E.PIOLLE (Verts/PG): UNE MUNICIPALITÉ MORT-NÉE

Publié par user1 le

Quand on connaît les réticences des libéraux, des professionnels, des citoyens de droite ou du centre à battre le pavé on mesure le degré d’exaspération qui a été atteint à Grenoble avec la manifestation de lundi matin.

Ils étaient des centaines et des centaines dès 8h à se rassembler devant l’hôtel de ville puis à défiler dans les rues pour dire «  non » à la fermeture de Grenoble, «  non » à la nouvelle réglementation des marchés et plus globalement » non » à la dégradation de la ville, à l’écologie punitive «  non » à une politique conçue comme l’imposition d’une idéologie à une réalité.

009

 ON N’AVAIT JAMAIS VU ÇA à GRENOBLE

On n’avait jamais vu ça à Grenoble : une manifestation contre la politique du Maire! Il a fallu que cette coalition d’extrême gauche déguisée en Verts, que les agitateurs du clan Avrillier/Comparat (Ades) prennent toutes les manettes, qu’un homme accepte de jouer la vitrine légale de ce système rance et  cherche même à le déguiser avec  les atours de la modernité pour que cette incroyable situation soit vécue.

012

 A MI-MANDAT LA MUNICIPALITÉ PIOLLE EST ÉPUISÉE

Arrivant à mi-mandat l’équipage brinquebalant de Piolle est déjà épuisé, exsangue, divisé comme jamais, dans un état de disgrâce qui ressemble à du Hollandisme avancé . La municipalité est déjà finissante. Comment va t elle pouvoir poursuivre la route dans un tel état en mars prochain  quand il s’agira d’entamer la fin du mandat? Couturé, blessé, affaibli par ses promesses trahies effrontément, par ses enfumages qui ne trompent plus personne comme on le constate à l’Esplanade ou bien avec la procédure mise en place pour contrôler les pétitions que son propre électorat découvre avec stupeur, Eric Piolle est asphyxié réfugié dans son camp retranché.

014

E.PIOLLE RÉAGI de la PIRE des FAÇONS à la MANIFESTATION

Ces centaines de Grenoblois, des travailleurs, des actifs qui demandent à vivre sont partis de la Mairie, ont emprunté l’avenue Agutte Sembat la rue Lesdiquiéres, la place de Verdun pour terminer sous les fenêtres de la Métro ou ils ont chanté la Marseillaise. Tout était dit.

Prévisible parce que suffisant et dogmatique, Eric Piolle a réagi de la pire des façons ; Dans la continuité absolue de ce qui cause la profonde  fracture entre lui et les Grenoblois. Il a jugé dans un tweet méprisant que les manifestants voudraient le faire revenir sur une promesse de campagne.

 IL S’ENFONCE DANS LE DÉNI et le MENSONGE

Il s’enfonce dans le déni et le mensonge. Le déni parce que les manifestants lui demandent le dialogue qu’il avait – justement- tellement promis dans sa campagne. Une concertation qu’il avait théorisée par des engagements multiples autour de son N° 1 sur la « co-construction » avec des mots précis qui sont autant de couteaux dans la plaie.

imag0059

IL REFUSE MÊME UNE ÉTUDE D’IMPACT

En refusant même une étude d’impact – y compris sur les conséquences environnementales de ses projets- Eric Piolle construit le blocage de tout débat sérieux puisque celui-ci ne peut reposer que sur ses visions de l’avenir, des déplacements, des modes de vie futurs, comme si Grenoble avait hérité d’un Guide chargé de la conduire – même contre son gré- sur les chemins du paradis.

capture-decran-2016-12-05-a-18-41-57

 AUCUN ENGAGEMENT de FERMER GRENOBLE à la CIRCULATION

Un mensonge parce que nulle part dans ses 120 engagements ne figure la fermeture de Grenoble aux 15 000 véhicules qui pénètrent encore par l’avenue Agutte Sembat dont 10 000 pour demeurer dans la ville : habitants, consommateurs, travailleurs, commerçants , artisans, professions libérales.

