Face aux Lecteurs du « DL »: E.PIOLLE REJETTE SON ÉCHEC SUR LES AUTRES

Publié par user1 le

Il ne restait plus à Eric Piolle le Maire (Verts/PG) de Grenoble qu’à imputer ses échecs aux autres. C’est chose faite dans son interview fleuve du « Dauphiné Libéré « ( 30/4/16) face aux lecteurs.

A la suite des fusillades  devant l’école Jean Racine du quartier Teisseire il devenait difficile de nier l’explosion de violence dont l’agglomération grenobloise et la ville centre sont le théâtre. Impossible de continuer à fanfaronner comme il l’avait fait en arrivant à la Mairie lorsque, nouvel élu, il affirmait que « l’image de Grenoble était associée jusque là à la High tech et à l’insécurité ». Ça devait changer avec lui.

LES VOLS AVEC VIOLENCE EXPLOSENT à GRENOBLE

Concernant la filière des nouvelles technologies c’est vrai: elle a été fragilisée. S’agissant de la violence, elle a poursuivi sa marche en avant.
Rappelons que les seuls vols avec violence avaient encore augmenté de + 43% en 2014 ( Destot/Safar PS) et de + 33% en 2015.
On peut dire que sur ce point aussi le PS et les Verts sont très solidaires. Bien entendu leurs choix de peuplement, leur urbanisme et leur façon de regarder ailleurs s’agissant de la délinquance de quartier n’y sont pour rien.

LA FAUTE à la DROITE !

Non, cette aggravation à une cause. Après avoir listé les problèmes sans apporter aucune solution Eric Piolle pointe la droite: « Alors com­ment ne pas regretter que le Département de l’Isère baisse ses aides à la pré­vention spécialisée ? Com­ment ne pas regretter que Laurent Wauquiez et la Ré­gion se retirent de la politi­que de la ville?»

Ainsi si 5 quartiers de Grenoble sont passé en dessous du seuil de pauvreté, un quartier supplémentaire – l’Alma- étant intégré récemment à la politique de la ville du fait de sa dégradation, si Villeneuve a été classé parmi les quartiers les plus défavorisés de France on le devrait à l’arrivée de deux majorités de droite au Conseil Départemental et au Conseil Régional. C’est pourtant en 2014 qu’il a obtenu le rang enviable de 9 eme sur 50 quartiers les plus en difficultés en France….

LA MAJORITÉ VALLINI (PS) A MÊME RETIRÉ LES ASSISTANTES SOCIALES de VILLENEUVE!

Rappelons pour l’anecdote- si on ose dire – que c’est une majorité PS/PC/Verts du Conseil Général présidé par A.Vallini (PS) , Olivier Bertrand (Verts/Ades) y figurant, qui a retiré les assistantes sociales de Villeneuve « ne pouvant assurer leur sécurité «. Année ? 2012. Jean-Pierre Barbier n’était pas Président du Conseil Départemental ni Laurent Wauquiez de la Région….

SI ON EN JUGE AUX RÉSULTATS le « LIEN » EST DISTENDU….

Eric Piolle qui reconnaît que dans les quartiers « la ville a un rôle pivot sur ses missions, dans l’articula­tion de la police municipa­le avec la police nationale, dans le travail mené avec les bailleurs, avec les asso­ciations, pour créer du lien… » ne pourrait il pas plutôt admettre que ce fameux « lien » que la gauche crée depuis 21 ans dans les quartiers de l’agglomération est, disons, distendu ? Si on en juge aux résultats au plan scolaire, du chômage, du vivre ensemble, du sentiment d’appartenance à la collectivité nationale.

RÉPRESSION, SANCTION, MÉRITE, EFFORT NE FONT PAS PARTIE de SON VOCABULAIRE

Visiblement cet échec n’affecte pas la municipalité Rouge/Verts qui a déjà cogéré Grenoble 13 ans avec M.Destot ( 95 /2008) et a pris le pouvoir total dans la ville et l’agglo depuis maintenant 2 ans. Soit un cumul de 15 ans sur 21. Eric Piolle ne prononce ni les mots répression, ni sanction, ni effort individuel, ni mérite dans son entretien.

