Documents du Conseil Général : Une étrange alliance politique fait barrage !

Publié par Les Républicains 38 le

Dans une vie normale pour lui Raymond AVRILLIER se serait intéressé au dépôt de plainte contre X déposé au Conseil Général par M. Roger JOURDAN le 23 mars dernier.

Il suffirait d’une séance du Conseil Général pour y répondre : soit elle est farfelue et elle est rejetée, soit elle contient des bases sérieuses et elle est prise en compte.

Reposant sur des éléments factuels connus à l’occasion de la procédure Prudhommale à laquelle André VALLINI (André VALLINI : « un destin judiciaire ») a du faire face elle s’est enrichie depuis de nombreux documents anonymes parvenus au plaignant qui apportent des preuves irréfutables qu’un véritable système a été mis en œuvre par André VALLINI pour utiliser l’argent public à son profit.

Le Conseil Général disposant de deux mois pour se prononcer on pouvait imaginer que les deux Conseillers Généraux Rouge/ LES VERTS, Olivier BERTRAND et Catherine BRETTE ou bien un seul Conseiller Général PS soucieux de son mandat demanderaient une séance publique depuis le 23 mars ou des explications. Silence total.

Lorsqu’un Conseiller Général a sollicité il y a un mois publiquement et par lettre recommandée la liste des membres du cabinet et les contrats , demande de transparence minimale dans une assemblée ou l’on siège aucune réponse n’a été reçue et les Rouge/ Les Verts n’ont pas émis l’once d’une remarque.

Une fois le délai légal de deux mois il conviendra que la Commission d’Accés aux Documents Administratifs (CADA) soit saisie pour qu’un membre du Conseil Général puisse connaître les  contrats signés par M. VALLINI et pour quels montants ! Ces éléments seront un jour rendus publics et l’on imagine pourquoi M. VALLINI et ses amis du PS auxquels sont associés Olivier BERTRAND, Catherine BRETTE  jouent la montre.

Raymond AVRILLIER a saisi la CADA pour obtenir les informations sur les sondages réalisés par l’Élysée mais lui et ses amis refusent l’accès à l’information dans l’assemblée ou ils siègent en se solidarisant à l’opacité pratiquée par leur président. Belle preuve d’honnêteté !

Les méthodes de ces élus en disent long sur ce qu’ils ont de commun avec le PS. Qu’André VALLINI refuse de prendre Raymond AVRILLIER en numéro 3 sur sa liste sénatoriale comme le demandaient les Rouge/ Les Verts et que ceux-ci renient  leur discours et couvrent toutes ses pratiques démontre une solidarité d’intérêts bien loin de toute préoccupation du bien commun.

Les élus PS et les VERTS n’ont pas su la valse et le nombre de collaborateurs qui défilaient sous leurs yeux ? Ils n’ont pas su que le « M. Justice » de François HOLLANDE avait une collaboratrice chargé de ces sujets qui ne sont pas de compétence départementale ?ils n’ont pas vu les documents annotés de la main de M. VALLINI qui attestent de ce détournement de fonds publics ? ils n’ont pas su que le tribunal de Prudhommes avait à juger une affaire de harcèlement avec leur président préféré ? Ils n’ont pas su que le site personnel de M. VALLINI était confectionné au Conseil Général, son livre écrit par un collaborateur rémunéré sur fonds du département et encore et encore…

Il convient de préciser à ce stade que le montant qu’on peut évaluer des détournements éventuels du fait des missions des collaborateurs au service d’un homme et d’un parti est de l’ordre de 4 725 000€. Cette somme résulte du calcul des salaires et charges des collaborateurs concernés .

 

Sans comptabiliser le site, les éventuelles recettes du livre etc…

Cette solidarité est d’ailleurs clairement exprimée en maintes circonstances. On sait le soutien permanent apporté à Christian NUCCI, Vice-Président d’André VALLINI condamné dans l’affaire « Carrefour du Développement » à rembourser les sommes disparues de la caisse publique.  À ce jour le contribuable n’a pas reçu les sommes dues mais cela n’empêche pas les élus Rouge/ Les Verts de siéger en toute solidarité et à Madame Éva JOLY de donner des leçons de probité .

D’ailleurs Olivier BERTRAND et Catherine BRETTE votent avec enthousiasme le budget d’André VALLINI au Conseil Général . Ils tiennent à son égard des propos quasi dithyrambiques !

Dans son discours sur le budget départemental Olivier Bertrand parlant au nom des Rouge/ Les Verts, après avoir évidemment condamné avec la subtilité qui lui sied «  le clan Sarkozy qui a accru les inégalités entre les plus riches et les plus précarisés » avait estimé que « les écologistes, avec les forces de la gauche, veulent porter un tout autre projet, projet qui passe évidemment par une nouvelle majorité parlementaire ».

En effet l’alliance politique fait fi des prétendues convictions. Quand on a vu les personnels de l’aide à domicile des Personnes âgées protester contre la baisse de l’indemnité kilométrique ce qui ne leur permet plus de remplir leur tâche et ampute leur pouvoir d’achat , lorsqu’on voit tout le personnel du secteur social manifester sous les fenêtres de M. VALLINI sans être reçu par personne et condamner « « les réorganisations qui se succèdent sans le moindre bilan et analyse, une exaspération des personnels, des méthodes inacceptables provoquant la souffrance au travail qui met en danger les agents, des parodies de concertation, des injonctions paradoxales, des manques cruciaux de personnels, des services sociaux au bord de la rupture, des usagers perdus, une perte de confiance des personnels envers les élus… » on est subjugué par le thuriféraire d’André VALLINI qu’est Olivier BERTRAND !

Dans son discours au Conseil Général pour soutenir le budget de son Président qui produit les effets que l’on constate sur le terrain, il se félicite  que « Dans le secteur social, le Conseil général a pu maintenir, ces dernières années, ses interventions pour l’autonomie des personnes âgées (!) et handicapées, l’insertion professionnelle, la petite-enfance et l’enfance en danger. Estimant au final «  nous allons voter ce budget car, (…) il acte plusieurs évolutions qui semblent aller dans le bon sens. Il permet une transition vers des politiques plus écologiques et plus solidaires. »

Les personnels concernés apprécieront la langue de bois .

 Quant aux citoyens qui découvrent l’ampleur des affaires du Conseil Général  et du véritable système mis en place pour favoriser un homme et un parti sur fonds publics , un conseil général géré par la coalition PS/Rouge/ Les Verts ils seront moins étonnés du silence d’Olivier BERTRAND, Catherine BRETTE, de Raymond AVRILLER et des autres .

Mais la digue qu’ils ont monté pour refuser l’information minimale sur leurs pratiques ne résiste pas aux requêtes adressées dans les formes requises aux autorités et à la justice. Ce n’est qu’une question de temps.