GEG: LA MUNICIPALITE PIOLLE (Verts/PG) ATTRIBUE 17 M€ à BOUYGUES/VINCI

Publié par Les Républicains 38 le

Les recours de Raymond Avrillier et de l’ADES sont si obsessionnels qu’il aboutissent à des absurdités. Pour s’attaquer à GEG qui est une création de la municipalité UMP d’Alain Carignon et dont le président fondateur est Pierre Gascon (UMP) l’extrême gauche s’appuie sur les règles les plus libérales de l’Europe qu’elle condamne par ailleurs!

Il fallait entendre la municipalité Piolle ( Verts/PG) stigmatiser lors d’un mémorable et un peu ridicule Conseil Municipal, le Traité Transatlantique ou bien en ce mois de mai, fêtant l’Europe , observer qu’elle fait appel à trois conférenciers qui n’ont pas de mots assez durs pour fustiger sa dérive libérale.

R.AVRILLIER et l’ADES ONT OBTENU LA MISE EN CONCURRENCE !

Dans un premier temps Raymond Avrillier et ses amis ont obtenu que l’éclairage public de la ville soit mis en concurrence ! GEG devait procéder par appel d’offres. Ce qui fut fait. Un groupement Vinci/Bouygues emporta le marché de … 17,6 M€ sur 8 ans. Pour la première fois dans l’histoire de la ville, depuis un siècle, l’éclairage public est confié au privé. Il a fallu attendre l’arrivée de l’extrême gauche, laquelle est d’ailleurs très sévère sur la qualité de l’éclairage public par le... public .

UNE DECISION  » SEREINE et VOLONTAIRE »

Après les transports publics qui ont perdu leur financement du Conseil Départemental avec l’arrivée des Verts dans l’exécutif de la Métro pour la première fois depuis 41 ans (!)  voilà un nouveau résultat bien concret de l’efficacité de nos beaux parleurs aux trémolos dans la voix.

Deux Conseillers municipaux d’extrême gauche, Jacques Wiart, président de la Commission d’appels d’offres, et Alan Confesson, (celui qui fustigeait le traité transatlantique et affirmait que les élus n’étaient pas des comptables…) ont estimé cette « déci­sion sereine et volontaire  » (!).  Evidemment elle n’est ni l’une ni l’autre. De plus la municipalité Piolle juge que son plan lumière sera réussi grâce au privé, ce que le service public ne lui assurait pas.

UN SERVICE PUBLIC de l’ECLAIRAGE EN 2023…

Pour habiller sa décision Eric Piolle a trouvé le moyen de créer un « machin »: une régie municipale afin de… trans­férer l’éclairage de sa ville à un service public mais à l’issue du marché de huit ans passé avec Citéos ( Bouygues/Vinci).  Soit en 2023. Faisant appel, s’il n’est pas réélu en 2020, à  » la continuité du service public » de la part de ses successeurs. Il faut tout de même les suivre.

« LA REGIE N’EST QU’UN ALIBI »

Une régie municipale qui n’a aucun autre rôle, celui des services et des élus , à savoir le contrôle du marché avec le privé. Un échelon supplémentaire qui complique et superpose de la bureaucratie. « La régie  n’est qu’un alibi, puisque sa seule mission sera de veiller à la bonne exécution du marché, ce que la Ville de Grenoble est déjà capable de faire  » a dénoncé Matthieu Chamussy Conseiller municipal (UMP).

V.FRISTOT ( Verts/Ades) A DEPOSE UN RECOURS CONTRE GEG DONT il est DEVENU PRESIDENT

Mais dans un second temps la municipalité Piolle est confrontée à l’autre recours de l’ADES, un recours déposé notamment par Vincent Fristot (Verts/Ades) actuel Adjoint au Maire à l’Urbanisme, le mécanicien du système Avrillier, désormais Président de GEG ! Il vise à faire annuler la conces­sion à la SEM de l’exploita­tion des réseaux et la fournitu­re de gaz et de l’électricité consentie pour une durée de trente ans. Une décision prise par la municipalité Destot/Safar (PS) en octobre 2012.Une activité qui représente 91 % du chiffre d’affaires de GEG.

PAS ASSEZ DE MISE EN CONCURRENCE !

Et pour quel motif cette demande d’annulation? l’attribution du contrat de concession contre­viendrait au principe de mise en concurrence, selon l’arti­cle 106 du traité sur le fonc­tionnement de l’Union euro­péenne. On croit rêver. Pas assez de concurrence sauvage pour nos contempteurs du capitalisme.

« LA MUNICIPALITE PIOLLE S’APPUIE sur des PRINCIPES ULTRA LIBERAUX »

Afin de ne pas gêner la réussite de ce recours la nouvelle majorité installée aux rênes de la ville n’a pas déposé de mémoire en défense ce qui permet d’espérer qu’il prospère favorablement. « Cette équipe s’appuie sur des principes ultralibéraux pour tenter de casser la concession de GEG. À supposé qu’ils voient juste, cela signifierait la libéralisation à outrance du marché de l’énergie en France et en Europe, avec des conséquences sociales sans précédent »  a expliqué Matthieu Chamusy Conseiller municipal ( UMP) de Grenoble ( DL du 28/4).

LA MUNICIPALITE A TOUT FAUX

De cet imbroglio dans lequel elle s’est elle même placée, la municipalité Piolle ne peut pas sortir grandie. Elle a déjà tout faux en attribuant le marché de l’éclairage public à Bouygues-Vinci , soit 17,6M € qui font défaut à GEG et aux 21 salariés affectés à ce travail. L’usager-contribuable va payer deux fois: une fois pour le marché à Bouygues-Vinci, une autre fois pour maintenir les 21 emplois.

SON OBJECTIF : DETRUIRE UN OUTIL ECONOMIQUE QUI MARCHE

Ensuite elle sera bien marrie si son recours aboutit à l’annulation du marché dont GEG bénéficie de la part de la ville et qui couvre 91% de son activité. Certes elle sera parvenue à son objectif de destruction d’un outil économique qui marche, qui donne satisfaction aux usagers comme aux salariés . Mais elle n’aura résolu aucun problème pour l’avenir du service rendu et pour les salariés attachés à leur statut.

GEG: UN NOUVEAU SYMBOLE de l’ECHEC de PIOLLE

Décidément le dogmatisme de l’extrême gauche additionné aux obsessions du parrain de la majorité font beaucoup de dégâts.Si tout se déroule normalement GEG devrait être un nouveau symbole des échec de Piolle. Au détriment de Grenoble et des Grenoblois.

Photo: Vincent Fristot Adjoint (Verts/Ades) au Maire à l’Urbanisme, Président de GEG avec Raymond Avrillier le « parrain » de la majorité devant le Palais de Justice de Grenoble en train de se frotter les mains car ils déposent des recours pour tuer GEG en s’appuyant sur les règles libérales de l’Europe

 

 

Catégories : Actualité