GRENOBLE: 500 000 € POUR LA JOURNEE des TUILES du 6 JUIN

Publié par Les Républicains 38 le

Pendant que la municipalité Piolle (Verts/PG) tord le cou aux festivals, supprime les musiciens du Louvre, met au régime sec les associations et les acteurs culturels de la ville, elle s’attribue … 150 000 € pour « sa » journée des Tuiles du 6 juin prochain.

Le plus grand banquet du monde avec le Guiness des Records payé pour l’établir  sera organisé cours Jean Jaurés et de la Libération. Eric Piolle et ses communicants veulent récupérer et instrumentaliser la  » pré-révolution » que cette journée Grenobloise a symbolisé dans l’histoire de France en 1788.

UN MARIAGE DU MARKETING et de l’IDEOLOGIE

Un mariage du marketing et de l’idéologie qui figure une séquence de la vie municipale conçue comme une série télé: les coups de com’ doivent permettre de recouvrir l’actualité et ses difficultés. Des semaines avant et après la municipalité focalise l’attention sur ces festivités et espère la complicité des médias notamment nationaux afin que tous les échecs municipaux passent à la trappe.

P.AUCLAIR et M.IMBERT ( Verts) MANDATES par la VILLE!

Erwan Lecoeur, le communicant-idéologue de la municipalité n’a pas laissé le loisir à quiconque de discuter le projet ni ses modalités. Lui qui a fait toute sa carrière dans l’appareil des Verts a choisi l’association Fusées tenue par deux membres des Verts (Pascal Auclair et Marielle Imbert)  pour organiser une fête qui doit rassembler 80 000 personnes. Même le  » Postillon » note que les organisateurs ont été choisis  » dans des conditions assez opaques » . En fait pas du tout. Avec son clanisme habituel et son cynisme à toute épreuve pendant qu’elle proclame la transparence, la municipalité Piolle poursuit dans un sectarisme à toute épreuve: l’argent public comme les postes doivent revenir au clan.

UN COÛT TOTAL PLUS PRES de 500 000 €

En sus de ces 150 000 € le Postillon révèle qu’elle a recruté Antoine de Gantho comme responsable technique et évidemment le coût de ce recrutement comme celui des services de la ville ne sont pas comptabilisés dans les dépenses de la Journée des Tuiles: on approchera vite les 500 000 €  au total ( salaire chargé  de A. de Gantho, des personnels mis à disposition,  barrières, tables, sécurité, nettoyage…). Rappelons que Grenoble compte déjà des dépenses de fonctionnement de 25% supérieures à la moyenne des villes de + de 100 000 habitants et elle n’avait personne dans son personnel existant pour le poste offert à A.de Gantho…

O.BERTRAND ( Verts/Ades) VOIT SEULEMENT  » UN TRANSFERT de LIGNE

Dans le « DL » (26/4) Olivier Bertrand (Verts/Ades) défend le morceau avec sa mauvaise foi habituelle:  » les 150 000 euros, c’est un transfert de ligne » comme s’ils ne pouvaient pas être transférés ailleurs!  Ou économisés. Et il n’évoque évidemment pas les autres coûts induits, ni le recrutement. Toujours cette transparence qui l’honore.

 » EN CONTRADICTION AVEC LE PROGRAMME »

Dans le  » Postillon » , Alexandre ,un soutien très déçu de la municipalité Piolle qui avait travaillé pour le programme explique:  » dans le groupe de travail personne n’avait parlé de la fête des Tuiles. C’est surement une idée de Lecoeur.(…) C’est en contradiction avec le programme.On voulait que la Mairie soit juste là pour accompagner les projets pas pour les impulser ». Ajoutant:  » j’ai l’impression qu’ils ont la pression du directeur de la com’ qui veut que ce soit avant tout un gros truc ».

LA CULTURE NE DOIT PAS ÊTRE UN MOYEN de RAYONNEMENT….

Pendant la campagne municipale Eric Piolle dénonçait la municipalité Destot:  » la politique municipale envisage par ailleurs la culture comme moyen de rayonnement et de prestige. Nous ne nous accommodons pas de cette situation » . Avec cet argument massue la nouvelle coalition a supprimé la subvention des Musiciens du Louvre sous prétexte que le rayonnement n’apportait rien à la ville!

… MAIS DOIT ÊTRE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Maintenant Corinne Bernard ( Verts/Ades) qui s’adapte aux séquences sans tout comprendre répète:  » il va falloir qu’on fasse autrement pour qu’on puisse un jour ne pas nous opposer que la culture c’est cher, mais que ce soit aussi du développement économique… »

 » C’est la même chose que sous la précédente municipalité , sauf qu’au lieu d’avoir les Jeux Olympiques on a la journée des Tuiles » commente déçu Alexandre dans le Postillon.  » Des initiatives existantes délaissées, oubliées ou carrément abandonnées ».Le journal concluant:  » comme si l’action des élus ne pouvait plus être que communication ». Imperturbable dans son déni Eric Piolle a comme répondu à toutes ces objections au Conseil Municipal de lundi soir ( 27/4):  » le travail de co-construction a démarré avec les acteurs du secteur culturel… »

L’OPERATION COM’ de DECAUX a DEJA COÛTE 1 M€ et NE FONCTIONNE PAS

Sauf que dans la situation financière ou se trouve Grenoble, au bord de l’asphyxie, dégager ces moyens financiers pour cette com’  conduit dans le mur.  Déjà l’opération Decaux – du même type- a coûté 1 M€ entre la perte de recettes et les investissements en nouvelles colonnes ( 250 000€) pour un système qui ne fonctionne pas. Détérioré, souillé,sans rapport avec l’actualité culturelle de la ville.

DANS UNE VILLE QUI BRÛLE UN BANQUET de 1700 METRES

En juin dans une ville exsangue, qui brûle par endroit, avec 5 quartiers en dessous du seuil de pauvreté, 50 % des jeunes au chômage dans les quartiers en difficultés ou le vivre ensemble n’existe plus , les policiers municipaux ne pénètrent plus, qu’en sera t il d’un banquet long de 1700 mètres cours Jean Jaurès ou le contribuable régalera ?

LE PEUPLE NE SE LAISSE PAS TOUJOURS PRENDRE AU PAIN et AUX JEUX

Qui peut l’anticiper?  A partir de Vizille en effet, 1788 a créé une situation pré-révolutionnaire .La mythologie locale a fait de la journée des Tuiles -qui était d’abord la défense des privilèges des nantis qu’étaient les membres du Parlement du Dauphiné –  le symbole de la révolte de la base .La municipalité Piolle voudrait réitérer , récupérer le mythe, instrumentaliser l’histoire et faire oublier quelques détails: elle est au pouvoir et son Maire est actionnaire à Singapour . 

Attention à elle: le peuple ne se laisse pas toujours prendre au pain et aux jeux.

Catégories : Actualité