ECOLES à GRENOBLE :  » ON N’EN PEUT PLUS »

Publié par Les Républicains 38 le

Les parents de huit écoles du secteur 1 (Ampère, An­thoard, Berriat, Buffon, Cho­rier, Diderot, Jaurès, Vallier) se sont fédérés cet automne avant de rejoindre le collec­tif renommé depuis peu “Éccoles et collège de proximité” à Grenoble qui fait entendre sa voix au moment des élections municipales.

« Les classes, les cantines, les cours de récréation sont saturées, a souligné une membre du collectif au «  DL ». C’est par nos enfants que nous dé­cocouvrons la situation, mais c’est le destin de toute la prochaine génération qui nous préoccupe. Le Ministè­re doit baisser d’urgence le nombre maximum d’élèves par classe. La Ville doit cons­truire plus de nouvelles éco­les et peser sur ses partenai­res pour que les conditions s’améliorent pour les enfants et pour le personnel. »(ÉCOLES À GRENOBLE: UNE SITUATION CATASTROPHIQUE)

LA BETONISATION INCONSIDEREE , CAUSE PREMIERE

Les «  partenaires « étant le Conseil Général ( PS/PC/Verts/Ades),pour les collèges , le Conseil Régional ( PS/PC/Verts/Ades),pour les Lycées  et le Ministére ( PS/Verts) pour les postes les choses devraient être simples?

On s’étonne d’ailleurs que dans ce contexte Vincent Peillon Ministre de l’Education nationale ait pu accomplir une visite électorale si tranquille? (V.PEILLON(PS):SA CAMPAGNE EUROPEENNE à GRENOBLE sur le DOS du CONTRIBUABLE)

Etonnant également qu’il ne soit pas fait allusion à  la «bétonisation»  inconsidérée de la ville qui est la cause première de cette situation ?

LES EQUIPEMENTS PUBLICS, LES ESPACES NE SUIVENT PAS

Qu’on approuve les gigantesques projets de 5000 nouveaux habitants à l’Esplanade, de 10 000 à Flaubert, de 15 000 au polygone, la tour de 16 étages au carrefour Alliès/Libération, la doublement de la densité au Châtelet et qu’on s’étonne que les établissements publics, les espaces libres, de sports et de loisirs ne suivent pas?

Les deux questions sont pourtant liées.

L’exemple des 500 logements nouveaux à Jean Macé ou les élèves sont accueillis dans des préfabriqués, ou aucun espace vert supplémentaire n’est prévu, même le stationnement réduit par appartement est un bon modèle de cet urbanisme conduit en dépit du bon sens.

LA DENSIFICATION EST L’OEUVRE des VERTS/ADES de E.PIOLLE

Faut il préciser que c’est le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Grenoble voté en 2005 sur proposition de Pierre Kermen Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme qui a même permis de réduire … un parc public! Un morceau du parc Hoche a été vendu à un promoteur pour construire un hôtel.

Aujourd’hui la municipalité est dans l’incapacité financière de faire face aux obligations minimales qu’impliquent ces nouveaux habitants en termes d’équipements publics. Pensez donc, elle ne peut pas entretenir son patrimoine, ( Tour Perret qui s’effondre, Halle ST Claire, Halle Clémenceau, ex Musée de Peinture place de Verdun dans lequel il pleut,  établissement abandonné jardin de ville, Institut de Géographie Alpine squat sur la Bastille..) comment la ville pourrait elle investir sérieusement pour du nouveau? (GRENOBLE: P.BRON (app PS) PROMET des ECOLES DANS TOUTE LA VILLE!)

CHANGER DE POLITIQUE

Demander la construction d’écoles sans s’interroger sur les causes et la politique suivie revient à laisser celle ci se poursuivre avec les projets Piolle/Safar  qui convergent en matière de densification de Grenoble. Leur réélection ne serait pas une bonne nouvelle pour les futurs nouveaux élèves de la ville. (BÉTONAGE OU URBANISATION ? UNE PÉTITION DÉNONCE  » DES ÉCOLES QUI DÉBORDENT « )

La seule alternative pour bloquer cette évolution et les problèmes qu’elle engendre est de changer de politique comme le propose Matthieu Chamussy (UMP/UDI).

Photo : les préfabriqués de Jean Macé dans lesquels une génération d’élèves fera sa scolarité du fait de l’imprévision de la municipalité

Catégories : Actualité