ECOLES: GRENOBLE DANS UNE SITUATION EXPLOSIVE

Publié par user1 le

Dans le quartier Bajatière à Grenoble les habitants subissent toutes sortes de nuisances liées à la délinquance. En supplément ils ont droit à une école maternelle surchargée qui ne peut pas accueillir des enfants qui habitent même la rue de l’école!

« Fabien Malbet [adjoint municipal Verts/PG) et l’inspectrice se renvoient la balle ! « lancent les parents d’élèves excédés sur Place Gre’Net. Pensez donc.Dix enfants ont déjà été refusés pour la rentrée prochaine, tout comme les regroupements de fratrie, faute de places.
« Plus ça va, plus on revient vers des effectifs qui sont énormes », témoigne une maman à bout. Sa fille, en maternelle, partage ses journées d’école avec 31 autres élèves.

BAJATIERE: SYMBOLIQUE de la SITUATION de GRENOBLE

Cette école parmi d’autres est symbolique de la situation de Grenoble: enfants en bas âge signifient arrivée de nouveaux habitants dus à la bétonisation massive de la ville qui se poursuit au même rythme.

La gauche et les Verts poussent à la densification mais ne prévoient pas les équipements publics indispensables. Ne parlons pas des espaces sportifs, verts ou des places de stationnement ! Seulement des écoles.

La BETONISATION de la VILLE « PRODUIT » 300 ELEVES SUPPLEMENTAIRES/AN

Cette urbanisation galopante voulue « produit » 300 élèves supplémentaires par an. Le « stock » non géré par la municipalité Destot /Safar (PS) et le pontifiant ex-Adjoint aux écoles, Paul Bron (app PS) est d’environ 15 00 élèves, soit 5 ans de retard. D’où les préfabriqués à Jean Macé, Aubrac , les surcharges partout.

à Jean Macé à Grenoble, une génération d'élèves fait sa scolarité dans des préfabriqués. La cour a été amputée. 520 logements ont été construits sans école par la municipalité Destot/Safar (PS)

à Jean Macé à Grenoble, une génération d’élèves fait sa scolarité dans des préfabriqués. La cour a été amputée. 520 logements ont été construits sans école par la municipalité Destot/Safar (PS)

UNE PRIORITE: SEULEMENT dans le PROGRAMME

La coalition de Piolle a surfé sur ce mécontentement des parents d’élèves en la jouant bobo/proximité , quelques membres de la liste organisant des collectifs de protestation sous Destot. Elle a donc fait des écoles sa priorité des priorités. Seulement dans son programme.

CHORIER-BERRIAT: TRAHISON de la PROMESSE

Dans le quartier Chorier-Berriat l’engagement de construire immédiatement une école avait été pris car Nicolas Chorier ne peut déjà plus accueillir tous les élèves du secteur dans le primaire à cette rentrée . Il a fallu construire en catastrophe une classe sur le toit d’Anthoard en réduisant l’espace lecture. Ce qui n’empêche pas – au passage – la municipalité Piolle de poursuivre la densification absurde du quartier.

A Jean Racine (quartier Teissere) la ghettoïsation du quartier a conduit à une dégradation de l'école: les mamans sont venues manifester

A Jean Racine (quartier Teissere) la ghettoïsation du quartier a conduit à une dégradation de l’école: les mamans sont venues manifester

LE PLAN PLURI-ANNUEL RETARDE à SEPTEMBRE

Une fois élue la municipalité a renoncé à sa promesse de construction de cette école indispensable. Sans que les parents d’élèves ne s’en émeuvent plus que cela. Il faut dire que Fabien Malbet, l’Adjoint noyait cette trahison dans la nécessité de bien recenser les besoins (ce qu’il n’avait pas fait avant?) et parce qu’il devait présenter le grand plan pluriannuel au printemps. Les Grenoblois n’ont rien vu.

F.MALBET (Verts/PG) NE RATTRAPE RIEN

C’est pourquoi fin août l’Adjoint se manifeste pour rendre compte des réparations effectuées dans les bâtiments scolaires dont l’entretien laisse plus qu’à désirer. Le retard est considérable dans ce domaine du fait de l’impéritie de la municipalité Destot/Safar et l’indigence de Paul Bron.

Fabien Malbet ne rattrape rien. Améliorer la chaufferie d’Anthoard, remplacer les chaudières de Sidi Brahim ou réparer la toiture qui fuyait à Reynoard relève de la nécessité absolue. Pas de quoi se vanter.

A l'école Aubrac au centre ville il a fallu abattre un tilleul, réduire la cour pour construire un préfabriqué l'année dernière: 1 200 logements ont été construits dans le quartier par les élus PS et Verts sans école supplémentaire. Celle-ci a été conçue " trop petite" reconnait l'adjoint sortant au scolaire, Paul Bron ( app PS)

A l’école Aubrac au centre ville il a fallu abattre un tilleul, réduire la cour pour construire un préfabriqué l’année dernière: 1 200 logements ont été construits dans le quartier par les élus PS et Verts sans école supplémentaire. Celle-ci a été conçue  » trop petite » reconnait l’adjoint sortant au scolaire, Paul Bron ( app PS)

 » SON GRAND PERE ETAIT ARTISAN » (!)

