GRENOBLE: DIAGNOSTIC ACCABLANT sur le BILAN DESTOT/SAFAR (PS)

Publié par Les Républicains 38 le

« Tout ce qui est indiqué devrait conduire à un rejet de ce compte administratif(…) Nous pourrions aussi comme il est prévu vo­ter un blâme à l’ancien mai­re et à son équipe avait déclaré Hakim Sabri Adjoint aux Finances ( Verts/Ades) et par ailleurs employé au Téléphérique. Le Conseil Municipal de Grenoble a décidé la fuite en avant le 21 juillet: la «nouvelle» municipalité a voté un emprunt de 13 M€ pour finir l’année et faire les… salaires des employés municipaux. Grenoble aura emprunté 38M€ cette année alors qu’elle figure dans les 3 villes de tête pour l’endettement par habitant.

PREMIERE SUR L’IMPÔT SUR LES MENAGES

Elle est déjà classée première pour l’impôt sur les ménages. Avec ces données on mesure plus clairement ce qu’il en est d’une gestion de gauche sur la durée. Au plan national avec les changements de majorité la gauche peut toujours essayer de tromper. Avec 20 ans de gestion continue de gauche les choses sont claires : Grenoble est financièrement exsangue.

LE PS A AUGMENTE les DEPENSES de FONCTIONNEMENT

Et pourtant en succédant à l’UMP en 1995 la gauche n’avait été contrainte ni d’emprunter, ni d’augmenter les impôts , ni d’effectuer des coupes sombres. Bien au contraire. Tout en se plaignant de «  l’héritage «  elle a augmenté les dépenses en particulier de fonctionnement. Si bien et si fort qu’après 13 ans de sa propre gestion PS/verts , en 2008 , elle a été contrainte de donner un coup de massue aux Grenoblois: + 9% d’augmentation des impôts.

En 2014 les choses ont empiré. Le passage de relais entre les deux gauches révèle au passage quelques «  affaires « mais qui demeurent  en famille.

LES VERTS/ADES VEULENT S’EXONERER du BILAN

Les Verts/Ades reconnaissent que ça va mal mais en font porter la responsabilité sur les 6 dernières années – comme si Destot/Safar étaient devenus mauvais gestionnaires seulement les Verts n’étant plus dans la majorité! – et Jérôme Safar (PS) pointe certaines nouvelles dépenses  de la municipalité ( Palais des Sports, éventuelle Coupe Davis, ) . Même de ce côté ci de la barrière il n’y a plus personne pour justifier la gabegie .

M.CHAMUSSY ( UMP) VOULAIT UN BUDGET ANNEXE

Du côté de l’UMP, Matthieu Chamussy pointe les incohérences de la municipalité Piolle qui  » arrête avec un équipement qui coûte environ un million d’euros (le Palais des Sports NDLR) et elle continue avec celui qui est endetté de 4,5 millions. Concernant Al­pexpo, (…) il s’agit d’une rustine qui va coûter 1,4 million d’euros aux Grenoblois « .

S’agissant du Palais des Sports l’opposition a demandé au Conseil Municipal la création d’un budget annexe afin d’identifier les économies que prétend réaliser la municipalité. Cette transparence a été rejetée par la majorité ce qui en dit long sur la confiance que les Grenoblois peuvent faire à leur volonté d’économies.

REGLEMENTS de COMPTE à GAUCHE

Il s’agit seulement pour eux de régler le cas Chanal , proche de Destot, comme il s’attaquent à Marc Minkowski des Musiciens du Louvre pour les mêmes raisons. En attendant MC2 et JC Gallota qui se sont tous beaucoup mouillés pour le pouvoir en place.Cette politique de règlement de comptes n’est pas à la hauteur d’une nouvelle municipalité laquelle – de plus- n’a reçu la confiance que de 40% de Grenoblois.

 

2/3 de L’AUGMENTATION de la DETTE avec la GESTION VERTS/PS

Sur le fond Matthieu Chamussy a rappelé que « La dette de la Ville a augmenté de 120M€ dont les 2/30 concernent la période 1995/­2008.  ( gestion PS/Verts NDLR) .Les socialistes ont passé des années à parler budget principal sans évo­quer le budget annexe ».

Cette année  » les dépenses en personnel avaient été fixées à 137 M€ contre 131 M€ budgétés. Si le maire constate une va­riation de 6M€, pourquoi ne saisi t ­il pas la Chambre Régionale des comptes pour insincérité budgétaire ? « .

A.CARIGNON ( UMP)  » GRENOBLE EMPRUNTE pour FAIRE les SALAIRES »

Alain Carignon, Ancien Maire a expliqué  quant à lui : »Aussi loin que je me souvienne je peux témoigner que jamais la ville de Grenoble n’a été contrainte d’emprunter pour faire les salaires des employés communaux.A ma connaissance aucune grande collectivité en France n’est réduite à cette extrémité ». Poursuivant:  » Malheureusement en se refusant à des réformes de structures, en poursuivant la même politique, la municipalité Piolle choisit la fuite en avant (…) très vite les Grenoblois doivent s’attendre à une nouvelle salve d’impôts ou a des coupes sombres d’autant plus injustes qu’elles ne s’inscrivent aucunement dans un plan global d’économies  »

21 M€ DE DEFICIT DANS LA SEULE SECTION D’INVESTISSEMENTS

Même le Front National a constaté les dégâts à la commission des Finances  » Gre­noble emprunte pour rem­bourser le capital qu’elle doit déjà .Tout l’argent qu’on emprunte passe dans le rem­boursement des emprunts passés » a expliqué Alain Breuil Conseiller Municipal . Et de citer aussi « 21 millions d’euros de défi­cit de clôture sur la section d’investissement, mais aussi la dégringolade de 4,1 mil­lions pour l’autofinance­ment…  »

En effet l’épargne nette de la ville est devenue nulle.

COUPES SOMBRES ET IMPÔTS ATTENDENT LES GRENOBLOIS

Que font les élus Verts et Parti de Gauche dans une telle situation? Ils règlent leurs comptes politiques, créent une multitude de comités Théodule afin d’organiser l’opacité de la décision, poursuivent dans les dépenses de fonctionnement qui sont la plaie de la ville et continuent d’emprunter.

Sauf que l’effet ciseau de la baisse des dotations de l’Etat, de la fuite de la classe moyenne qui induit l’accélération de la paupérisation de la ville, du  poids de l’assistanat , des pertes de recettes, accélére les difficultés .
La municipalité Piolle va être acculée à choisir entre coupes sombres et augmentation d’impôts. Peut être faire les deux.

Photo: le Conseil Municipal de Grenoble en réunion

Catégories : Actualité