EMEUTES de VILLENEUVE: La VERITABLE HISTOIRE d’UN ECHEC

Publié par Les Républicains 38 le

Sous la plume de Fabrice Margaillan le DL (16/7) commémore le 5 eme anniversaire des émeutes de Villeneuve. Sauf que ce n’est pas dans la nuit du 15 au 16 juillet 2010 qu’il faut dater le vrai commencement des affrontements, mais un mois auparavant, un vendredi de juin lorsque deux policiers municipaux ont été braqués à Villeneuve. Il leur était clairement signifié qu’ils n’avaient pas leur place dans le quartier. Ce vendredi la , la municipalité Destot/Safar (PS) ne répondait pas. Le Maire et son Premier Adjoint chargé de la sécurité refusaient de porter plainte. De crainte d’embraser le quartier, de heurter des intérêts.

Cet incident qui n’était pas le premier a marqué un tournant dans la vie des voyous. Ils avaient compris qu’ils étaient devenus les maitres.

ABATTU DANS  » SON » QUARTIER LES ARMES à la MAIN

Un mois plus tard dans la nuit du 15 au 16 juillet Karim Boudouda,un jeune homme de 27 ans, natif du quartier de la Villeneuve, au lourd passé et plu­sieurs condamnations à son casier judiciaire pour des faits de vols à main armée est venu se réfugier dans « son » quartier après avoir braqué le casino d’Uriage. Il est abattu par la police les armes à la main au terme d’une course­ poursuite de plusieurs kilomètres au cours de laquelle les fonc­tionnaires ont essuyé plu­sieurs rafales d’armes auto­matiques.

LES « JEUNES » SE VENGENT EN CASSANT le COLLECTIF

La soirée suivant la mort de Karim Boudouda sera mar­quée par des affrontements entre des « jeunes » du quartier et les forces de l’ordre. « Des véhicules et du mobilier ur­bain seront incendiés, des arrêts de tram vandalisés, et policiers et sapeurs ­pom­piers seront caillassés lors de leurs interventions. Des in­terventions devenues si pé­rilleuses pour les soldats du feu qu’il sera décidé de n’intervenir pour éteindre les flammes que lorsque celles­ ci viendraient à menacer di­rectement des habitations et des vies humaines » rappelle le journaliste Fabrice Margaillan.

CELUI QUI DENONçAIT LA SITUATION DEVENAIT le COUPABLE!

Il faudra 300 policiers et gendarmes, dont le RAID, un hélicoptère . Les forces de l’ordre essuieront des tirs d’armes à feu. Les voyous n’admettaient qu’il ait été mis fin à la sanctuarisation de leur secteur auquel la municipalité avait consenti depuis si longtemps. Au lieu d’appuyer la politique de répression et de changer de politique locale, toute la gauche stigmatisera le « discours de Grenoble » qui avait vocation à montrer que la République ne céderait pas.  Ainsi dans un renversement sémantique  dont le PS, les Verts et l’extrême gauche sont spécialistes, celui qui dénonçait la situation et décrivait des moyens de la changer devenait il quasiment le responsable!

MESSAGE REçU 5 SUR 5 PAR LES VOYOUS, TOUT REPRENAIT COMME AVANT

Le message a été reçu 5 sur 5 par les voyous. Ils pouvaient compter sur la protection locale. Le sempiternel discours sur la mixité sociale et la prévention répété à satiété depuis 40 ans, la formidable action des associations, tout reprenait comme avant.Alors deux ans plus tard en septembre 2012 une bande armée a pu traverser à pieds toute la Villeneuve au milieu du dense tissu associatif pour aller massacrer à l’arme blanche deux jeunes de 20 et 21 ans. Il sera difficile d’en faire porter la faute à Sarkozy cette fois.

ON SE CONTENTE de MARCHES BLANCHES et ON RETIRE les ASSISTANTES SOCIALES

On se contentera de marches blanches pour toute réponse. Un mois plus tard, sans tambours ni trompettes la majorité PS/PC/Verts du Conseil Général , sous la houlette éclairée d’André Vallini (PS) retirait toutes les assistantes sociales de Villeneuve ne pouvant plus  » assurer leur sécurité ». Le désastre était acté.

