Emprunts toxiques: la Région sécurise la situation après les abus

Publié par user1 le

La Région Auvergne avait contracté des emprunts «toxiques», indexés sur l’évolution des monnaies telles que le franc suisse ou le yen. La part des emprunts toxiques dans la dette de l’ancienne Région Auvergne a représenté jusqu’à 60% de son encours de dette (environ 480 millions d’euros) sous la majorité Queyranne (PS) et Verts.

C’est dire son attention aux finances publiques et aux contribuables . Ce qui n’a pas empêché à tous les stades d’entendre des leçons de morale et de gestion. Avec mention particulière pour les Verts associés à cette gabegie, eux censés lutter plus que d’autres contre  » la finance ». Elle a vécu  de beaux jours avec eux.

Il s’agit pour notre nouvelle région de sécuriser la situation héritée de la gestion hasardeuse de la précédente majorité  et de défendre, pied à pied, ses intérêts financiers ; le recours au fonds créé par l’État pour apporter un soutien aux collectivités et établissements les plus fortement affectés est ainsi parfaitement judicieux.

L’objectif est évidemment de réduire au minimum la part de risques et la Commission des Finances de la Région présidée par Thierry Kovacs Maire de Vienne est très attentive à cette question dans ses travaux.

La rigueur doit permettre évidemment d’assurer les investissements dans laquelle la Région s’engage pour répondre à ses engagements de campagne.