe de la future école du quartier servirait de bibliothèque et que supprimer celle-là était donc tout à fait logique.

TOUT à COUP E.PIOLLE CHANGE de POSITION

Bref jusque là  la pauvreté de l’argumentation municipale s’imposait. Mais tout à coup dans le DL sur une page ( 3/12/16) Eric Piolle fait amende honorable sur un point. ça ne ressemble pas au phare de l’occident qu’est désormais le Maire  qui fait entrer la ville dans le XXI eme siécle par sa seule arrivée.

UN RÉTABLISSEMENT PARTIEL de la BIBLIOTHÈQUE

D’ailleurs le rétablissement de la bibliothèque semble partiel, il n’y a rien sur la garantie des emplois sur place: » j’ai décidé de mainte­nir la bibliothèque Alliance, qui sera adossée à un “tiers­ lieu” destiné à d’autres usa­ges ».

Il précise: »On va maintenir une partie des moyens sur le site Alliance, mais le format choisi devra forcément coûter moins cher que l’actuel. »

Au passage il décide seul de la supprimer comme de la maintenir partiellement. On mesure même dans les voltes face ce qu’il en est de la  » co-construction » (!).

E.PIOLLE et  » L’ÂGE D’OR DES ANNÉES CARIGNON »

Dans ceux qui s’opposent Eric Piolle fait un tri: « Il faut distinguer ceux qui peuvent être heurtés – et c’est bien normal – par les consé­quences de la baisse des do­tations de l’État, qui nous obligent à réaliser ce plan de sauvegarde. Et ceux qui sont dans une logique de conser­vatisme et d’immobilisme, et qui osent considérer que les années Carignon étaient l’âge d’or de la ville. »

LE PLAN DE CASSE CAR LA VILLE EST RUINÉE

Gros mensonge d’abord : le plan de casse serait  seulement du à la baisse des dotations de l’Etat et les élus de gauche et Verts/Ades qui cogérent Grenoble depuis 20 ans n’auraient aucune responsabilité dans la situation financière .

LE BEAU MOT de  » CONSERVATEUR »

Quant au beau mot de « conservateur » qu’Eric Piolle utilise comme une injure il se retourne évidemment contre lui: conserver des bibliothèques, des services de proximité , des agents de sécurité à la sortie des écoles, un cadre de vie entretenu et propre, sécurisé est en effet une attente des Grenoblois.

UN CONTRASTE CRIANT ENTRE LA GAUCHE et la DROITE

Eric Piolle reconnait aussi qu’il y a une nostalgie d’un « âge d’or  » de Grenoble quand la droite dirigeait la ville. Il est vrai que le contraste est de plus en plus criant entre les mesures prises par la gauche et les Verts qui ont ruiné la ville et les 50 réalisations de la municipalité Carignon qui font encore le Grenoble d’aujourd’hui.

Plus le recul s’accentue, plus la gauche va être en difficultés pour défendre l’indéfendable.

L’ IDÉOLOGIE « DU FUTUR » POUR LES DOGMATIQUES 

Conformément aux idéologies mortifères qui tiennent le haut du pavé en France depuis le marxisme , Eric Piolle justifie également par le futur qu’il a défini les mesures coercitives du présent:  » ma responsabilité est de regar­der en avant et d’accompa­gner cette transition » autre formulation de  » je ne veux voir qu’une tête ».

LES CONSERVATEURS UTILISENT le PASSÉ pour  S’ADAPTER AU PRÉSENT

Les conservateurs , eux, utilisent le passé pour interpréter le présent et s’y  adapter . Ils refusent d’imposer une régression et des diktats à la population sous prétexte de faire son bonheur futur connu d’une avant garde éclairée…

E.PIOLLE VOUDRAIT CASSER LE FRONT CONTRE SA POLITIQUE

L’opposition a réagi face à ce virage qui ne doit rien au hasard alors que le mécontentement monte. Il s’agit pour Eric Piolle de tenter de casser le large front qui est en train de se constituer contre sa politique. C’est mal parti.

M.CHAMUSSY (LR):  » UN PREMIER RECUL FACE à la MOBILISATION »

Ainsi pour Matthieu Chamussy Conseiller Municipal (LR) « Le maintien d’une activité bibliothèque dans l’équipement de l’Alliance est un premier petit recul d’Éric Piolle face à la mobilisation de tous ceux qui dénoncent depuis plusieurs mois son plan d’austérité adopté sans aucune concertation.

 » C’EST CLAIREMENT INSUFFISANT »

« C’est clairement insuffisant et, en même temps, cela montre que la mobilisation peut produire des effets positifs. C’est une raison de plus pour se mobiliser lundi à 8 heures devant la mairie pour obtenir un moratoire sur le projet d’interdiction de circulation sur les boulevards Maréchal Lyautey et Agutte Sembat » conclut il.

A.CARIGNON (LR):  » LES GRENOBLOIS REGRETTENT LE TEMPS OU GRENOBLE ÉTAIT ATTRACTIVE »

De son côté Alain Carignon (LR Grenoble ) a répondu «  si Eric Piolle cite ceux qui « osent considérer que les années Carignon étaient l’âge d’or de la ville » c’est parce que de plus en plus de Grenoblois regrettent le temps ou Grenoble innovait, créait, était attractive , forte et solidaire.  Le contraste entre les bibliothèques que nous créions telle l’Alliance au milieu d’un nouveau parc urbain ou la médiathèque St Bruno et les calamiteuses mesures prises dans la panique pour éviter la banqueroute est évidemment éclatant.

 » OUI M.PIOLLE GRENOBLE PEUT REVIVRE UN ÂGE D’OR »

Ajoutant: « Oui M.Piolle Grenoble peut revivre un âge d’or et cela passe par nos propositions concrètes ,avec de recettes nouvelles, cette seconde chance pour la ville dont nous débattons avec les grenoblois. Nous voulons restructurer la ville et revoir son périmètre, vendre le patrimoine abandonné par 20 ans de gestion désastreuse de la gauche et des Verts/Ades afin  de relancer les travaux et  les mises aux normes par des intervenants privés, redonner vie à ces bâtiments. Transporter le Maire et les services de la ville dans les quartiers en difficultés pour réduire la part du social et les rééquilibrer et libérer encore du patrimoine générateur de recettes.

« DES SOLUTIONS POUR CONSERVER NOS BIBLIOTHÈQUES »

« Ces solutions permettront de conserver toutes nos bibliothèques, nos services de proximité , de n’abandonner ni les personnes âgées de Notre Dame à un sort cruel, ni la propreté, ni l’entretien, ni les moyens donnés à la lutte contre l’insécurité.

 » TOUS à la MANIFESTATION de LUNDI MATIN »

Pour Alain Carignon enfin: Le recul partiel sur la bibliothèque l’Alliance qui démontre la légèreté d’Eric Piolle et son inconséquence rend encore plus nécessaire la participation des Grenoblois à la manifestation de lundi matin à 8h organisée par les Unions commerciales devant la mairie. »  
 

photo le DL: les mécontents sont présent sous les fenêtres su Conseil Municipal