LA MAISON de l’ENFANCE, LE CLUB de FOOT, LE THEÂTRE PREMOL ONT BRÛLE

Depuis une Maison de l’Enfance, la Cordée à brûlé. Les « jeunes » voulaient protester contre l’arrestation de l’un des leurs.  Un peu avant ça avait été un gymnase pour les mêmes raisons. Récemment le siège du club de foot. Pas loin le Théâtre Premol. Une école aussi – les Buttes- mais pour défaut d’entretien. Et maintenant la municipalité Piolle ferme une piscine – les Iris- car elle n’a plus les moyens de l’entretenir. La routine. Dommage que Sarkozy ne prononce pas de discours pour justifier tout ça.

 » ENVOYE SPECIAL DECHIRE le VOILE

Depuis 2010 le voile a été médiatiquement déchiré une fois par «  Envoyé Spécial « .  A l’automne 2013. L »ampleur de la réaction a montré que le système était touché au coeur. On se souvient que Villeneuve a vécu une sorte de révolution culturelle à la Mao: tout le monde devait dénoncer le reportage scélérat. Chacun devait jeter sa pierre. Certains devaient se dénoncer. Affirmer publiquement que ce qu’ils avaient déclaré à la TV n’était pas ce qu’ils avaient dit. Sous peine d’être boycottés par le quartier, de craindre pour son emploi.  Toutes les coursives,  chaque ascenseur, chaque pilier avait sa pétition. Des réunions spontanées surgissaient.

IL S’ASSOCIE à la PLAINTE POUR DENONCER SES PROPOS

Le comble aura été atteint par François Bady un vétérans de Villeneuve qui avait été filmé avec quelques autres dans un appartement par « Envoyé Spécial «. Il a du s’associer à la plainte pour dénoncer les mensonges du reportage du service public qui avait cité l’agression « gratuite « dont il  avait été l’objet au pieds de son immeuble!

Dans ce  » débat » comme l’extrême gauche et le PS en raffolent, pas un seul habitant  n’aura pu exprimer l’idée simple selon laquelle ce que « Envoyé Spécial » avait décrit était aussi une réalité de Villeneuve. C’est dire.

EMEUTES et ABSENCE de COUPABLE: la FAUTE à SARKOZY

La délinquance est à l’abri. Même le complice de Karim Boudouda qui était dans la voiture avec lui lors des tirs contre la police n’a pas été identifié. Le juge a rendu une ordonnance de non lieu à l’encontre de Monsif Ghabbour soupçonné. La encore la justice Grenobloise a préféré mettre en cause… Nicolas Sarkozy!

Le Procureur de la République Jean Yves Coquillat avait affirmé: « La pression politique et adminis­trative qui a été mise à l’épo­que sur les policiers a nui à la qualité de l’enquête » (!). Comme si le rôle d’un responsable public n’était pas d’exiger  des résultats après de tels évènements? Mais là encore il s’agit de fournir une autre grille de lecture que le simple bon sens. D’une certaine façon, s’il n’y a pas de coupables, c’est la faute à Sarkozy.

S.ROCHè :  » LES POLITICIENS NE VEULENT PAS REGARDER les PROBLEMES EN FACE »

La boucle est bouclée. Les émeutes de Villeneuve et l’absence de sanctions judiciaires n’ont qu’un responsable. Et le DL donne la parole a trois commentateurs qui ont la même opinion: J.Safar (PS), E.Piolle (Verts/PG) et Sébastian Roché ,Directeur de recherche au CNRS pour qui  » les politiques ne veulent pas regarder les problèmes en face ».

IL EXONERE les ELUS LOCAUX de la GAUCHE et des VERTS

 » Les politiques » permet d’exonérer ceux qui gèrent l’urbanisme, les attributions de logements, la prévention depuis 20 ans dans l’agglomération Grenobloise et ont conçu Villeneuve comme quartier modèle de la socialisation des personnes. Sarkozy avait regardé les problèmes en face semble t il. Sébastian Roché ne peut pas y faire même une allusion. Bien au contraire il affirme  » S’il n’y a pas un leader pour analyser le problème et prendre des décisions, il n’y a pas de solutions possibles.»

