EMEUTES de VILLENEUVE: PAS de COUPABLES SELON LA JUSTICE GRENOBLOISE

Publié par Les Républicains 38 le

 » Un fin connaisseur du monde judiciaire.. explique selon le « DL » que la pression politique a nui à l’enquête… ».

En effet en 2010 un braquage sanglant à Uriage s’était soldé par la mort d’un malfaiteur réfugié dans le quartier de Villeneuve ce qui avait donné lieu à des émeutes anti policière. L’homme qui conduisait le véhicule des braqueurs avait réussi à prendre la fuite dans la cité, et une enquête avait alors été confiée à l’antenne grenobloise de la police judi­ciaire pour l’identifier et le re­trouver. Une première vague d’interpellations avait eu lieu le 4 août et le suspect avait finalement été appréhendé à Voreppe le 31 août.

LE JUGE REMET EN LIBERTE le SUSPECT APRES le DISCOURS de GRENOBLE

Monsif Ghabbour avait été mis en examen pour vol à main ar­mée et tentative de meurtre sur agents de la force publi­que. Mais contrairement aux réquisitions du parquet qui demandait son placement sous mandat de dépôt, le juge des libertés et de la détention avait décidé de laisser le jeune homme libre sous contrôle judiciaire.

Entre temps il y avait eu le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble et on peut aisément imaginer que le Juge entendait démontrer que la ligne du Président de la République n’était pas la sienne. Cette position est risquée pour les éventuelles victimes comme on l’a déjà vu à Grenoble (GRENOBLE: LE CRIMINEL AVAIT ÉTÉ REMIS EN LIBERTÉ SOUS CAUTION…)

l’ADN CONTREDIT LES AFFIRMATIONS du SUSPECT

Quelques mois plus tard, des traces ADN retrouvées dans le véhicule des braqueurs étaient venues contredire ses affirmations selon lesquelles il n’était jamais monté dans cet­te voiture. Il avait alors été pla­cé sous mandat de dépôt, avant de recouvrer la liberté le 13 juillet 2012.

En effet a expliqué le Procureur de Grenoble JY Coquillat  au « DL »:  » Tout ce qu’on a contre lui, c’est l’ADN retrouvé dans la voiture. Mais cela ne suffit pas pour renvoyer quelqu’un de­vant la cour d’assises. Par ailleurs, il y a d’autres traces ADN dans la voiture corres­pondant à des individus in­connus… »

Le fait que le suspect ait menti en affirmant ne jamais être monté dans cette voiture n’a pas été pris en compte.

LA CULTURE POLITIQUE de GAUCHE…

En tout cas dans un parquet et avec autant d’avocats engagés au PS ou chez les Verts/Ades – depuis l’ex Batonnier Balestas (PS)  qui assume des responsabilités para publiques jusqu’à C.Coutaz de la municipalité Piolle en passant par tous ceux qui soutenaient Destot/Safar –  avec un Procureur Adjoint, R.Grandfils ,en poste 10 ans à Grenoble en campagne pour Piolle,  on imagine très bien la tendance de ce  » fin connaisseur  » qui estime que « la pression politique a nui à l’enquête « . C’est la culture ambiante de gauche qui s’exprime et elle seule. Malheureusement.

Le Procureur Grandfils ( à gauche) avec E.Piolle et E.Martin pendant la campagne municipale

Le Procureur Grandfils ( à gauche) avec E.Piolle et E.Martin pendant la campagne municipale et l’avocat C.Coutaz défenseur des étrangers en situation irrégulière

… CONFORMISTE QUI RAFFOLE des POSTURES TYPE HOLLANDE ou DESTOT

Il s’agit de mettre en cause Nicolas Sarkozy qui exigeait des résultats après les émeutes intolérables de Villeneuve soutenant les  délinquants.  Comme si le rôle d’un responsable public n’était pas de l’exiger ? Mais à Grenoble la gauche conformiste  raffole des postures type Hollande ou Destot. Plus c’est creux et sans conséquences concrètes , plus on apprécie.

C’est plutôt  l’opposition politique à Nicolas Sarkozy qui a nui à l’enquête. La volonté de ne pas engager un des bras essentiel de l’Etat – celui de la Justice – dans une lutte pour la sécurité et l’éradication de la délinquance organisée y compris à Villeneuve.

GRENOBLE A CONNU UN PARQUET PLUS EXPEDITIF avec la DROITE

Le Procureur de la République Jean Yves Coquillat lui même accrédite cette thèse en affirmant : « La pression politique et adminis­trative qui a été mise à l’épo­que sur les policiers a nui à la qualité de l’enquête » (!).