Pourtant, à l’exemple de son Maire , Fabien Malbet ne s’en prive pas. On apprend d’ailleurs (DL du 24/8/15) que «son grand père était artisan». C’est dire s’il s’y connaît en travaux et s’il est proche du peuple. Par contre on ne connaîtra pas le métier de son père.

SEULEMENT 1,5 M€ POUR ACCROITRE la CAPACITE d’ACCUEIL

Il lance des chiffres sans rapport avec les besoins. En réalité la municipalité consacre seulement 1,5 M€ à l’augmentation de la capacité d’accueil des élèves! A rapprocher des 500 000 € dépensés pour la fête des Tuiles, les 100 000 € pour le festival du Street Art.
Le reste ( 1,8 M€) est consacré à la sécurité et à la mise aux normes.

IL MANQUE 10 CLASSES: ON EN OUVRE QUE 7

Alors que les besoins avaient été évalués à 10 classes supplémentaires pour cette rentrée, seulement 7 sont programmées. En clair Grenoble ne résorbe pas le « stock « d’élèves accumulé par la municipalité précédente ni ne fait face aux élèves supplémentaires induits par l’urbanisation poursuivie à marche forcée.

A.Back et O.Bertrand élus (Verts/PG) de la municipalité Piolle ont émis des doutes sur la sécurité de l'école du jardin de ville et de la dalle Philippeville qui reçoit un équipement d'accueil d'enfants: depuis cette annonce plus aucune information!

A.Back et O.Bertrand élus (Verts/PG) de la municipalité Piolle ont émis des doutes sur la sécurité de l’école du jardin de ville et de la dalle Philippeville qui reçoit un équipement d’accueil d’enfants: depuis cette annonce plus aucune information!

P.BRON (app PS):  » Je n’ai pas pu réaliser la rénovation des équipements »

Dans un bref moment de lucidité, sonné par son échec , Paul Bron l’Adjoint sortant avait reconnu au lendemain des municipales:  » lls ont raison concernant la rénovation des équipements – je n’ai pas pu la réaliser car je n’avais pas le budget nécessaire (…) Il y a eu une évolution des effectifs qui n’a pas été appréciée à sa juste mesure (!) Il fallait envisager la création de nouvelles écoles plus tôt. Mais le problème se présentait déjà lors du mandat précédent, avec l’émergence des projets d’urbanisme de la Caserne de Bonne et de Bouchayer-Viallet. Ces derniers ont été conçus lors du mandat 2001-2008, quand l’adjoint à l’éducation venait de l’Ades et l’adjoint à l’urbanisme des Verts. Eux-mêmes n’avaient pas pris la mesure du besoin scolaire sur ces quartiers. Il est trop facile de renvoyer la responsabilité sur l’équipe sortante, alors que déjà l’école Lucie Aubrac avait été construite trop petite. C’est la même chose dans le secteur 1. Il faut agrandir des écoles et en construire de nouvelles » .( Place Gre’Net)

POURQUOI N’A T IL PAS DEMISSIONNé?

Ce que nous disons ici sur la co-responsabilité de la gauche et des Verts se trouve confirmé. Si cela n’exonère pas Paul Bron et devrait le rendre plus modeste dans ses leçons – que n’a t il démissionné de son poste ne pouvant assumer son devoir- la municipalité porte aujourd’hui la responsabilité de ne pas prendre la mesure du dossier et de poursuivre l’urbanisation qui le plombe.

 » ON MURMURE de POTENTIELLES CONSTRUCTIONS… »

Bien entendu elle va jouer de la com’. Comme l’annonce Eve Moulinier dans le DL « . En off, on nous murmure qu’il y aurait de potentielles nouvelles constructions d’établissements. » . Un off bien éventé puisque cela figurait dans le programme du candidat. Sauf que , compte tenu de sa lenteur et de ses renoncements, la municipalité ne pourra pas dans ce mandat ouvrir un nouvel établissement scolaire décidé par elle ! La semaine prochaine, avec un « plan » présenté avec beaucoup de retard elle va habiller son impuissance de mots.

Comme les autres la promesse de Piolle d'un plan d'urgence pour les équipements scolaires n'a pas été tenu. Elle s'est contentée du budget habituel d'entretien

Comme les autres la promesse de Piolle d’un plan d’urgence pour les équipements scolaires n’a pas été tenu. Elle s’est contentée du budget habituel d’entretien

UN VRAI PLAN MARSHALL du SCOLAIRE et STOPPER la BETONISATION

Ce que connaissent les parents d’élèves depuis des années à Grenoble va donc s’aggraver . A moins que les Grenoblois ne se mobilisent enfin sur ces questions sans arrière pensée électorale et se détachent de ceux qui les ont trompé et vont continuer à la faire par de « bonnes paroles ». Contraindre la municipalité à un vrai plan Marshal du scolaire et stopper la bétonisation de la ville tant que les retards ne sont pas résorbés, constituent en effet le seul moyen d’en sortir.

Photo de Une du DL  : les parents d’élèves de la Bajatière devant l’école maternelle qui ne peut même plus accueillir des enfants qui habitent la rue!

Catégories : Actualité