 E.PIOLLE EXACERBE LES TENSIONS

En s’arcboutant dans le déni et le mensonge, en se raidissant à proportion que sont mises à jour ses insuffisances et ses inconséquences , en multipliant les déclarations contradictoires – un jour il ne reçoit que des témoignages de soutiens, un autre la contestation est forte mais témoigne de la vitalité de la ville- en essayant de casser les mouvements sociaux en favorisant un syndicat contre d’autres, de diviser les usagers des bibliothèques en revenant partiellement sur la fermeture de l’une d’elles, Eric Piolle exacerbe les tensions, fait grandir ce climat anxiogène dans la ville, montre le vrai visage de sa coalition et  donne à sentir  les effluves peu ragoûtants de son arrière cuisine ou tout se décide.

capture-decran-2016-12-05-a-18-40-37

LES RODOMONTADES TOURNENT AU RIDICULE

 Les rodomontades de l’entrée de Grenoble dans le XX I eme siècle ou les mesures qui «  font sens «  ( !)  tournent au ridicule celui qui les prononce .

D’abord parce que c’est toujours au nom d’un futur hypothétique que les totalitarismes ont construit leur domination. Ayant réponse à tout pour demain ils sont légitimes pour faire souffrir aujourd’hui. La « planète «  est devenue le nouvel  horizon qui s’est substitué au idéologies mortifères qui ont dominé intellectuellement – et pas seulement- des décennies de vie publique. Les migrants et les musulmans intégristes sont devenus, eux ,le prolétariat de substitution.

capture-decran-2016-12-05-a-18-42-29

 LES DÉFINITIONS du FUTUR PAR MM PIOLLE et MONGABURU POURRAIENT ÊTRE SOUMISES à EXPERTISE!

Ensuite parce que les Grenoblois de maintenant veulent des réponses qui tiennent compte de l’expérience du passé et de la réalité  de la ville . L’équilibre social de Grenoble est en grand danger. Les zones piétonnes ont un mode de fonctionnement qui peut être vérifié et analysé avant d’être démesurément étendues. Près de 50 % du chiffre d’affaires du commerce Grenoblois résulte de clients extérieurs. 5000 emplois sur les 29 000 que représente cette activité sont liés à ce chiffre d’affaires.

PERSONNE NE SAIT CE QUE VONT DEVENIR les 15 000 AUTOMOBILISTES

Personne ne sait ce que vont devenir les 15 000 automobilistes , ou ils vont aller et ce n’est pas faire injure à MM Piolle et Mongaburu (Verts/Ades) que d’estimer que leur définition des comportements et des déplacements dans les 30 ans qui viennent peut être sujette à un minimum d’expertise et de débats contradictoires ?  Sauf à admettre qu’ils sont les nouveaux phares de l’occident ce qui ne se sait pas hors les murs de Grenoble ? On retombe dans les syndrome Destot.

capture-decran-2016-12-05-a-18-39-35

 PARTI AVEC 40 % des SUFFRAGES, AVEC COMBIEN ARRIVERA T IL AU PORT ?

En effet les idéologies précédentes dont ils sont les héritiers ont toujours eu tout faux sur tout et ont conduit à des drames supportés par la population et à des régressions économiques et sociales .

En défilant lundi les Grenoblois ont déchiré le dernier voile qui entourait la municipalité Piolle. Le Roi est nu comme jamais. Le plus mal élu des Maires, parti avec 40 % des suffrages avec combien arrivera t il au port ? Un destin à la Hollande ou à la Dominique Voynet se profile : la seule Maire Verts d’une ville de 100 000 habitants n’a même pas pu se représenter.

capture-decran-2016-12-05-a-18-39-22

 E.PIOLLE A PERDU SA DERNIÉRE CHANCE de RENOUER AVEC LES GRENOBLOIS

En choisissant l’affrontement au lieu de saisir la main qui demande du dialogue laquelle  lui était tendue Eric Piolle a perdu la dernière chance de renouer avec les grenoblois. En se réfugiant dans son pré carré de plus en plus réduit il achève son mandat à peine parvenu à sa moitié. La municipalité Piolle est la seule de l’histoire de Grenoble qui aura été mort-née.