On a connu un parquet plus expéditif et moins regardant dans les détails quand il s’est agi de mettre en cause des hommes politiques ou des chefs d’entreprises réputés à droite.

DE JP DAGES-DESGRANGES à R.GRANDFILS …

De Jean-Pierre Dages-Desgranges qui a officié longtemps à Grenoble (beaucoup de ceux qui sont passé devant lui s’en souviennent avec précision : pas besoin d’ADN pour être mis en cause si on est réputé de droite) à Raphaël Grandfils Adjoint du Procureur, Secrétaire National Adjoint du Syndicat de la Magistrature qui a participé publiquement à la campagne de Piolle (Verts/PG) en poste 10 ans dans notre ville, (un magistrat à gauche,R.GRANDFILS: LA QUESTION DE L’ÉQUILIBRE DES POUVOIRS À GRENOBLE) en passant par les Commandants de la PJ , S.Ziméro et D.Martin qui ont fait toute leur carrière à Grenoble et ont été recrutés ensuite aux cabinets des élus PS , la justice Grenobloise a donc été très à l’abri de la  » pression politique » ! (Marc BAÏETTO ( PS) CONFIRME : L’ex commandant de la PJ à Grenoble a bien été recruté)

LES VERTS/ADES AUXILIAIRES de la JUSTICE, DONC à l’ABRI des INVESTIGATIONS

Tellement à l’abri qu’en 20 ans aucun élu PS ou Verts/Ades n’a été mis en cause et qu’un élu comme R.Avrillier a fait fonction d’auxiliaire de la justice ce qui le mettait lui-même à l’abri de toutes investigation. Pas belle la vie?(VERTS/ADES : à Grenoble les révoltés sont indemnisés et au pouvoir…) Dans cette continuité ,fin août Françoise Martres, l’actuelle présidente du Syndicat de la Magistrature, est encore intervenue à Grenoble lors du meeting du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon .

Depuis la société en faillite de Destot (DESTOT / FIORASO : Pourquoi le rapport publié par Atlantico est une bombe) jusqu’à la fausse déclaration de Patrimoine de Piolle , (AFFAIRE PIOLLE: LA HAUTE AUTORITE pour la TRANSPARENCE ALERTEE) en passant par Alpexpo le parquet Grenoblois n’a pas levé l’oeil. (ALPEXPO: LE PROCUREUR N’A TOUJOURS PAS RÉPONDU À L’OPPOSITION).

Pourtant il est saisi sur les deux derniers dossiers.

L’IMPUNITE N’EST PAS UNE BONNE NOUVELLE pour la SECURITE

Que soient impunis aujourd’hui après 4 ans les actes de révolte contre l’autorité , commis à Villeneuve  à la suite de l’attaque sanglante d’Uriage , n’est pas une bonne nouvelle pour la suite. D’ailleurs les policiers auxquels les habitants d’un immeuble font barrage à Malherbe (GRENOBLE : les QUARTIERS FONT LEUR LOI) ou bien les policiers caillassés à Mistral (GRENOBLE: LA POLICE PRISE à PARTIE QUARTIER MISTRAL) sont la conséquence  logique de cette impunité. Comme tous les actes de plus en plus graves qui font tant de victimes à Grenoble.

Ce n’est pas le pouvoir politique de l’époque qu’il faut incriminer. Il avait exprimé une volonté claire au nom du peuple Français qu’il représentait alors. Les autorités de la République n’y ont pas donné suite et se défilent maintenant en lui  attribuant la responsabilité  de leur propre échec.

PAS DE SANCTION POUR PAS DE RESULTATS

Pas de sanction pour personne . Ni pour ceux qui ont accompagné l’attaque d’Uriage , ni pour les responsables des émeutes qui ont défendu les délinquants, ni pour la chaîne judiciaire qui n’a pas été en capacité de déterminer les coupables.

Mais certains magistrats vont plus loin :  ils ont échoué parce que le pouvoir politique de droite leur demandait des résultats.

Une telle pantalonnade Grenobloise – qui n’est pas la première-( INSÉCURITÉ: LES GROSSES FAILLES de la CHAINE POLICE/JUSTICE À GRENOBLE) pose au final la question de l’élection des Procureurs de la République. Il ne serait pas anormal que le représentant du peuple dans le système judiciaire soit élu par le peuple. Ce serait le meilleur moyen pour celui ci de se faire vraiment entendre.

Et sans nul doute, dans une telle affaire, propos et résultats ne seraient pas les mêmes.