ECOLES et COLLEGES à GRENOBLE: F.MALBET (Verts/PG) DANS L’IMPASSE

Publié par user1 le

Fabien Malbet Adjoint (Verts/PG) de la municipalité Piolle comble le retard grenoblois en écoles par des images. Ainsi le DL (15/3/16) publie t il un énième article sur la construction de l’école Simone Lagrange à Jean Macé. Jusqu’à la rentrée 2018 –son ouverture a été retardée d’un an à l’arrivée de la nouvelle municipalité- on a en effet le temps d’en parler.

F.MALBET (Verts/PG):  » JE NE SAIS PAS SI S.LAGRANGE REPONDRA AUX BESOINS »

D’ores et déjà Fabien Malbet avoue : « je ne sais pas si Simone ­La­grange pourra répondre à tous les besoins « (!). Cela n’empêche pas la même municipalité de poursuivre à marche forcée la construction de « Villeneuve sur Presqu’ile «  avec 15 000 nouveaux habitants, de commencer la construction des logements qui apporteront près de 2000 nouveaux habitants à l’Esplanade! Et quand on demande côté esplanade ce qu’il en sera des besoins en école des futurs habitants, la municipalité répond qu’elle construira une passerelle piétons ( non financée) entre Jean Macé et l’Esplanade.

ON URBANISE D’ABORD, ON REFLECHIT APRES

C’est à ces petits riens qu’on mesure le sérieux de la municipalité Piolle qui ressemble comme une sœur à la municipalité Destot/Safar(PS): on urbanise d’abord et on réfléchit après.

Le « plan école » est là pour amuser la galerie. Il est au scolaire ce que les travaux futurs de l’échangeur du Rondeau sont à la circulation: en retard et insuffisant. Les besoins n’ont pas été pris en compte en amont et aucune anticipation en aval. Alors qu’il manque au moins 5 écoles pour rattraper le retard, la municipalité Piolle poursuit la bétonisation de la ville !

18 MOIS POUR PRESENTER UN  » PLAN ECOLE »

Au passage Fabien Malbet abuse de la mauvaise foi des Rouge/Verts grenoblois pour mettre en cause le Conseil Départemental dont il déclare attendre un rendez-vous! Lui qui a mis 18 mois pour présenter un « plan école » de 55 nouvelles classes qui –suivez mon regard – s’achève  un an après les prochaines municipales . Un « plan » qui, cette année a déjà pris 5 M€ de retard sur sa moyenne annuelle.

O.BERTRAND (Verts/Ades) : les COLLEGIENS GRENOBLOIS AFFECTES à FONTAINE

Ce qui est étonnant s’agissant de son interpellation du Conseil Départemental sur les collèges , c’est qu’il ne fasse aucun reproche à son collègue Olivier Bertrand Conseiller Départemental (Verts/Ades) de la majorité Vallini (PS) qui n’a pas plus anticipé les besoins en collèges que dans le primaire.

D’ailleurs il était tout à fait consentant lorsqu’André Vallini répondait aux parents d’élèves en mai 2014 » afin de désengorger les établissements bien pleins du centre ­ville (plus de 600 élèves à Fantin ­Latour et à Champollion et 580 élèves à Stendhal) le Conseil Général étudie la possibilité d’éten­dre la sectorisation aux communes voisines de Grenoble. Ainsi, à partir de 2017 une partie des collé­giens pourrait se rendre aux collèges de Saint­ Martin ­le­Vinoux, de Fon­taine, de Meylan ou aux collèges du sud de Greno­ble. » .

ILS ONT BERNE LES PARENTS D’ELEVES

La gauche et les Verts n’ont pas été meilleurs à Grenoble qu’au département. Dans les deux cas, avec leur cynisme habituel, profitant de leur présumée attention au scolaire, ils ont berné les parents d’élèves les conduisant dans l’impasse. Il a déjà utilisé cette méthode en faisant partie du collectif sardine qui dénonçait les retards de programmation scolaires avant les municipales. Il avait quantifié les besoins. Mais une fois élu il lui faudra 18 mois pour les reconnaître. Et encore en ne comptabilisant pas les nouveaux besoins engendrés par la continuation forcenée de la bétonisation.

TROUVER UNE CIBLE DE DROITE POUR DETOURNER l’ATTENTION

Fabien Malbet voudrait renouer maintenant avec les bonnes vieilles méthodes des groupuscules gauchos grenoblois: désigner une cible de droite pour détourner l’attention des vrais responsables. C’est la seule chose qu’ils sachent faire. On voit mal en particulier pourquoi le département serait responsable des attributions catastrophiques de logement à Villeneuve qui aboutissent à la désertion du collège que  la majorité de droite  avait implanté afin de revaloriser le quartier? Est ce de sa faute si les municipalités PS et Verts depuis 20 ans ont conduit une politique qui donne de tels résultats?

LE COLLEGE DE VILLENEUVE DE 600 à … 200 ELEVES !

Le collège de Villeneuve est passé de plus de 600 élèves sous la municipalité de droite jusqu’en 1995 pour ensuite perdre petit à petit ses élèves dans les années 2000 et descendre aujourd’hui à moins de 200 alors que les élus Verts/Ades étaient aux manettes du logement ( R.Avrillier et M.Boileau) . Maintenant les élèves du sud de la ville constituent un tiers des effectifs des écoles du nord de la ville!

Les municipalités de gauche et Verts en tirent la conclusion qu’il faut bétonner de la même façon le nord de Grenoble avec 50 % de logements sociaux pour retrouver l’équilibre. Ou iront les élèves quand la situation sera aussi dégradée au nord qu’au sud?

UNE POLITIQUE QUI CONDUIT à L’IMPASSE

Fabien Malbet aura de plus en plus de difficultés à tromper les parents d’élèves. Ses promesses successives non tenues depuis le collectif sardine jusqu’à son « plan » volontairement tardif ne pourront faire illusion très longtemps. Les grenoblois bénéficient – si on ose dire- d’une expérience de 20 ans de ces politiques qui conduisent à l’impasse par l’addition de l’imprévision coupable avec la fuite en avant de la densification outrancière.

Photo: à Grenoble des générations d’élèves font leur scolarité dans des préfabriqués du fait de l’imprévision des municipalités PS et Verts qui poursuivent la bétonisation de la ville sans construire les écoles correspondantes. ( ici à Jean Macé)

l