LES MINORITES ETHNIQUES RECUSENT LES INSTITUTIONS

Lui-même limite son observation à rappeler « qu’en 2013, nous avons lancé une enquête à Grenoble sur 7 000 jeunes issus de minorités ethniques ou pas, et nous avons noté une différence très importante de la perception de la police selon que les jeunes étaient issus de la majorité ou d’une minorité ethnique. La perception de la police est très majoritairement négative chez les jeunes issus de minorités » . Mais pourquoi donc se limiter à la police? Ce sont toutes les institutions qui sont récusées parce qu’elles incarnent des valeurs occidentales que ces minorités récusent.

DES MINORITES DEVENUES DOMINANTES du FAIT de CHOIX POLITIQUES

Au début su siècle dernier la République envoyait les gendarmes contre les prêtres récalcitrants aux valeurs de laïcité. Aujourd’hui elle ne veut imposer ni l »assimilation ni l’obligation d’adhérer à nos valeurs pour demeurer sur notre sol.  A des minorités  devenues dominantes dans certains quartiers non pas par une opération du Saint Esprit mais du fait de choix politiques effectués par les élus de gauche.

J.SAFAR (PS) N’A PLUS DORMI SANS SON PORTABLE ALLUMé !

Mais il faut demeurer dans la novlangue, celle du non dit.  De son côté pour Jérôme Safar (PS) la conséquence  des émeutes a été… qu’il n’a plus jamais dormi sans son portable allumé ! Car pour le reste il estime que c’est à partir de cette date que  » l’on a déployé tous les efforts en matière de sécurité sur l’augmentation des effectifs de la police municipale, son armement, le développement de la vidéosurveillan­ce. L’État a intégré le quar­tier en ZSP. »

UNE OPERATION de COM’

ça fait pas mal de mensonges au mot prononcé. Il restait 17 caméras en fonctionnement lorsque la municipalité Destot a été battue en 2014. La police municipale n’a jamais été armée . Et la Zone de Sécurité Prioritaire a été une opération de com » puisque l’agglomération grenobloise n’a pas gagné un seul policier supplémentaire. D’ailleurs le résultats de  » ces efforts » se mesure aujourd’hui ou la violence s’est emparée de l’agglomération.

E.PIOLLE ( Verts/PG ) MENT AUSSI SUR les DETAILS

De son côté E.Piolle (Verts/PG) ment aussi sur les détails. « Lorsque les événements sont survenus sur le quar­tier de la Villeneuve en juillet 2010, cela faisait à peine six mois que l’actuel maire de Grenoble, Eric Piolle, était engagé en politi­que  » écrit le DL pour légitimer le faux CV. 10 ans avant il était déjà candidat aux législatives avec sa femme Véronique!  Maintenant c’est tout juste si les événements de Villeneuve n’ont pas motivé son engagement.

DANS 18 MOIS IL SIGNERA UNE CONVENTION…

Du point de vue des solutions, pas de surprise. « Dans le cadre de l’Anru 2 (agence nationale pour la rénovation urbaine), dont nous signons la convention dans dix ­huit mois et le protocole d’accord cet automne, il y aura un travail transversal qui vise à améliorer le logement, la cohésion sociale et le com­merce de proximité » . Cela fait 40 ans que le travail transversal , la cohésion sociale et la mixité sont en route. Ici,  » dans 18 mois » (!) il va signer une convention sur ces objectifs… Au delà du fond le rythme lui-même en dit long sur la prise de conscience.

LES POLITIQUES ALTERNATIVES DOIVENT FIGURER  DANS le DEBAT

Dommage que le DL n’ait pas pu faire s’exprimer des points de vue différents . MM Safar (PS) Piolle et Roché pensent la même chose. L’opposant Matthieu Chamussy ( Rep ) a des propositions à faire. Alain Carignon, Ancien Maire (REP ) est monté au créneau sur ces sujets. Il a proposé la gestion de certains quartiers par l’Etat. La municipalité UMP a implanté un nouveau collége, elle a installé le siège du CCAS, une troupe de Théâtre et avait maîtrisé les attributions de logements.

Les émeutes de 2010 et les graves événements qui ont suivi depuis nécessitent de s’interroger sur les politiques suivies depuis l’origine. La gauche et les Verts monopolisent le débat pour faire croire qu’une seule est possible. Les habitants en sont les premières victimes.

Photo: les réunions  » spontanées » comme au beau temps de la révolution culturelle pour condamner unanimement le reportage scélérat de  » Envoyé Spécial « .

Catégories : Actualité