E.PIOLLE ( Verts/PG) SUPPRIME le TOUR de FRANCE à GRENOBLE

Publié par Les Républicains 38 le

« Est­ ce que Grenoble ac­cueillera de nouveau une éta­pe du Tour pendant son man­dat ?La réponse est non. Est ­ce que le maire de Gre­noble, Éric Piolle, aime le cyclisme ? La réponse est oui. » écrit le « DL  » dans son édition du 20 juillet.

Mieux, Eric Piolle ( Verts/PG) aime le Tour de France. « Je con­nais assez bien l’histoire du Tour, je me souviens de Laurent Fignon en 1983, de Ber­nard Hinault… J’aime ce sport, affirme donc Éric Piolle. C’est un moment que j’appré­cie, regarder les coureurs à la télévision, comme beaucoup de monde. » .

Difficile de s’exprimer autrement alors que des dizaines de milliers d’Isérois se passionnent pour le tour à Grenoble et à Chamrousse.

E.PIOLLE SUPPRIME AUSSI les « 6 JOURS »

Eric Piolle aime tellement le vélo qu’il supprime aussi ce qui restait des  » 6 jours » de Grenoble en mettant fin en plein mois de juillet à la convention qui lie la ville et le Palais des Sports. C’est vrai que les commentateurs ont été particulièrement  choqués par ces décisions unilatérale. Tous ceux qui suivaient « la Grande Boucle  » à la télévision et ont entendu les propos connaissent maintenant un peu mieux Eric Piolle. Etrangement il fuit la aussi le débat :  « Je ne veux pas répondre pour polé­miquer… « . Dés qu’il est mis en cause, on l’a vu plusieurs fois , il esquive. Il est vrai que la seule fois ou il s’est justifié – dans l’affaire de ses actions à Singapour- cela a été un festival de catastrophes.

En réalité, « bobo » jusqu’au bout , Eric Piolle aime la pratique du vélo pour lui-même. Tandis qu’un  sport populaire, partagé , regardé par un grand nombre n’appartient pas à sa culture. Pas assez « Singapourien » .  A chaque étape – si on peut dire- les grenoblois mesurent de quelle équipe ils ont hérité !

Un succès populaire et bon enfant: pas le genre de beauté de Piolle...

à Grenoble aussi, un succès populaire et bon enfant: pas le genre de beauté de Piolle…

Une dose dure de dogmatisme absolu de l’extrême gauche, additionné au système à la Thénardier de la famille Avrillier/Comparat , mélangé à un égoïsme individuel d’autant plus arrogant qu’il se prend pour le temple de la fraternité :  ça donne la municipalité Piolle.

Cela commence à se voir. Emilie Trevert ( » le Point ») débute  son portrait d’Eric Piolle en le trouvant « un brin hautain et pas très liant »  cette semaine dans l’hebdomadaire ( 17/7/14). Les Grenoblois aussi. 

Photo du  » DL » : le Tour à Grenoble

 

Catégories : Actualité