« L’EXEMPLE  » EMBLÉMATIQUE de VILLENEUVE …

Il demeure sur les fondamentaux de la gauche et de l’extrême gauche dont l’exemple emblématique est Villeneuve car il en rassemble beaucoup: un urbanisme très dense, des services publics qui devaient prévenir les conflits, des coursives ouvertes pour créer le lien social, des écoles sans barrière extérieure ni intérieure ou le Maitre et l’élève étaient à égalité, la culture de la différence plutôt que l’effort d’assimilation ….

… MÊME APRES L’ÉCHEC LA GAUCHE CONTINUE

Dubedout (PS) avec toute la gauche dite ( déjà) « moderne » avaient porté ce projet comme on porte une foi. Déjà il induisait un monde meilleur, différent qui répondrait aux attentes non encore formulées mais que l’avant garde éclairée définissait pour les Grenoblois. Ça ne vous rappelle rien? Même après son échec patent la gauche ne remet pas en cause la réalisation. Même en voyant des copropriétaires ruinés , dont les appartements acquis dans la croyance de la réussite de la mixité sociale promise ont perdu la moitié de leur valeur, elle ne bouge pas d’un iota et ne leur vient pas au secours.

LA SECRÉTAIRE d’ETAT (PS) AIMERAIT UN URBANISME QUI FACILITE la POLICE !

En visitant Renaudie à St Martin d’Hères le même jour que l’interview d’Eric Piolle la Secrétaire d’Etat (PS) à la ville, Hélène Geoffroy constatait : « J’ai bien compris l’archi­tecture spécifique du quar­tier, qui ne facilite pas aujourd’hui l’intervention des forces de police. » ( !). Et Renaudie est pourtant postérieur à Villeneuve. Les mêmes fautes sont poursuivies avec ténacité.
Mais la gauche aurait hurlé au fascisme si une Hélène Geoffroy avait évoqué la difficulté de l’intervention des forces de polices à Villeneuve au moment de sa conception, après les lunes de 1968.

E.PIOLLE RÉPÉTITEUR APPLIQUÉ des IDÉES FAUSSES

Cette répétition, ces fautes sont consubstantielles à la gauche qui berce d’illusions nos concitoyens et ne répare pas ses dégâts. Eric Piolle est aujourd’hui le répétiteur appliqué des idées fausses à la mode comme on le constate dans son interview du DL.
Il finit par admettre l’existence d’une « ultra –violence » pour ne pas sembler reconnaître la violence « ordinaire». Étrangement il lui affecte une connotation d’ordre génétique ou culturelle, en tout cas une prédestination pour les individus ce qui est totalement à l’opposé du discours de la gauche  en ce qui concerne la personne humaine. Il évoque dans le DL « cette spécificité, cette impression d’une ultra vio­lence qui se transmet de génération en génération. » (?) .

E.PIOLLE : LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ANGOISSE PLUS QUE LA VIOLENCE

L’éducation, la prévention, les partenaires sociaux et le « lien social » ne pourraient rien contre l’ultra violence?  Tandis qu’ils seraient efficaces pour la prévention de la violence ordinaire qu’il n’évoque pas? Cette incohérence doctrinale sur un sujet capital démontre un Grand Timonier perdu dans sa course médiatique et sa  totale inadaptation à répondre clairement à la problématique de l’insécurité. D’ailleurs en réponse à une question sur «l’angoisse « des habitants face à la violence Eric Piolle estime que « ce qui angoisse d’abord les gens c’est le changement climatique ». Il cite ensuite l’emploi. Ce «d’abord », ce déni face à l’intolérable perte de liberté que représente l’insécurité, en disent plus long que tout sur le dogmatisme municipal.

E.MOULINIER ( DL) :  » CERTAINS PARLERAIENT D’IDÉOLOGIE… »

D’ailleurs même Eve Moulinier du DL doit noter en conclusion de ce face aux lecteurs : « sur le fond, les idéaux ­ -certains parleraient d’idéologie- n’ont pas bougé non plus : sur la Métropole apaisée et les « habitudes » des automobilistes à changer, sur la propreté qui ne peut pas incomber aux seuls services municipaux, sur la vidéosurveillance qui n’a « pas prouvé son efficacité », sur le « leurre du retour de la croissance » et le monde que les citoyens doivent inventer… « .

En effet « certains « parleraient d’idéologie . Ils sont de plus en plus nombreux.